#UWCL : Trop fort pour le Barça, l’OL s’offre son 6e titre !

Ce samedi, à Budapest, avait lieu la finale de la Ligue des Champions féminine entre Lyon et Barcelone. Après une rencontre spectaculaire, surtout en première période, ce sont les Lyonnaises qui se sont imposées 4 buts à 1. Une victoire qui permet à l’Olympique Lyonnais de décrocher son sixième titre dans la compétition et son quatrième consécutif.

Au Groupama Arena de Budapest, les Fenottes se sont senties presque comme chez elles au Groupama Stadium de Lyon. Devant plus de 23 000 spectateurs, les Lyonnaises n’ont laissé que peu de chance au FC Barcelone qui disputait sa première finale de Ligue des Champions. Avec une première période pleine d’efficacité, Wendie Renard et ses coéquipières se sont offert un sixième titre européen et un quatrième triplé Championnat/Coupe/Ligue des Champions. Une performance exceptionnelle qui place encore un peu plus l’Olympique Lyonnais au sommet du football européen.

En trente minutes tout bascule

30, c’est le nombre de minutes qu’il aura fallu aux joueuses de Reynald Pedros pour assommer les Barcelonaises et faire la différence dans cette finale. Si la première occasion était à mettre à l’actif de l’équipe catalane, avec une frappe hors cadre de Toni Duggan (4e), la réponse lyonnaise ne se faisait pas attendre. La minute suivante, Shanice van de Sanden, lancée dans le couloir droit, centrait pour Dzsenifer Marozsán qui passait devant son adversaire et ouvrait le score pour l’OL (5e, 1-0).

Hegerberg voit triple !

Ensuite, tout allait très vite et sur une action similaire c’est Ada Hegerberg qui réceptionnait le centre de la Néerlandaise (14e, 2-0). Le rêve de cette première finale commençait alors à tourner au cauchemar pour les Barcelonaises… Et c’était sans compter sur la joueuse Ballon d’Or 2018, très en forme ce samedi soir. La Norvégienne, Ada Hegerberg, décidait d’appuyer là où ça fait mal et s’offrait un doublé (19e, 3-0) puis un triplé (30e, 4-0). Un triplé et une performance qui vaudront d’ailleurs à l’attaquante lyonnaise d’être élue joueuse de cette finale.

Une seconde période plus calme

Au retour des vestiaires et avec quatre buts d’avance, les Lyonnaises jouent un peu moins haut sur le terrain. Malgré une possession de balle un peu plus grande que lors des quarante-cinq premières minutes, les joueuses de Lluís Cortés n’y arrivent pas. Et lorsque les Catalanes trouvent quelques failles dans le bloc lyonnais, c’est l’efficacité et la réussite qui leur manquent. On pense notamment à la demi-volée de Martens à côté (68e) et au lob de la capitaine, Vicky Losada, qui terminait sur le filet au-dessus du but de Bouhaddi (74e).

Oshoala sauve l’honneur pour le Barça

Entrée en jeu à la 69e minute à la place de Toni Duggan, la Nigériane, Asisat Oshoala allait finalement être la seule à semer un peu le doute dans la surface de réparation rhodanienne. Grâce à son solide gabarit et à sa vitesse, l’attaquante barcelonaise alertait quelque fois la défense lyonnaise, avant de trouver la faille à une minute de la fin du temps réglementaire. Bien servie par Lieke Martens, Oshoala passait devant Wendie Renard et ajustait sa frappe, permettant à Barcelone de réduire le score et de sauver l’honneur.

L’OL toujours plus loin, toujours plus haut

Il en rêvait, il l’a fait ! L’Olympique Lyonnais voulait continuer sur sa lancée et rester encore tout en haut. En décrochant son sixième titre européen, le quatrième consécutif et par la même occasion, un quatrième triplé Championnat/Coupe/Ligue des Champions, le club de Jean-Michel Aulas confirme sa suprématie sur la scène européenne et mondiale. Cette finale était aussi spéciale pour Wendie Renard, puisque ce match lui a permis de prendre seule la tête du classement des joueuses à avoir joué le plus grand nombre de match dans la compétition. La capitaine des Fenottes en a aujourd’hui disputé 82 !

