#SportPourEllesFDJ : les bonnes pratiques du sport au féminin

comment développer le sport féminin

S’il y a en France une institution qui compte faire progresser le sport pratiqué par les femmes, c’est bien la Française des Jeux. La FDJ a lancé le programme #SportPourElles en 2016 pour promouvoir la pratique du sport auprès des femmes en parallèle d’un plan de communication fort auprès de sa communauté de sportives et sportifs mais aussi des journalistes pour faire parler des femmes et du sport.

A travers les diverses initiatives de la FDJ, nous avons listé les bonnes pratiques qui pourraient inspirer les clubs mais aussi les entreprises qui souhaitent faire de la promotion du sport pratiqué par les femmes un engagement fort. Afin de comprendre les objectifs de ce projet « Sport Pour Elles » et d’avoir une vision de ses retombées, nous avons interviewé Frédérique Quentin, Responsable Sport haut niveau et sport féminin à la Française des Jeux.

 

Le programme “Sport pour Elles” au départ de toutes les actions

La FDJ a lancé le programme “Sport pour Elles” en 2016 avec l’objectif de développer le sport pratiqué par les femmes en s’appuyant sur 4 axes :

  • Agir sur le terrain pour favoriser la pratique de toutes
  • Soutenir le haut niveau et les grands événements
  • Mobiliser les énergies et les réseaux sportifs pour faire évoluer les mentalités
  • Médiatiser les sportives pour donner envie

La Française des Jeux s’engage pour promouvoir le sport féminin mais aussi répondre à un enjeu de société : faire de la mixité une richesse.

Concrètement on a pu voir plusieurs initiatives prendre forme sur différents sports :

Le football. Avec But pour Elles l’idée est de promouvoir la féminisation du football. Comment ? À l’occasion de la 29e journée de Ligue 1 Conforama et de Domino’s Ligue 2 tous les buts marqués par les footballeurs ont été convertis en euros par la LFP à hauteur de 500€ par but. 25 500€ ont été recueillis et 5 projets lauréats se partageront cette dotation.

Bonne pratique n° 1 : S’appuyer sur la notion de mixité en intégrant les hommes dans le développement du sport pratiqué par les femmes

Pour Frédérique Quentin Ce sont principalement les hommes qui sont à la tête des instances sportives. La Fédération Française de Handball a la parité dans son conseil d’administration et cette parité couplée à une opération comme « Hand Pour Elles », a permis que les dossiers des clubs arrivent rapidement. Une des clés est que les hommes soient les premiers supporters du développement du sport féminin

 

Une parfaite utilisation des réseaux sociaux pour promouvoir le sport pratiqué par les femmes

Une des clés du succès du programme “Sport pour Elles” est l’utilisation des réseaux sociaux faite par la Française des Jeux. Des comptes sociaux sont dédiés à la promotion de ces initiatives :

  • Sur Twitter le compte @FDJsport : 16 100 followers
  • Sur YouTube la chaîne FDJ Sport pour Elles : 171 abonnés

Et voici les bonnes pratiques appliquées par la FDJ que toute entreprise ou club pourrait suivre pour promouvoir le sport au féminin :

  • Une chaîne Youtube avec des contenus de fond  bien organisés : interviews, portraits, tables rondes avec des experts  sur des sujets de fond comme “Le sport féminin est-il attractif?”, “Les championnes font-elles vendre?”…, reportages, coups de pouce pour promouvoir les projets en faveur du sport au féminin


>>>Bonne pratique n°2 : Partager divers contenus pour raconter l’Histoire de chaque sportive

  • Un compte Twitter avec : des hashtags dédiés à chaque initiative #SportPourEllesFDJ #HandPourElles #ButsPourElles , des jeux concours pour faire grandir la communauté de sportives et sportifs , des portraits de sportives, des gifs photos ou vidéos pour illustrer chaque tweet, chaque fois qu’il y a un tweet avec un visuel, des journalistes sont mentionnés pour créer de la viralité

Frédérique Quentin nous parle de ce rôle modèle des sportives qui deviennent ambassadrices de leur sport : Une marque ou un annonceur va aller vers un sport féminin si ça lui permet de vendre des produits ou gagner des points de notoriété autour de sa marque. Pour cela il faut que la sportive soit connue. Pour l’instant c’est un cercle vicieux : la sportive n’a pas de partenaires donc elle n’est pas médiatisée et comme elle n’est pas médiatisée elle n’a pas de partenaires. Pour réussir à inverser cela il faut booster la communication autour du sport féminin et c’est ce qu’on essaie de faire à notre échelle. D’un côté notre programme médiatise ces championnes. Le programme #CommeUneChampionne montre les sportives dans leur quotidien et elles racontent leur histoire. L’objectif est aussi d’avoir des rôles modèles et susciter des vocations auprès des jeunes filles ou femmes envers certaines pratiques sportives

