Interrégions : Le tour d’horizon 1/2

Dernière étape avant l’arrivée en D2 nationale féminine, tour d’horizon des différents groupes et réactions des clubs avant la première journée de dimanche.

 

 

 

 

 

Avis sur le groupe et les différents adversaires :

 

Groupe A

 

Christophe Carnez (Lillers) : « C’est un groupe d’équipes d’expérimentées, sauf nous. C’est notre remière apparition dans cette compétition. Je ne connais aucune des 3 autres équipes. On pensait juste se maintenir en DH, mais avec les victoires, les filles y ont cru ».

 

Sylvaine Lair (Gonfreville) : « On était assez satisfait lors du tirage. On voulait éviter la ligue de Paris et de Bretagne. On a la ligue du Nord à la place. Le Pas-de-Calais ne nous a pas réussi l’an dernier avec Rouvroy. Saint-Quentin, je connais. Estrées est une équipe avec une très bonne cohésion. C’est un groupe très ouvert. Nous avons un gros morceau avec Lillers. Il faudra voir si nous avons pris l’expérience de l’année dernière ».

 

Bernard Mendy (Saint-Quentin) : « C’est la 3e fois que nous y allons. On connaît assez bien nos adversaires. Gonfreville est une très belle équipe. Elles auront à cœur de montrer qu’elles auraient dû monter. Estrées, que nous avons en championnat, est une très belle équipe. Je ne connais pas Lillers ».

 

Élodie Dortu (Estrées) : « Nous sommes tombées dans un groupe où tout est jouable, nous connaissons Saint-Quentin que nous avions dans notre championnat. Après, je connais aussi Gonfreville. C’est une amie qui entraîne. Elles ont déjà vécu le stress des barrages. Lillers, je pense, va être costaud comme toute équipe du Nord ».

  

Groupe B

 

Bruno Dalla Libera (Saint-Memmie) : « Nous avons un groupe plutôt homogène. Saint-Memmie n’a jamais été confronté à cette compétition. Nous la découvrons. Troyes, nous connaissons bien. C’est une équipe qui a de l’expérience. Je ne connais pas Tremblay. Woippy est une belle équipe. Les filles et moi avons envie de ramener Saint-Memmie au plus haut niveau ». 

 

Jean-François Morel (Woippy) : « C’est notre troisième édition. Cette année, nous avons un groupe équilibré. On est la seule équipe de la même ligue. On ne connaît pas les autres équipes. L’équipe de Saint-Memmie a joué en D1. Troyes est une équipe très jeune, qui a progressé. Tremblay fait partie des équipes parisiennes qui sont toujours compliquées à jouer. Tremblay pourrait être le favori de cette poule ».

 

Loïc Feugey (Troyes) : « On a un groupe homogène, mais compliqué. On peut créer la surprise. Avec Saint-Memmie, on se connaît depuis longtemps. Un mélange de jeunes et de joueuses plus expérimentées. C’est une équipe accrocheuse. Les autres ligues sont plus costaudes que la nôtre. Woippy, c’était costaud il y a 2 ans, quand nous avons joué contre elles. Les équipes parisiennes sont toujours compliquées à jouer ».

 

 

Les joueuses de Gonfreville sont prêtes

 

Groupe C

 

Roland Jeannin (Racing Besançon) : « Blanzy, nous connaissons assez bien pour l’avoir rencontré il y a deux ans en D2 et en match amical en début de saison. L’équipe descend de D2 et souhaite certainement y retourner le plus rapidement possible. Elle a l’expérience de la D2 et est complète et homogène. Aulnat : une équipe qui a terminé invaincue son championnat et affiche certainement son envie de retrouver la D2. Équipe que nous avions aussi jouée il y a deux ans en D2. Ambilly : l’équipe termine deuxième de son championnat derrière l’intouchable réserve de l’Olympique Lyonnais. Équipe favorite pour la montée en D2 ».

 

Robert Creuzet (Blanzy) : « C’est un groupe où il y a du costaud. Ambilly est une équipe surprenante. Ce sera pas facile. On a notre chance. On s’est renseigné sur les 3 autres. Besançon a l’air le mieux armé ».

 .