Marozsán soulève le trophée

Comme un symbole, c’est la milieu de terrain, Dzsenifer Marozsán qui a soulevé le trophée au milieu de ses coéquipières. Un protocole arrangé avec la capitaine, Wendie Renard qui a souhaité mettre en avant la première buteuse du jour, d’origine hongroise et née à Budapest. Un clin d’œil apprécié par le public hongrois et par Dzsenifer Marozsán que l’on a vu très émue à la fin de la rencontre.

Et un grand bravo à l’Olympique Lyonnais !


Crédits photos : OL.fr, uefa, Twitter OL Féminin

4 commentaires

  • Ce qui a fait la différence, l’OL a exercé un pressing constant en 1° mi-temps, et s’est montré beaucoup plus efficace que le Barça. A noter que je ne prévoyais pas autant d’efficacité de la part de l’OL. Le déroulement du match s’est déroulé au delà du rêve des lyonnaises.

  • Match très plaisant, avec très peu d’erreurs techniques des deux côtés. Les lyonnaises ont été plus combatives et cela a payé. Mon seul regret, que les 4 buts soient marqués par 2 joueuses étrangères et non par des Françaises, mais oublions ceci. Lyon prouve encore qu’elle est la meilleure équipe Européenne.
    Attention pour France Nigeria le 17 juin à Renne, avec cette jeune joueuse Asisat Oshoala. Elle a montré son talent et a sauvé l’honneur de son équipe. Elle pourrait nous faire du mal.
    Dommage que Hamraoui n’ai pas joué ce match à cause du carton rouge, elle n’est pas dans les petits souliers de Corinne Diacre et si elle avait joué, elle lui aurait peut-être prouvé qu’elle avait encore sa place en équipe de France.

  • Tout ce qu’il reste à dire est « chapeau Mesdames ». Performances incroyables depuis 10 ans, la décennie 2010 est définitivement estampillée OL quoiqu’il se passe sur sa dernière année. Et on n’obtient pas ces records sans travail, beaucoup de travail. Toutes le disent, françaises et étrangères, quand elles parlent par exemple du niveau d’opposition lors des entraînements. Ada tellement exigeante avec elle-même qu’elle a les boules dès qu’elle y rate un truc. La culture de la gagne, ça ne se nourrit pas que de rêves ! Niveau tactique et technique ça bosse, niveau physique ça bosse aussi, pour tenir le choc contre les anglaises par exemple.

    La stratégie d’hier, ne pas laisser le jeu catalan s’installer, puis prendre le dessus tactiquement et techniquement. Donc 1/ un pressing haut et incessant de *toutes* les joueuses, afin de couper les transmissions, d’’étouffer le jeu espagnol, d’entamer leur lucidité. Puis 2/ on repasse de temps en temps vers l’arrière et là, c’est à la défense d’exprimer sa vision et de faire parler sa technique. Mbock qui balance par-dessus tout le monde une passe bien ajustée vers VDS, cette dernière qui déboule avec ses qualités de vitesse et centre parfaitement pour Maro à la finition, 1er but ! Bronze qui balance pour VDS encore et même scénario vers Ada. Wendie qui balance une longue passe millimétrée pour Majri bien placée, contrôle et centre de cette dernière pour Ada encore… Simple pourrait-on dire. Encore faut-il être juste et précis dans les passes, les transmissions, les derniers gestes.

    J’ai aussi aimé que Maro marque le 1er but, dans son pays natal, devant sa famille, que le ballon d’or signe un triplé, que toute l’équipe inscrive un nouveau record qu’il sera difficile d’égaler ou dépasser. Il y avait trop de motivations lyonnaises pour les novices catalanes… Une démonstrada 🙂

  • On ne peut qu’ être admiratif de cette équipe , sans conteste , la meilleure du monde . Il faut souligner quand même, que les Catalanes ont été très maladroites devant le but , elles se sont procurées pas mal d’ occasions , mais toutes gâchées , à l’ exception du but de la fin de match . Il convient de féliciter aussi Wendy Renard pour son geste de laisser le brassard à Marozan lui laissant soulever le trophée.

Laisser un commentaire