Trop facile pour la France ?

L’équipe de France féminine accueille l’Autriche mercredi en début de soirée (18h30) au MMArena pour un match comptant pour les qualifications de la Coupe du monde 2015. Ce duel s’annonce comme une nouvelle formalité pour des Tricolores à qui tout réussit depuis la rentrée. Les adversaires défilent à la même vitesse que les succès… Tant mieux ?

 

 

 

Allez, ne ménageons pas le suspense. Oui, la France sera ultra favorite ce soir à 18h30 face à l’Autriche. Oui, les Bleues ont 90 % de chances de remporter trois points de plus sur la route du Mondial 2015. Non, on ne connaît pas cette équipe d’Autriche plus que ça.

 

Voilà pour la présentation de cette partie dans les grandes lignes. Difficile de faire mieux tant les Bleues déroulent à chaque match face à des formations peu connues, incapables de remettre la hiérarchie en doute.

 

Mais l’essentiel est ailleurs à 18 mois de la prochaine Coupe du monde, objectif annoncé de l’équipe de France féminine. L’essentiel viendra des matchs amicaux de haut niveau que joueront les Tricolores d’ici là. La victoire face à la Suède (3-0) est d’ailleurs encourageante dans ce sens. Car s’il y a une nation qui digère mal la facilité, c’est bien la France.

 

 

« Ce mal bien français… »

Combien de nos sportifs ont perdu quand la victoire leur tendait les bras ? Combien de nos clubs ou de nos sélections ont chuté alors qu’on les attendait favoris ? L’élimination du PSG de la Ligue des champions masculine ce mardi soir en est un nouvel exemple, lui qu’on envoyait déjà en demies après le match aller… Dans un contexte radicalement différent certes, c’est ce qu’il s’est passé aux JO 2012 et à l’Euro 2013 pour les Bleues. Si fortes qu’on les voyait trop belles.

 

Il n’est jamais très bon pour des Français de dominer autant que les filles de Bergeroo le font depuis la rentrée. Alors, évidemment qu’on attendra une victoire avec des buts face à l’Autriche. Bien sûr que ces matchs de qualifications sont essentiels car ils permettront aux Bleues de décrocher leur billet pour le Canada. Mais pour tirer des enseignements du niveau des tricolores et fixer des objectifs sportifs, il faudra attendre encore un peu. Cet été, un match amical face au Brésil puis deux face aux États-Unis suffiront amplement à nous faire une idée.

 

 

 

Crédits photos : Frédérique Grando