 

>>>Bonne pratique n°3 : Mentionner les journalistes pour faire parler de ses actions

  • Des communiqués de presse diffusés à chaque étape des projets lancés par la FDJ afin de susciter au maximum l’intérêt des médias
  • La création d’une infographie virale qui a fait parler du sport au féminin dans les médias

>>>Bonne pratique n°4 : Intégrer les experts pour parler du marché du sport féminin et susciter l’intérêt des marques

 

“Hand Pour Elles” une initiative à 2 objectifs : favoriser la pratique féminine du handball et promouvoir la mixité dans la société

Cette initiative menée par la Française des Jeux et la Fédération Française de Handball s’est déroulée en plusieurs étapes :

  • octobre à décembre 2017 : les clubs de handball déposent leur projet en choisissant un engagement : valoriser des actions sociétales pour les femmes éloignées de la pratique ou développer de nouvelles activités et services dans les clubs

>>>Bonne pratique n°5 : Lancer des initiatives pour que les clubs mettent en place des actions locales

 

  • 8 janvier au 8 février 2018 : Le mois « Hand Pour Elles” est lancé. Chaque club propose au minimum 3 actions grand public pour promouvoir son projet
  • 7 mars 2018 : 25 projets finalistes sont sélectionnés par la FDJ et la FFHandball dans les catégories suivantes: handfit, handball ⅗ ans, premiers pas, hand à 4, autres pratiques. Ces projets bénéficient d’un forfait formation fédéral.

>>>Bonne pratique n°6 : Proposer des formations pour que les femmes puissent évoluer dans les instances dirigeantes du sport

  • 5 mai 2018 : Remise des trophées lors des finales de Coupe de France

La responsable du sport féminin à la FDJ nous parle des projets lauréats : Il y a 5 clubs lauréats. Ce sont surtout des actions centrées sur du Hand Fit, on est plus sur un Hand pratique de remise en forme. Cela concerne des mamans qui accompagnent leurs enfants qui viennent faire du hand et qui, au lieu d’attendre que la séance se passe, elles-mêmes peuvent pratiquer un peu de fitness, du hand fit, en même-temps.

 

>>>Bonne pratique n°7 : Inciter les clubs à mettre en place des initiatives pour favoriser le développement des pratiques

A Frédérique Quentin de citer l’importance de la relation mère/enfant dans le sport: Pour les femmes, avoir le temps de faire une activité physique et sportive est une vraie problématique. C’est ce qui ressort de l’enquête que nous avons lancée avec TNS. Ce qui ressort comme frein c’est de trouver du temps, s’organiser pour pratiquer. Il y a aussi la problématique de la garderie. La Fédération Française de Handball a pris en compte cette problématique en proposant des cours de baby hand encadrés par les mamans. Ca permet aux femmes de passer un temps différent avec leurs enfants en pratiquant un sport. Ce sont des ateliers qui étaient proposés par le club de handball de Limoges dans des zones prioritaires. C’est un moyen pour le club de toucher de nouveaux pratiquants en intégrant la notion de services rendus.

>>>Bonne pratique n°8 : De l’utilité d’utiliser les bons termes pour parler du sport pratiqué par les femmes 

Frédérique Quentin souligne à juste titre la difficulté de parler de « sport pratiqué par les femmes » en ne parlant pas de « sport féminin »… On aimerait que le sport féminin soit traité comme du sport, qu’il n’y ait plus le terme « féminin » collé au mot « sport ». Qu’on parle simplement d’un sport pratiqué par les femmes. Toutes les actions mises en place dans le programme « Sport Pour Elles » se font dans cette optique. Le but est d’encourager les femmes à pratiquer, les médiatiser et avoir ce côté militant. Sans oublier le sport de haut niveau qui est aussi la vitrine du sport au féminin. Quand on parle de « football féminin » on cloisonne la pratique alors que c’est du football pratiqué par des femmes.
On est passé de peu de médiatisation du sport féminin à une évolution. On est encore dans une phase de progression. Quand on sera à un autre niveau on pourra gommer tout cela et on parlera de sport en général, de handball, de football. Pour l’instant on a encore besoin de booster et de faire de la discrimination positive.

 

Crédits photos : FDJ