Podcast « Burn it all down » : donner la voix au sport féminin

Ce podcast a été créé au Canada par 5 femmes : Shireen Ahmed, Amira Rose Davis, Brenda Elsey, Lindsey Gibbs et Jessica Luther. Toutes ayant un lien avec le sport et les femmes, elles donnent enfin la voix aux sportives et participent à une vraie couverture du sport féminin. Pour nous, elles ont accepté de parler égalité, et surtout foot…

 

FE : Comment vous êtes vous rencontrées ? Quelles sont les spécialités de chacune d’entre vous ?

Brenda : Nous nous sommes rencontrées sur une conversation de groupe sur Twitter. L’une d’entre nous était en train de se faire troller et avait besoin de notre soutien. Amira et Brenda sont historiennes, respectivement de l’histoire afro-américaine et de l’histoire latino-américaine. Elles se concentrent toutes les deux sur les questions autour de la politique, de la race et du genre dans le sport. Shireen est journaliste sportive mais aussi activiste et avocate pour les femmes musulmanes dans le sport. Jessica et Lindsay ont écrit, en tant que journalistes, sur la culture du rap dans le sport, et aussi sur les sports féminins.

Comment vous est venue l’idée de créer ce podcast ?

Julia DiCaro, une fondatrice qui a depuis arrêté, était journaliste de radio avec un intérêt fort pour les podcasts. Après plusieurs mois à se plaindre à propos du traitement des femmes dans et par les médias sportifs, ça nous est devenu nécessaire de faire quelque chose de constructif et créatif. De fil en aiguille, c’est devenu notre projet de passion et un travail rempli d’amour. Nous savons que le féminisme n’est pas le tremplin pour atteindre la fortune et la célébrité, mais cette expérience a été incroyable. Nous avons des gens qui nous soutiennent et on leur en est très reconnaissantes, et nous nous avons nous.

Que cherchez-vous à partager ou à accomplir avec ce podcast ? Qui cherchez-vous à atteindre ?

Tout le monde, dans l’intérêt de détruire le système patriarcal qui est toxique.

Comment choisissez-vous les sujets de vos épisodes ?

On remplit collectivement un document pendant la semaine, avec une cheffe qui change chaque semaine, et qui décide à chaque fois ce qu’on va couvrir. On fait des interviews avec des femmes qui appartiennent au milieu du sport ou qui écrivent sur le sport et qu’on admire. En 144 épisodes, nous n’avons pas encore épuisé toutes les femmes à interviewer…

Avez-vous remarqué un sport dans lequel les inégalités de genre sont plus marquées ?

Dans les sports où les femmes sont marginalisées surtout quand elles jouent, comme au football américain par exemple, mais aussi quand le sport est au cœur d’un fort nationalisme et d’une idée importante de masculinité, comme le football argentin. Si ce sport représente la nation, il est souvent tout particulièrement négligent à l’égard des femmes athlètes.

Selon vous, que devons-nous faire pour établir une véritable égalité dans le sport ?

Faire de vrais changements structurels, dans les institutions sportives ( salaires égaux au niveau professionnel, égalité dans la représentation… ), apporter de la diversité dans les médias, et aider à unir les joueurs et joueuses en construisant une alliance et une solidarité.

Avez-vous remarqué des améliorations ces derniers temps dans la considération du football au féminin ? Depuis la Coupe du Monde de cet été ? Pourquoi y a-t-il encore des résistances contre une totale égalité dans le football, et même dans les autres sports ?

Les sports définissent souvent le corps extrême, la force et la capacité humaine, souvent qualifiées comme des capacités masculines. Le sport est donc la clé principale pour changer ces idées, mais c’est aussi la sphère qui y résiste le plus. C’est aussi une question de pouvoir pur, le sport engendre du capital financier, culturel et social, et les hommes qui le possèdent n’ont pas envie d’abandonner ça. Quand ils le font, c’est souvent pour des motivations de profit, qui essayent de calquer le sport féminin sur le modèle des systèmes exploiteurs qui ont blessé les hommes, en particulier les hommes racisés et qui venaient de milieux économiques marginalisés.

Pour écouter et en savoir plus :
https://www.burnitalldownpod.com/

Crédit Photo : burnitalldownpod

Laisser un commentaire