#WWC2019 : L’oeil de Camille Abily et Jessica Houara-d’Hommeaux

Suite au tirage au sort, Camille Abily et Jessica Houara d’Hommeaux, toutes les deux anciennes joueuses de l’Olympique Lyonnais et aujourd’hui respectivement consultante pour W9 et Canal +, nous ont fait part de leur sentiment sur les six groupes de la coupe du Monde (#WWC2019) qui se tiendra en France du 7 juin au 7 juillet prochain. Analyse.

Groupe A : France, Corée du Sud, Norvège, Nigéria

Camille Abily : « Je pense que c’est un groupe à la portée des Françaises. Après, on a malheureusement pu voir par le passé que les matches amicaux ne reflètent pas toujours la compétition alors il faudra être vigilant. Le fait que la coupe du Monde se joue en France devra être une source de motivation supplémentaire. Le Nigéria avait été assez décevant dans le jeu mais c’est une équipe capable physiquement d’être très solide et de bien défendre. Elles ont quelques bonnes joueuses. Je pense notamment à Oparanozie devant, qui est une joueuse de qualité, capable de garder les ballons ou de mettre un but d’anthologie. Le Nigéria compte beaucoup sur ses qualités athlétiques alors si il n’est pas prêt physiquement, ce sera compliqué pour lui.
Nous avions joué la Corée du Sud à la coupe du Monde en 2015. C’est un match que nous avions bien négocié en marquant rapidement (victoire 3-0). Je pense qu’il faudra quand même se méfier de cette équipe qui est capable de garder le ballon et qui a une joueuse très très intéressante au milieu de terrain en la personne de Ji So-Yun. Elle fait partie des top joueuses même si elle est parfois un peu trop isolée dans son équipe nationale. Je pense que l’équipe de France est plus armée, notamment d’un point de vue collectif, mais il faudra malgré tout se méfier de cette équipe sud-coréenne.
À ma grande surprise, la Norvège a terminé première de son groupe lors des qualifications. Je pense malgré tout que l’absence d’Ada Hegerberg leur fait énormément de mal d’un point de vue offensif. Ils se privent de la meilleure joueuse du monde alors c’est dommage pour eux et tant mieux pour nous. Il y a quand même, Hansen une joueuse de grande classe, capable de déséquilibrer et de marquer. Je pense que la Norvège est une équipe en reconstruction et qu’elle n’a pas encore le niveau collectif de la France mais leur parcours en qualif’ a été intéressant alors difficile de savoir où en est vraiment cette formation.

Groupe B : Allemagne, Chine, Espagne, Afrique du Sud

Jessica Houara-d’Hommeaux : « Ce groupe est assez intéressant même si je pense que l’Allemagne est un cran au-dessus et que c’est elle qui a le plus de chance de terminer en tête. Avec l’Espagne qui monte en puissance ces dernières années et la Chine qui reste intéressante, la deuxième place de ce groupe sera probablement très disputée. L’Afrique du Sud qui participe pour la première fois à une coupe du Monde aura à coeur de bien figurer mais reste clairement le petit poucet du groupe.

Groupe C : Australie, Italie, Brésil, Jamaïque

Camille Abily – Pour moi ce n’est pas un groupe de très haut-niveau. Je pense que l’Australie et le Brésil devraient être les deux équipes à se qualifier pour la suite de la compétition. L’Italie et encore plus la Jamaïque sont un cran en-dessous d’après moi. L’Italie a été bonne sur les qualifications et continue de progresser mais je ne l’imagine pas vraiment bousculer le Brésil et l’Australie. Dans ce groupe C, l’Australie est mon favori, même si elle m’a un peu déçu contre la France dernièrement, parce qu’il manquait pas de mal de joueuses. Notamment Sam Kerr, sa star en forme. Pour le Brésil, je pense que l’équipe est trop dépendante de Marta et qu’en fonction de sa forme on verra ou non un grand Brésil.

Groupe D : Angleterre, Écosse, Argentine, Japon

Jessica Houara-d’Hommeaux – C’est pour moi, le groupe le plus homogène. Difficile de savoir qui terminera premier, deuxième ou troisième. L’Argentine est peut-être un peu en dessous mais c’est une équipe qu’on connait moins alors sait-on jamais. Le Japon fait partie des grandes nations mais l’Angleterre est une équipe relativement complète avec des armes offensives et défensives très intéressantes. Je pense qu’il ne faut pas sous-estimer l’Ecosse non plus parce que ce derby contre l’Angleterre peut aussi avoir une incidence sur le groupe. Bravo à celui ou celle qui pourra annoncer qui terminera à quelle place dans ce groupe D.

Groupe E : Canada, Cameroun, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas

Camille Abily – Le Canada et les Pays-Bas sont les deux équipes qui se détachent un peu pour moi. Les championnes d’Europe étaient peut-être un peu trop confiantes pour leur campagne de qualifications, ce qui leur a valu de passer par les barrages contre le Danemark et la Suisse, mais c’est une équipe avec un système de jeu bien huilé et des joueuses qui savent comment gagner. Le Canada est peut-être encore un peu au dessus parce que son jeu n’est pas toujours très beau à voir mais l’équipe fait preuve d’une grande efficacité. Très athlétique et toujours présente dans les grandes compétitions, il faudra avoir un oeil sur cette équipe canadienne ».

Groupe F : États-Unis, Thaïlande, Chili, Suède

Jessica Houara-d’Hommeaux – C’est sûrement le seul groupe où l’on peut se mouiller et dire que les États-Unis et la Suède prendront les deux premières places. La Thaïlande et le Chili vont certainement peiner face à ces équipes habituées des grandes compétitions. Je pense que les États-Unis sont favoris pour finir en tête du groupe F mais il ne faut pas oublier que lors des Jeux Olympiques en 2016 la Suède avait réussi à rivaliser et à battre les USA (1-1, 4-3 après TAB). Même si c’était un match à rallonge, les Suédoises l’ont fait alors elles peuvent peut-être répéter cette performance l’été prochain en France ».


Crédits photos : Sandrine Dusang, The Women’s Game, Fox Sports, Canada Soccer

Laisser un commentaire