D1-J16 : Gérer pour mieux régner ?

Ces dimanches 11 mars et lundi 12 mars, la D1 se remet en route avec la 16e journée de championnat. Après une trêve internationale d’une quinzaine de jours, les entraineurs vont devoir gérer leurs effectifs et être vigilants quant à la probable fatigue de leurs joueuses. Ce contexte pourrait-il jouer des tours à certains ?

Ces douze derniers jours, les équipes de France A, B, et U19 étaient concernées par des tournois (de 3 ou 4 matches) : la SheBelieves Cup pour l’équipe phare des Bleues, la Turkish Women’s Cup pour l’équipe de France B -qui l’a d’ailleurs remporté-, et le Tournoi international de la Manga pour les U-19 de Gaëlle Dumas. Ajoutez à cela une double confrontation contre les États-Unis pour les U-20 et vous obtenez bon nombre de joueuses « fatiguées » qui auraient probablement préféré une journée « off » qu’une journée de D1 ce dimanche.

La quasi totalité des clubs touchés

Évidemment certains clubs ont été davantage concernés que d’autres, mais parmi les douze protagonistes du championnat, seuls Rodez et Albi n’ont pas ou très (très) peu été handicapés par l’absence de joueuses lors des séances d’entrainement. Pour l’Olympique Lyonnais, le Paris Saint-Germain, le Montpellier Hérault, mais aussi pour l’Olympique de Marseille, le Paris FC ou le Lille OSC, les entraineurs ont probablement dû adapter la programmation des séances d’entrainement et leurs contenus en fonction du nombre de joueuses qui restaient à la disposition des clubs pendant cet épisode international.

La 16e journée qui se profile ce dimanche pourrait bien voir des remaniements importants dans les compositions de départ, et/ou des joueuses qui manqueront de jus. En particulier les joueuses présentes à la SheBelieves Cup, qui en plus de la fatigue accumulée lors des matches, devront aussi encaisser le contre coup du voyage et le décalage horaire. De leur côté, nos voisins anglais et allemands avaient semble-t-il anticipé ces éléments, et fait en sorte de ne pas programmer de matches sur ce week-end. Espérons alors que cette journée de D1 ne réserve pas trop de mauvaises surprises.

Un coup à jouer pour certains ?

Des mauvaises surprises, il y en a déjà eu lors des tournois… On pense forcément à la blessure de la joueuse du PFC, Aïssatou Tounkara, victime d’une double fracture tibia-péroné, lors de la dernière rencontre des Bleues face à l’Allemagne (victoire 3-0), mais aussi à la Marseillaise, Hawa Cissoko, blessée à un ischio-jambier lors du tournoi en Turquie avec l’équipe de France B. 

On le sait, le risque de blessure est forcément plus important lorsque les joueuses sont en état de fatigue, et cette période internationale pourrait laisser des traces. Il faudra alors que les entraineurs le prenne en compte et qu’ils gèrent leurs effectifs en fonction.

Doit-on s’attendre à des surprises pour autant ? Est-ce que certaines équipes pourraient profiter d’éventuels turn-over ou de « coup de fatigue » ? On peut se poser la question oui, mais étant donné les rencontres de cette 16e journée, il ne devrait pas y avoir de répercussion directe. À moins que Rodez, Albi, ou Guingamp (peut-être plus que les autres) soient en mesure de nous faire mentir.

Comme c’est le cas depuis plusieurs journées déjà, le classement devrait encore bouger et certaines équipes se positionner. Mais si les effectifs sont gérés sans tomber dans l’excès, alors il ne devrait pas y avoir trop de « casse », au sens propre comme au figuré.

 

Vous aimerez peut-être aussi cet article  D1-J19 : La guerre des nerfs continue

 

Crédits photos : MHSC, Vincent Roussel pour Foot d’Elles