Roland Beaufils (Ambilly-Evian Thonon Gaillard) : « Nous sommes le petit poucet et les trois autres les gros. On a progressé. On a eu la chance de rencontrer l’Olympique Lyonnais B et de les battre. On vient pour monter et on a déjà fait une grosse saison ».

 

Groupe D

 

Christophe Parra (Olympique de Marseille): « Je ne connais pas ces équipes. C’est un point d’interrogation. Je me focalise plus sur le travail réalisé que sur les adversaires, sans aucune prétention. Participer à cette compétition est une étape, même si l’objectif du club est de jouer au niveau national. On a vécu une année exceptionnelle. On va faire face à des équipes qui ont les mêmes objectifs que nous ».

 

Cédric Bertrand (Montauban) : « C’est un groupe compliqué. Arlac a une bonne expérience des interregions et est un groupe assez complet. On a moins d’infos sur Sète. L’OM, je ne connais pas trop et ce sera une belle affiche. On suppose qu’il y a de la qualité ».

 

Pascal Lamagnere (Arlac-Mérignac) : « Nous partons dans l’inconnu. On était plus habitué à jouer vers le Nord. Je ne connais pas les autres. Les 3 matchs seront différents. Ces trois équipes sont armés pour la montée. J’ai un effectif relativement jeune ».

 

Benjamin Caruso (FC Sète) : « Honnêtement, j’ai cherché des informations sur les 3 autres, mais sans plus. Il n’y aura rien d’écrit dans ce groupe, donc on a une chance. On prend match par match et essaierons d’avoir un maximum de victoires ».

 

 

 

L’OM Féminin ira-t-il droit au but ?

 

Groupe E

 

Anthony Barousse (Laval FA) : « Un groupe surprise, une répartition proche de celle de l’an passé, mais pas pour nous déplaire, de la part d’oppositions inconnues. Ce sera l’occasion pour nos jeunes joueuses d’acquérir de l’expérience, en se rapprochant du niveau de jeu supérieur, en tenant les exigences qui vont avec. La Ligue des Champions des DH féminines peut commencer ». 

 

Youssef Oukattou (Limoges-Landouge) : « Je mets les pieds dans l’inconnu. Je ne connaissais pas le football féminin. On est resté solide jusqu’au bout. L’objectif de la saison était les interregions. On s’est renseigné. Personnellement, je ne les connaissais pas. Je pense que les 4 équipes ont le même niveau ».

 

Erwan Knezevic (FC Tours) : « Je connais bien Orléans qui a fini 2e derrière nous. On a plus d’individualités qu’eux. Une équipe qui ne lâche rien. Je ne connais pas du tout Laval FA. J’ai vu jouer Limoges en tournoi. Le souvenir d’un bon milieu de terrain. Peut-être le match se jouera-t-il sur cela. C’est un groupe plus abordable que l’an dernier ».

 

Jimmy Telmar (Orléans) : « Tours et Limoges sont les équipes les plus armées pour monter. Elles ont déjà connu la D2. Tours est au-dessus de nous. Limoges est une bonne équipe qui n’a pas beaucoup changé. Laval, je ne connais plus trop, cela fait longtemps que nous avons joué cette équipe. On est un peu les novices ».

 

Groupe F

 

Jacky Lehuede (Saint-Lyphard) : « C’est un groupe difficile. Saint-Malo et Lorient sont de grosses écuries. Flers, je ne connais pas. On y va pour découvrir le niveau ».

 

Ludovic Poisson (FC Flers) : « C’est un groupe très relevé avec les 2 équipes bretonnes. Elles seront les favorites du groupe. Ce sera dur de les concurrencer. Nous sommes prêts à représenter notre région de Basse-Normandie. On est concerné mais lucide. Saint-Lyphard, je pense, est de notre niveau aux plans offensif et défensif ».

 

Fabrice Garin (Saint-Malo) : « C’est un groupe difficile. Lorient, on connaît bien. Contre nous, ce sont des matchs difficiles et accrochés. Flers est une bonne équipe, qui a survolé son championnat. Saint-Lyphard, pas facile à jouer, et athlétique aussi. On a une chance comme les autres. On a pas le droit à l’erreur. Ne pas avoir trop de blessées et avoir un peu de chance ».

 

 

Crédits photos : om.net / Meryll Vian