Ces Lyonnaises sont insatiables !

L’Olympique Lyonnais a remporté la Coupe de France féminine ce soir au MMArena du Mans en battant le PSG sur le score de 2 buts à 0. D’une maîtrise impeccable, sans jamais trembler, les filles de Patrice Lair permettent à leur coach de quitter l’OL sur un nouveau trophée et de montrer à tous qu’il faudra encore compter avec elles la saison prochaine.

 

On la connait bien cette histoire. Il y a des filles qui jouent au football, des ballons, un terrain et, à la fin, c’est la capitaine de l’OL qui soulève la Coupe. Ce soir, le PSG et l’OL ont rapidement montré que ce serait une finale de haut niveau. Les gages de qualité étaient bien présents. De la qualité technique, de l’engagement physique, et une ambiance torride grâce aux supporters du PSG venus se rappeler aux bons souvenirs du Parc des Princes avant le Plan Leproux.

Lorsque la première mi-temps touche à son terme, on a le sentiment d’un duel serré, qui penche néanmoins côté lyonnais, vainqueur au nombre d’occasions franches. Patrice Lair procède alors à quelques ajustements et Elise Bussaglia entre en jeu, à la place d’Elodie Thomis, pour stabiliser le milieu de terrain.

 

 

 

 

Un bijou signé Lara Dickenmann

 

L’OL a finalement trouvé la faille quelques minutes plus tard. Sur une passe de Louisa Nécib dans la surface, Camille Abily s’emmène le ballon, mais elle a à peine le temps de lever les yeux que le cuir est dans la lucarne adverse (57e). Lara Dickenmann avait fini le contrôle de sa partenaire d’une superbe frappe enroulée du pied droit. Impossible à arrêter pour Katarzyna Kiedrzynek.

 

La réaction des Parisiennes fut immédiate, avec un rush de Laure Boulleau côté gauche qui n’a pu aboutir à mieux qu’un corner. Mais Lyon a vite obtenu sa balle de break. Le 2-0 est venu d’un coup de boule à bout portant de Corine Petit sur un coup-franc bien frappé par Louisa Nécib… et très mal joué par l’arrière-garde parisienne (62e).

 

 

 

 

Encore un trophée pour l’OL
 

Encore une fois, Paris réagit vite, mais sans effet, avec seulement cette frappe de Marie-Laure Delie venue flirter avec la transversale de Sarah Bouhaddi. Le plus dur étant fait, Lyon se relâche un peu, et perd quelques ballons inhabituels au milieu du terrain. Farid Benstiti lance Kosovare Asllani et Shirley Cruz dans la bataille, puis Linda Bresonik.

Ce sera sans effet. Le match s’équilibre pour le plus grand plaisir des Lyonnaises, qui voient le chrono défiler en leur faveur. Les quatre minutes d’arrêts de jeu n’ont pas suffi aux Parisiennes pour inverser la vapeur. L’expérience lyonnaise et son vécu collectif remportent un nouveau trophée, le 10e en quatre saisons… Et toujours pas d’indigestion en vue.

 

Crédit photos : PSG.FR / OLWEB