Wendie Renard : « Ce genre de victoire consolide le groupe »

Wendie Renard a permis hier à l’Équipe de France d’accéder en finale du tournoi de Chypre en marquant le 3e but tricolore contre les Pays Bas, au bout du suspense (0-3, 94e minute). La défenseuse centrale tricolore – en position d’attaquante en fin de rencontre – revient pour nous sur ce match et sur la finale qui se profile demain contre l’Angleterre.

 

 

 

Pouvez-vous nous décrire brièvement le match d’hier contre les Pays-Bas ? La France menant « seulement » 2-0 à quelques minutes de la fin du match, avez vous eu l’impression que vous n’alliez pas y arriver ? (Il fallait gagner par un score de 3-0 pour accéder à la finale car dans le même temps l’Ecosse menait 4-2 contre l’Australie).

 

Nous avons fait un gros match collectivement, avec un bloc bien compact, tout le monde a bien coulissé et fait les efforts. Nous parvenons à rentrer sur un score de 1-0 à la mi-temps. Mais au retour des vestiaires, on est revenues avec de meilleures intentions car on connaissait le score de l’Ecosse. Il fallait qu’on marque absolument d’autres buts! Du coup on a pressé plus haut, joué rapidement et on arraché ce deuxième but. Les Hollandaises étaient fatiguées, on a vu qu’on les « mangeait » physiquement. On savait que ça allait rentrer. Il ne restait pas beaucoup de temps, donc c’est vrai qu’on s’est demandé si on allait arriver à marquer ce dernier but, mais on a réussi à concrétiser dans le temps additionnel ce qui récompense tous nos efforts fournis pendant les 90 minutes.

 

Qu’apporte ce genre de victoire dans un groupe ?

 

Cela apporte beaucoup de choses ! Cela consolide le groupe, et cela montre que nous sommes capables d’atteindre nos objectifs, car il fallait qu’on marque ces 3 buts. Cela prouve aussi que ce groupe a énormément de ressources, de qualités, et en comptant sur tout le monde nous sommes capables de faire de grandes choses.

 

 

 

 

Vous marquez le but décisif qui envoie la France en finale à la 94e minute, juste après votre entrée en jeu en remplacement d’Eugénie Le Sommer. Vous étiez aux avant-postes à la réception du centre de Griedge MBock. Que faisiez-vous là ? Wendie Renard, future avant-centre de l’EDF ?

 

J’étais en train de m’échauffer, et l’adjoint m’a dit de me préparer à rentrer dans le temps additionnel en cas de coup de pied arrêté. Finalement, il m’appelle, alors qu’il n’y a pas de coup de pied arrêté, et me dit de remplacer Eugénie (Le Sommer) en attaque. Je lui ai dit ok ! Sur le coup ça m’a fait bizarre, mais je me suis placée en attaque. J’ai touché 2 ballons et le deuxième a été au fond. Au niveau statistique on peut dire que c’est un bon ratio ! (rires)

 

Demain, vous retrouverez l’Angleterre en finale du tournoi de Chypre. C’est une équipe que vous connaissez bien et qui vous réussit bien (les Bleues n’ont plus perdu contre l’Angleterre depuis 1974). A quoi vous attendez-vous ?

 

Ca va être un match difficile. Même si l’Angleterre nous a toujours bien réussi, ce sera différent demain car elles ont un nouveau coach. On connait pas mal de joueuses mais il y aura forcément un nouveau système, une nouvelle tactique…

 

Reverra-t-on Wendie Renard à la pointe de l’attaque tricolore demain contre l’Angleterre? Prévoyez-vous de marquer un nouveau but ?

 

Mon poste est arrière centrale ! Cela ne changera pas, mais s’il faut marquer un but et que l’occasion se présente, je n’y manquerai pas. L’Angleterre est une nation qui me réussit plutôt bien. J’avais marqué contre elles à l’Euro (victoire 3-0 en phase de poules). Après, peu importe la joueuse qui marque, l’important c’est de gagner !

 

 

Voir aussi :

 

Le match des Bleues contre les Pays-Bas

Classements et Résultats des groupes du tournoi de Chypre

 

Soutenez le projet « Mêmes Rêves de Foot »

 

 

Crédits photos : FFF