e l’EdF, de Diacre, de ses détracteurs obsessionnels, du Temps…

Accueil Forums Équipes Nationales A France Les Bleues e l’EdF, de Diacre, de ses détracteurs obsessionnels, du Temps…

Ce sujet a 106 réponses, 17 participants et a été mis à jour par  casimir13, il y a 1 an.

7 sujets de 101 à 107 (sur un total de 107)
  • Auteur
    Messages
  • #143384

    casimir13
    Participant

    @gromit, je pense que tu débloques, je ne t’ai pas insulté à ce que je sache. moi, je roule pour moi et toi?

    Je ne casse du sucre sur personne, c’est toi le repenti qui ne sait pas te taire, je m’en fiche royalement de ton existence et de tes commentaires puérils qui consiste à rabaisser autrui. Si tu veux me parler, tu n’as qu’à le faire en MP.

    Pardon pas trotskiste, mais stalinien puisque tu es un adepte de la dénonciation et du blocage.

    #143387

    gromit
    Participant

    Tu me traites de « fourbe » et de « planteur de couteau dans le dos » (autrement dit de traître) et tu ne m’insultes pas ? Ah ah ! Elle est bonne, celle-là ! Tu n’assumes même pas.

    Nous nous sommes suffisamment parlés comme ça en MP sur twitter pendant des mois quand je croyais que tu étais quelqu’un avec un seul discours et avec qui je pouvais être copain, jusqu’à ce que ton (double) masque tombe.

    Et, bien sûr, « stalinien » n’est pas non plus une insulte ? Mon pauvre, tu te libertise de plus en plus (ton nouvel ami pour la vie ?). Tu n’as même pas la reconnaissance du ventre, ce qui en dit long sur toi. Allez, bye bye et bon troll !
    <div></div>

    #143464

    topolino
    Participant

    @chrdollar je pense simplement que les supporters qui tapent sur les 3 entraineurs succesifs en absolvant les joueuses, c’est tres reducteur aussi.

    2009 QF

    2011 DF

    2012 DF

    2013 QF

    2015 QF

    2016 QF

    2017 QF

    Il y a quand meme une constante dans les resultats sur les derniers tournois.

    Le style de jeu, les methodes de management, la preparation etc ont differes avec les trois entraineurs. Et on arrive au meme constat d’echec. C’est simplement mon propos. Les responsabilitees sont partagees

     

    Et pour revenir a Diacre, il faudrait etre reveur ou extrement optimiste pour penser qu’elle va ramener la coupe du monde avec le changement de generation qui a eu lieu et la perte d’experience qui en decoule.

    Meme si on souhaite tous que l’equipe aille au bout, il ne faut pas se leurrer, il faudra un beau concours de circonstances favorables ( formes, parametres que l’on ne maitrise pas adversaire/arbitre) pour gagner le tournoi.

    Je note que son management est dur dans ses propos et sa methode. Est ce la bonne methode, telle est la question.

    On voit bien que ses annees a Clermont ont forge certaines de ses idees par rapport au temps ou elle etait numero 2 de Bini.

    Elle a eu un propos interessant sur le manque de culture tactique des joueuses feminin d’ailleurs. Je discutais la semaine derniere avec l’entraineur de Watford qui s’occupe aussi de l’Academy des garcons du meme club et il tenait le meme propos sur le manque de culture tactique. Mais c’est un autre debat sur le manque de formation des jeunes filles.

    #143469

    chrdollar
    Participant

    @topolino > cette constante est plus de l’ordre de la prophétie autoréalisatrice : on a tellement répété que les Bleues n’y arrivaient pas en match à élimination directe qu’elles semblent en être persuadées. Y compris celles qui font leur première compétition.

    Mais à part ça, je maintien que j’ai du mal à voir la similitude entre la Coupe du monde 2015 et l’Euro 2017. À part le fait que le tour où les Bleues ont été éliminées s’appelle « quart de finale ».

    Et puis surtout, si la question est de dire « peut-être qu’en fait les joueuses n’ont pas le niveau pour être championnes du monde », je suis d’accord, on peut débattre.

    Le problème c’est que ça devient vite (et je l’ai lu ici) : « donc il faut changer de joueuses ». Parce que ça par contre c’est évidemment absolument faux. Faux dans l’implication logique. Et en l’occurrence faux parce que si les sélectionneurs qui passent gardent les mêmes joueuses, ou y reviennent, ça peut aussi commencer à faire infuser l’idée que globalement, le problème (s’il y a un problème), ce n’est pas le choix des joueuses.

    Après on peut penser comme tu sembles le faire que du coup, avec trois sélectionneurs successifs, on a tiré le maximum et on peut pas dépasser les quarts de finale.

