Richard Ouvrard, le petit plus au mental des Bleues

Puisque c’est inédit, on s’est dit que ce serait bien de le mettre en avant dans les 11 Foot d’Elles. En effet, pour la première fois dans l’histoire du football français, les Bleues ont accueilli dans leur staff pour cette Coupe du monde un coach mental ! Présentation.

Une première dans le football féminin

Coach mental ou accompagnateur d’athlètes, Richard Ouvrard est aussi qualifié « d’optimisateur de la performance » par la Fédération Française de Football. Il a accompagné les Bleues pendant toute cette Coupe du monde, chose inédite dans l’histoire du football français. La préparation mentale est très peu répandue dans ce sport, alors qu’elle l’est davantage dans d’autres. Et ce n’est pas Richard qui nous contredira !

En effet, il a plus d’une corde à son arc, et ce dans de nombreux sports. D’abord, il est coach dans le sport de haut niveau depuis 2000. Il a accompagné de nombreuses équipes de France ( natation, canoë et kayak, voile, gymnastique, cyclisme ). Pour les Jeux Olympiques de Pékin et Londres il a suivi de nombreux athlètes qui sont rentrés médaillés : Tony Estanguet, Yannick Agnel, Alain Bernard, Amaury Leveaux… Bref, un palmarès dont le natif de Nantes n’a pas à rougir !

Il a également fait partie du staff de l’équipe féminine de France de handball, championnes du monde en 2017 puis d’Europe en 2018. Le coach des handballeuses, Krumbholz, lui a d’ailleurs donné toute sa confiance : « J’ai toujours été convaincu que ça apportait un plus à une équipe et que tout ce qui est cognitif devait être pris très au sérieux. Les joueuses ou joueurs, ce ne sont pas des machines. Je suis intimement persuadé qu’on ne peut pas performer si on n’est pas foncièrement heureux dans ce qu’on fait et bien dans sa peau. » confie-t-il.


Crédits Photo : FFF

Un moyen pour les Bleues de « se sentir vraiment unies »

À 56 ans, Richard Ouvrard vient de vivre une Coupe du monde au plus près des Bleues. Corinne Diacre a fait appel à lui en mai 2018, pour apporter un petit plus au niveau psychologique, afin d’aider les joueuses à aller loin dans la compétition. « J’ai mes compétences, mais je connais aussi mes limites et j’ai envie de dire à chacun son métier » pense la sélectionneuse. Conquis, le coach mental s’est dit que « ce serait un beau challenge à relever », challenge d’autant plus fort car les Françaises n’ont jamais eu de titre et car la compétition se déroule en France. « L’ambition et l’envie de Corinne Diacre m’ont motivé car j’aime les défis humains » livre Richard.

Et malgré leur élimination en quarts, l’homme qui est aussi formateur à l’INSEP a semblé être utile aux Bleues.

« Il aide les joueuses à formaliser… pas leur doute, mais à formaliser des choses au sein du groupe pour qu’il vive le mieux possible. La principale raison de sa présence, c’est que le groupe vive mieux sur le terrain, car l’essentiel c’est ça. » explique Corinne Diacre.

Les joueuses ont été ravies aussi, en témoigne l’attaquante Viviane Asseyi : « Ca nous aide, ça nous réunit encore plus. Des moments comme ça, ça ne fait que nous fortifier, c’est bien. » Quant à la méthode du coach mental, on n’en saura pas plus, on sait juste qu’elle est diversifiée : « On fait des choses collectives mais aussi parfois des entretiens individuels car il y a des choses plus intimes qu’on préfère partager en face-à-face. » confère la capitaine Amandine Henry.

Même si malheureusement, les techniques de Richard Ouvrard n’ont pas permis aux Bleues de décrocher une étoile, on le retiendra quand même comme un gros atout mental pour l’équipe et surtout comme une grande nouveauté dans le football !

3 commentaires

Laisser un commentaire