Rodez AF – Le RAF, opération « Maintien »

Ce samedi 8 décembre à Lille, les représentantes de l’Aveyron ont décroché leur premier succès de la saison en D1. Une victoire qui est le signe d’une libération voire d’une reconquête pour le Rodez AF pour le reste de la saison. Le maintien dans le viseur, une chose est sûre et valeurs ruthénoises obligent, les Rafettes ne vont rien lâcher et ce jusqu’au début du mois de mai prochain.

 

Tel vient à point à qui sait attendre

Depuis fin août, les matchs et les semaines de compétitions s’enchaînaient et le compteur de victoires des filles du Rodez Aveyron Football restait, lui, pourtant camper sur un zéro pointé. Mais après une série de douze matchs sans victoires (avec deux seuls résultats nuls face à Fleury et Dijon), la lumière est venue de la part de Kim Cazeau à la 70e minute de leur opposition de la 13e journée au domaine de Luchin face au LOSC. Un unique but synonyme de première récompense à trois points de la saison. Un inédit qui libère tout un vestiaire qui a la totale confiance de son entraîneure.

« C’était un soulagement avant tout. J’ai toujours été convaincue que nous l’aurions cette première victoire. Les filles sont toutes enfin récompensées du travail fourni. Je pense qu’inconsciemment, elles commençaient à se demander si elles allaient y arriver », nous confie Sabrina Viguier, coach du RAF. «C’est un groupe qui vit bien et cela malgré les résultats un peu négatifs depuis le début de saison. Elles étaient contentes de montrer leur joie de vivre.» La technicienne, native de Rodez, sait aussi que le chemin est encore long et que d’autres aventures attendent ses filles dans l’inébranlable perspective du maintien.


Les valeurs du club pour avancer

Si on regarde avec un spectre large le parcours du RAF cette saison, celui-ci ne ferait envier personne. Le bon angle pour observer l’évolution de ce club, serait de s’intéresser davantage à l’histoire de cette formation qui depuis presque une décennie voyage dans l’élite. Ceci sans l’étiquette de grosse cylindrée, loin de là. Mais son état d’esprit combatif prime sur tout. Au vu de certaines rencontres en championnat durant lesquelles les Rafettes ont tenu le rang à des formations supposées favorites comme celle face au PSG lors de la 11e journée, s’inclinant (1-2) dans les dernières secondes avant le coup de sifflet final.

Avant le dernier LOSC-RAF, de nombreux observateurs parlaient de « match de la peur » pour le club qui revenait perdant de cette opposition. Un terme vite mis au rebut par Sabrina Viguier : « match de la peur ? Ce sont les gens qui observent notre groupe cette saison ou les journalistes qui parlent de cela. Car nous, même si cela fait dix ans qu’on joue en D1, nous ne sommes pas une équipe qui gagne dix ou quinze matchs par saison. Les matchs importants, il faut que les filles arrivent bien à les négocier mentalement. Ce sont nos valeurs dans l’Aveyron,  nous sommes des gens rigoureux mais on ne se met pas vraiment de pression négative dans ces matchs-là. »

 

« Avoir foi en ce que l’on fait »

A l’entame de l’exercice actuel, le maintien fut l’objectif premier du club ruthénois. A la mi-saison, ce dessein s’est davantage exacerbé. Mais tout le groupe sait que des points d’amélioration sont les bienvenus pour éviter de nouvelles frayeurs sur les bords de l’Aveyron. A commencer par le réalisme devant les buts. Avec Soyaux et Lille, Rodez possède le plus petit total de buts inscrits en 13 journées de championnat avec 9 réalisations. « On ne marque pas beaucoup mais on s’est rendus compte qu’on se créait beaucoup d’occasions par rapport à d’autres équipes. Il nous faut travailler d’abord sur la finition. Parfois, quand vous marquez ou quand vous menez au score, c’est plus facile pour mieux défendre et pour gagner des matchs»,  concède l’entraîneure occitane.

Les prochaines oppositions des Rafettes sont d’ores et déjà cruciales. Et les échéances se profilent crescendo. Pour leur ultime match de D1 en 2018, elles affrontent à domicile le Paris FC, ce week-end. Un premier de cordée qui annonce d’autres importantes dates dès la mi-janvier avec un déplacement sur la pelouse de l’OL avant un autre, trois semaines plus tard, à Guingamp. Mais l’heure n’est plus aux questions. L’équipe ira jusqu’au bout des sacrifices.  « On ne lâchera pas ces matchs », prévient Sabrina Viguier. « C’est un groupe qui prend plaisir de jouer ensemble, un groupe de copines. Ce n’est pas une équipe de professionnelles, certaines travaillent à côté ou font des études et s’entraînent le soir, ce n’est pas toujours facile  alors on s’adapte et on travaille. Et elles ont à cœur de défendre les valeurs du club. Le mot d’ordre c’est avoir foi en ce que l’on fait !» Rodez en pleine voie de la rédemption ? Affaire à suivre …

Crédits photos : Rodez AF/LOSC Féminines

Laisser un commentaire