LDC : Manchester City vient semer le doute

Ce dimanche 29 avril se joueront les demi-finales retour de la Ligue des Champions féminine. Si Wolfsbourg a déjà pris une option devant Chelsea, tout reste à faire pour Lyon, tenu en échec par Manchester City la semaine passée (0-0). Face à une équipe anglaise décomplexée, les Lyonnaises vont devoir sortir le grand jeu.

Après les matches aller joués la semaine passée, c’est ce dimanche 29 avril que l’on connaîtra les deux équipes finalistes de la Ligue des Champions féminine 2017-2018. En s’imposant 3 buts à 1 sur le terrain des Ladies de Chelsea, le VfL Wolfsburg a pris une belle option au match aller. En revanche, pour Lyon et Manchester City tout reste à faire, puisque les deux équipes s’étaient quittées sur un match nul et vierge lors de la première manche, la semaine passée (0-0).

Entre confiance et méfiance

Après avoir obtenu le nul sur leur terrain le week-end dernier, les Mancuniennes sont plutôt bien dans leur crampons avant de se déplacer à Lyon. La portière anglaise, Karen Bardsley n’hésite d’ailleurs pas à dire que les Blues n’ont rien à craindre et que si une équipe doit avoir la pression, c’est bien l’OL : « Les Lyonnaises sont tenantes du titre et tout le monde sait que la victoire en Ligue des Champions fait partie de leurs attentes cette saison encore ». Lorsque l’on connait l’importance des buts inscrits à l’extérieur, on peine à contredire l’expérimentée gardienne mancunienne, sur le fait que la pression soit davantage sur les épaules lyonnaises que sur celles des Bleu ciel.

Pour Delphine Blanc, ancienne défenseure des Fenottes et consultante pour OL TV, Manchester City est à prendre au sérieux, et encore plus après le match nul de l’aller : « Il ne faut pas oublier que les Anglaises avaient réussi à s’imposer 1-0 à Lyon, la saison dernière ». Il ne faut pas oublier non plus que Manchester City avait aussi battu l’OL 3 buts à 2, au tournoi (amical) international de Toulouse, en tout début de saison. C’est assez inhabituel de voir l’OL perdre ou être tenu en échec, alors cela marque les esprits. « Les Lyonnaises ont dominé mais pas gagné, et Manchester City a aussi des atouts offensifs qui peuvent mettre à mal la défense olympienne alors il faudra rester prudent » pour éviter de s’en rendre la tâche plus compliquée qu’elle ne l’est déjà.

En tout cas, après un match aller sans avoir encaissé de but, c’est une équipe mancunienne décomplexée et confiante qui s’apprête à faire le déplacement à Lyon, comme l’exprime la gardienne des Blues, Karen Bardsley : « Nous nous sommes offerts une excellente occasion d’entrer dans le match retour. Nous allons à Lyon pour tenter d’attaquer davantage, et pour se créer des occasions. C’est une réelle opportunité pour nous et nous sommes tous prêts à relever le défi ».

L’efficacité lyonnaise mise à l’épreuve

Plutôt dominatrices dans le jeu, les joueuses de Reynald Pedros ont pêché dans les trente derniers mètres, avec un manque de réalisme assez peu habituel pour Ada Hegerberg et ses coéquipières d’attaque (24 tirs pour seulement 6 cadrés, contre 5 tirs, 3 cadrés pour Man’ City). « En première période tout particulièrement, les Lyonnaises ont imposé un pressing haut qui a mis la défense mancunienne en difficulté. Ces dernières ont fait beaucoup d’erreur de relance qui auraient pu profiter à Lyon si les joueuses avaient fait preuve d’un peu plus de justesse dans leur choix et de plus d’efficacité devant le but », analyse Delphine Blanc. Évidemment, lorsque l’on connait l’Olympique Lyonnais et les joueuses qui composent son effectif, on peine à imaginer que cette équipe puisse rester muette offensivement deux matches d’affilée. Qui plus est quand on connait l’importance de cette seconde manche contre les Anglaises.

Si Manchester City a montré des failles défensives sur des erreurs de relance ou des erreurs individuelles, l’équipe anglaise a aussi révélé qu’elle était prête pour le combat et relativement solide en bloc pour défendre sa cage (et la garder inviolée), comme l’explique l’ancienne joueuse lyonnaise, aujourd’hui responsable des U-11 de l’OL Academy : « Manchester City est une équipe qui impose beaucoup d’engagement physique, beaucoup d’impact. Elles ont été solides et en nombre pour bloquer ou gêner les Lyonnaises dans le dernier geste ».

Alors chez lui, devant son public, l’Olympique Lyonnais parviendra-t-il à trouver la faille et à se montrer plus efficace qu’en Angleterre, pour s’offrir une nouvelle finale ? En tout cas, c’est tout ce qu’on souhaite au club rhodanien.

Dimanche 29 avril :

14h45 – Olympique Lyonnais / Manchester City, en direct sur Canal+ Sport

17h30 – VfL Wolfsburg / Chelsea Ladies FC

Propos recueillis par Sandrine Dusang, et extraits de Manchester City Women

Crédits photos : S.Guiochon/olweb.fr, Manchester City Women

Laisser un commentaire