Coupe du Monde U-20 : engageons-nous avec les volontaires

La Coupe du Monde U-20 s’apprête à envahir la Bretagne. Si les jeunes joueuses sont impatientes, d’autres sont tout aussi excités par ce bel événement estival : les volontaires sont eux-aussi de la partie pour faire de cette Coupe du Monde un véritable succès.

Ils viennent des quatre coins de la France, de tous les horizons, mais ils ont une passion commune : le football au féminin. La logistique derrière l’événement est celle d’une machine de guerre, entre l’accueil des joueuses et des staffs, la restauration, l’animation des fanzones, l’accueil des médias… Et la main-d’oeuvre nécessaire est conséquente. Autant de héros de l’ombre qui vont oeuvrer à la bonne organisation de la machine bretonne.

“L’idée c’est de faire de cette Coupe du Monde U20 un vrai rendez-vous. J’étais à l’Euro aux Pays-Bas et l’atmosphère était fantastique”, nous confie Marion Vanrullen, une des participantes à ce programme de volontaires. “Je souhaite participer à cette fête du football féminin que sera la Coupe du Monde 2019, en tant que supporter, et 2018 était pour moi l’occasion d’avoir une part active à l’événement. Et m’échauffer aussi !” Après avoir postulé sur le site de la FIFA, Marion a rempli un formulaire rapide, avec une lettre de motivation et son CV, pour cerner au mieux les compétences des potentiels volontaires. Leurs envies et leurs atouts sont ensuite étudiés jusqu’à la réponse finale.

De retour à Rennes, au Roazhon Park, les volontaires sélectionnés sont accueillis et reçoivent leur paquetage, avec leurs tenues aux couleurs de l’événement. Ils participent à une formation, commencent à créer des liens : l’esprit d’équipe est aussi important au sein du programme de volontaires. “Je pense que le fait que je parle anglais a beaucoup aidé ma candidature”, raconte Marion. “Je serai en relation avec les médias. Participer à la Coupe du Monde sera une expérience unique. J’ai posé des congés pour pouvoir être volontaire et je souhaitais rester globalement dans l’enceinte du stade pour voir l’envers du décor et, je l’espère, l’ambiance. Ce qui m’a attiré, c’est pouvoir faire mes armes en Bretagne, qui est une terre de football. J’avais déjà l’expérience dans mon métier, où j’organise des événements sportifs et des compétitions, mais France 2018 sera un tout autre défi.”

Mais au-delà des volontaires et des équipes du LOC et de la FFF, il nous appartient aussi, passionnés, joueuses, arbitres, médias, de faire de cette Coupe du Monde une belle réussite.

La campagne pour la Coupe du Monde 2019 est par ailleurs ouverte. 2500 volontaires sont recherchés pour couvrir tous les sites de l’événement majeur de 2019 et assister le LOC et la fédération. Près de 40 missions ont été identifiées et il y aura donc de la place pour tout le monde, peu importe les affinités et les métiers. Il suffit d’avoir plus de 18 ans et être disponibles a minima pendant les jours de matches et les journées de formation. Toutes les informations sont ici.

Crédits images : FFF

1 commentaire

  • Je ne serai pas volontaire, mais présent dans les tribunes du stade de la Rabine à Vannes pour voir les deux premiers matchs de l’Equipe de France ( le 5 août contre le Ghana et le 8 août contre la Nouvelle Zélande).Je veux voir les prestations de certaines joueuses comme Selma Bacha, Marie Antoinette Katoto et Emelyne Laurent (soit disant une Thomis ou Van de Sanden n°2) pour ne citer qu’elles, car je pense que certaines pourront rejoindre l’Equipe de France pour la Coupe du Monde 2019. Il manque toujours à cette EDF , des joueuses rapides et madame Diacre ne les a toujours pas trouvées.

Laisser un commentaire