Parole d’homme : quand Jimmy Durmaz passe à l’acte

Parce qu’il n’y a pas que les joueuses qui sont engagées pour leurs droits dans le foot et pour l’égalité avec les joueurs, certains hommes y mettent aussi du leur. C’est le cas de l’international suédois Jimmy Durmaz, qui s’est engagé à faire un geste pour l’équipe féminine de son pays.

Un nouveau club à la rentrée

Dorénavant appelé Jimmy Tourma, du nom de jeune fille de sa mère, il a désormais adopté le nom de son père, Durmaz. Evoluant au milieu, le joueur s’engage à 19 ans avec le club le plus titré de Suède, le Malmö FF. Il devient d’ailleurs champion de Suède avec ce club en 2010. Il poursuit ensuite dans la Ville Rose au TFC depuis 2016, avec lequel il s’est engagé pour trois ans. Le numéro 21 est donc arrivé au terme de son contrat avec le club toulousain, et s’engage à partir de la rentrée avec le Galatasaray pour trois ans. Il retrouve donc la Turquie où il a joué de 2012 à 2014.

Du côté de l’équipe nationale, Jimmy Durmaz commence avec la sélection suédoise en espoirs en 2009, puis poursuit avec l’équipe sénior en 2011.

Un joueur engagé pour l’égalité femmes-hommes dans le foot

Récemment, le joueur suédois a déclaré qu’il reverserait ses primes de sélection à l’Euro 2020 à ses homologues féminines de l’équipe de Suède. Un geste qui a pour but de promouvoir l’égalité entre les footballeurs et les footballeuses : « L’égalité est importante dans tous les domaines, même dans le football. C’est pour ça que je le fais. » déclare-t-il à la télévision publique SVT. Il n’a toutefois pas dévoilé le montant des primes en question. Cette décision peut avoir un énorme écho et un impact sur la lutte contre les inégalités de sexe dans le football, venant d’un joueur international.

En effet, cette question de l’égalité, et notamment de salaires, revient régulièrement sur la table en ce moment. Surtout avec la Coupe du monde qui vient de s’achever, ce sujet nous a inondés pendant un mois. Et tant mieux ! Suite à la compétition, de nombreux pays se sont engagés à établir l’égalité salariale entre leurs joueurs et leurs joueuses, comme l’Australie par exemple. Gianni Infantino, président de la FIFA, a aussi décidé de doubler les primes des joueuses de la Coupe du monde. Bien qu’elle soit deux fois supérieure qu’en 2015, la dotation globale partagée entre les 24 équipes reste à 30 millions dollars alors qu’elle était à 400 millions pour les joueurs en Russie l’été dernier.

Un acte bien plus que symbolique de la part de Jimmy Durmaz, qui ne sera pas le seul on l’espère, et qui conduira peut-être bientôt à une égalité totale.

1 commentaire

Laisser un commentaire