#FIFAWWC – Paris, lancera la fête

Le Parc des Princes est l’un des neuf stades choisis par la Fifa pour accueillir le Mondial féminin du 7 juin au 7 juillet. La préparation de la ville de Paris touche à sa fin. Les billets pour le match d’ouverture ont déjà tous été vendus.

La première Coupe du monde féminine de football en France ne pouvait pas se passer de Paris. La capitale est donc l’une des neuf villes hôtes de la compétition. Le Parc des Princes accueillera en effet le match d’ouverture, qui opposera le 7 juin, les Bleues à la République du Corée. Tous les billets individuels pour cette rencontre se sont vendus en moins de quarante-huit heures : les Bleues auront donc la chance de débuter leur compétition à guichets fermés. Soit 48 600 supporters pour lancer la compétition.

Puis l’enceinte recevra six matchs. « La Ville de Paris se félicite d’avoir ainsi l’opportunité de participer à l’organisation du plus grand événement sportif international féminin », a réagit la mairie de Paris dès l’annonce de l’événement il y a plus d’un an et demi. « Aux côtés des huit autres villes françaises également retenues pour l’occasion, Paris mettra une nouvelle fois à profit son savoir-faire pour garantir la réussite populaire et festive de événement, accessible à toutes et à tous », complétait-elle alors.

Les stades d’entraînement réquisitionnés

Aujourd’hui, à moins d’un mois du lancement de la Coupe, la ville est prête. Le Parc des Princes a l’habitude des grandes compétitions et le stade n’a donc pas subi beaucoup de travaux. Pour les entraînements, certains stades des villes alentours ont été réquisitionnés par la Fifa. C’est le cas notamment du Parc des sports de Genevilliers ou du stade de Croissy-sur-Seine.

« La Fifa est venue plusieurs fois visiter notre site pour voir si on répondait au cahier des charges. Ils ont reconnu la qualité des installations », se réjouit le directeur des sports de Genevilliers Lounis Amedjkouh. Le Stade a donc été mis la disposition de l’instance dès le 30 mars. Le temps pour la ville de soigner le gazon et changer les éclairages des puissants projecteurs. « On va passer à l’éclairage led », précise le directeur des sports qui estime à 300 000€ l’enveloppe nécessaire à ces travaux. Le stade servira de terrain d’entraînement à certaines équipes évoluant au Parc des Princes. Dont la France et les Etats-Unis.

A Croissy-sur-Seine, le Parc omnisports, refait à neuf pour en 2016 pour accueillir l’équipe nationale de Russie pendant l’Euro 2016 masculin, sera aussi l’un des 37 stades d’entrainements répartis sur le territoire français pendant la compétition.

La bistronomie au coeur du village d’animation

Au niveau des animations la capitale n’a pas prévu de fan zone, mais le Village Fifa fan expérience, situé au Forum des Halles (premier arrondissement). L’intégralité des matchs y sera diffusée. Des nombreuses activités ludiques, culturelles et sportives devraient amuser les familles. Les supporters étrangers pourront aussi y découvrir « la bistronomie à la française ».

Quant à l’héritage et à la promotion de l’égalité dans le sport, point mis en avant dans chacune des villes et faisant partie du cahier des charges de la Fifa, Paris met en valeur ses deux clubs professionnels féminin, et soutient les initiatives de ses clubs et associations pour valoriser le football féminin de façon pérenne. Le dispositif Footd’Elles permet notamment d’initier les jeunes filles de 8 à 12 ans par des initiations le mercredi après-midi depuis mars 2018.

Quatre nouveaux terrains pour le foot féminin après la CDM

Le dispositif Footd’Elles initié par la ville de Paris initie les jeunes filles au foot féminin.
Photo Guillaume C@Ville de Paris

Autre héritage tangible et durable de cette Coupe du monde féminine de la FIFA 2019 : « Paris va inaugurer quatre nouveaux terrains de pratique dédiés au football féminin après la compétition », se réjouit la ville. « L’accueil de la Coupe du Monde féminine de la FIFA, France 2019 est l’occasion pour la Ville de Paris de promouvoir l’égalité Femme-Homme par le sport. Notre ambition s’incarne notamment dans un objectif de parité entre créneaux féminins et masculins dans les équipements sportifs municipaux avant 2024 », promet la municipalité.

En termes de sécurité, l’Euro 2016 constitue un modèle pour le LOC du Mondial 2019 rapporte le journal Le Monde. « Le contexte n’a pas changé depuis le 13 novembre 2015 et France-Allemagne [au Stade de France, autour duquel trois kamikazes s’étaient fait exploser]. Tout le monde a pris conscience que le stade pouvait être le lieu de la pire des expressions, des revendications », observe Erwan Le Prévost le responsable du comité local d’organisation. La fête sera donc bien encadrée, pour profiter encore plus de cet événement, dont on attend des records notamment en termes de fréquentation.

Lucie Tanneau pour Foot d’Elles

Laisser un commentaire