    Je pense que c’est faire dire plus de choses aux résultats qu’ils n’en comportent : déjà les Bleues sont allé deux fois en demi-finales sous Bruno Bini. Ensuite sous Philippe Bergerôo, l’élimination se fait contre l’Allemagne et aux tirs aux buts.

    C’est pour ça que je maintiens que le passage d’Olivier Echouafni est un vrai coup d’arrêt parce que c’est la première fois depuis près de vingt ans qu’on a une équipe aussi médiocre en phase finale, ce qui est un peu masqué par la faiblesse de l’adversité qui a permis de sortir de poule par miracle.

    Donc je maintiens que les Bleues ont largement l’effectif pour faire une belle Coupe du monde, et que le résultat dépendra de beaucoup de facteurs externes, tirage au sort, blessures et autres coups du sort. Pour cela il faudra que le joueuses fassent une équipe cohérente et j’ai plus confiance en Corinne Diacre qu’en son prédécesseur pour ça.

     

    #143477

    romkou55
    Participant

    C’est clair que l’année dernière nos bleues cassaient pas 4 pattes à un canard .

    #143479

    casimir13
    Participant

    Faire partie du Top 8 ou du Top 4 dans une grande compétition internationale est une situation qui n’est pas donnée à tout le monde.

    L’équipe de France fait partie des 5 meilleures équipes au classement FIFA depuis bien longtemps, ce qui prouve sa régularité dans ses performances.

    L’équipe de France de handball avait souvent buté en QF des grandes compétitions internationales (2012-2015), avant de gagner 3 médailles d’affilé (🥈 JO 2016, 🥉 Euro 2016 et 🏆 🥇 CdM 2017).

    La régularité finit toujours par payer un jour.

    l’EdF a manqué de réussite pour faire mieux en 2009 (élimination aux TAB contre les Pays-Bas) et aurait pu aller en finale de cet Euro contre l’Allemagne.

    Les Bleues auraient pu finir troisième de la CdM en 2011, voir finaliste des JO en 2012 avec moins de malchance et de circonstances défavorables (faits de jeu).

    Il n’y a que la dernière saison de Bini (2012-2013) qui a été moins bonne, saison de trop pour NLG qui a congédié son sélectionneur.

    Problèmes en interne et management inadéquat ont été les causes d’une nouvelle élimination aux TAB contre le Danemark; alors que l’Euro 2013 nous tendait les bras.

    La période 2013-2015 sous Bergeroo a été excellente avec des résultats brillants contre les grandes nations du football féminin; mais qui engendrera un grand traumatisme lors de l’élimination injuste en QF aux TAB contre les allemandes.

    La saison suivante n’est pas brillante sur le plan du jeu développé et voit de nouveau l’apparition d’antagonismes en EdF entre joueuses de différents clubs (OL et PSG); elle se terminera par un non match contre les canadiennes au JO 2016 et suivra la démission de Bergeroo, un an avant le terme de son contrat à la FFF.

    On ne peut pas dire que la seule saison d’Echouafni à la tête des bleues, ait été complètement ratée (victoires contre l’Espagne, l’Angleterre, les USA et les Pays-Bas) , il a essayé de relancer la machine bleue mais n’y est pas parvenu, sans doute à cause d’une saison longue et éreintante de la part des joueuses de l’OL et du PSG (finalistes de la UWCL en 2017).

    Le Japon à la CdM 2011, l’Allemagne aux JO 2016 et les Pays-Bas à l’Euro 2017, n’étaient pas les favoris pour gagner la compétition (beaucoup d’observateurs du football féminin en doutaient à la vue de leur potentiel et de leur résultats précédents); l’EdF ne sera pas favorite non plus l’année prochaine mais elle bénéficiera du soutien à domicile.

    Le jeu mis en place par Diacre n’a pas été très convaincant sur la première partie de la saison; mais malgré des résultats en dents de scie, le jeu pratiqué par les bleues depuis la SBC 2018 est plus autoritaire et entreprenant.

    Il persiste néanmoins à sa décharge 2 débâcles en Allemagne (4-0) et contre l’Angleterre (4-1) qui font tâches dans le paysage, et ce malgré des victoires prestigieuses contre des nations majeures du football féminin (Espagne, Angleterre, Allemagne et Canada); ainsi que des égalités valorisantes contre la Suède et les USA.

    L’équipe de Jacquet en 1998, avait-elle le potentiel pour aller jusqu’au bout de son rêve, en tout cas les journalistes de L’équipe en doutaient, comme d’autres spécialistes du football international à l’époque.

     

    #143494

    casimir13
    Participant
7 sujets de 101 à 107 (sur un total de 107)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.