Philippe Zanatta, bénévole en 1998 et en 2019 !

Espérons que son engagement nous porte chance. Philippe Zanatta était bénévole à Saint-Etienne pour la Coupe du monde 98 en France. Il rempile cette année à Grenoble, dans le service accréditation. Motivé, disponible, passionné, un bénévole comme le foot féminin en a besoin ! De quoi lui accorder un article « exceptionn’IL » dans la rubrique « Exceptionn’ELLES » du site…

Philippe Zanatta, supporters des Bleus…et du foot féminin !

« Quand on a un événement comme la coupe du Monde à la maison, c’est super de pouvoir le vivre de l’intérieur ». Pour le passionné de football qu’est Philippe Zanatta, par question de rester devant la télé. Il sera bénévole. « C’est bon pour l’image du foot français que la compétition se passe bien :  la France doit accueillir les supporters du monde entier dans les meilleures conditions possibles. C’est la moindre des choses d’aider », résume-t-il. Employé de dépôt logistique en grande surface à Rumilly, en Haute-Savoie, Philippe Zanatta, a passé une bonne partie de sa vie sur les terrains de foot. Dont 99% de temps, en tant que bénévole, en clubs, au district de l’Isère, et auprès des sections féminines.

A 19 ans, il crée sa première section féminine (mais pas sa dernière) au club d’Albertville où il est né et a grandi. « La soeur d’Alain Folmer qui jouait avec moi au club, Valérie, avait envie de jouer, et je trouvais ça injuste qu’elle ne puisse pas ».

Engagé depuis ses 15 ans en tant qu’éducateur et titulaire des diplômes initiateur 1 et 2, il décide donc de se lancer. Deux ans plus tard, il quitte Albertville pour Chambéry où il trouve un autre travail. Il rejoint l’AJS Chambéry… où il monte aussi une équipe féminine. La section d’Albertville lui survit grâce à Pascal Fontalinas et au papa de Céline Deville, qui s’inscrit alors au club avant de rejoindre les buts de Montpellier, de l’OL, de Juvisy, de l’AS Nancy désormais et ceux de l’équipe de France.

Trois semaines de vacances pour la coupe du Monde

« C’est super de voir que ces filles que j’ai pu côtoyer ont continué », se réjouit Philippe Zanatta. « Le problème des sections féminines, c’est qu’elle sont trop peu nombreuses et certaines filles ne peuvent pas y accéder. Et surtout : elles dépendent beaucoup de personnes motivées. Si l’éducateur part, la section ferme, c’est dommage », regrette le passionné. Passé 50 ans, il avait d’ailleurs décidé de lever le pied… Mais le club de Rumilly l’a rappelé et il entraine cette année les 6-12 ans du GFA Rumilly/Vallières en parallèle d’un club de foot en salle de quartier.

Philippe Zanatta ne compte pas ses heures pour le foot féminin… Pour la coupe du Monde, il a déjà posé trois semaines de vacances. « Je pense que j’irai dormir sur Grenoble avant les matches, car les accréditations se font souvent la veille voir deux jours avant. » Surtout, pour vivre l’événement de l’intérieur, croiser les supporter, sentir le plaisir de partager cet esprit du foot ensemble, il tient à être sur place. Cinq matches vont se jouer à Grenoble et il espère bien pouvoir en profiter. 

Ecosse/Maroc 98, un souvenir mémorable pour Philippe Zanatta

Vivre l’événement de l’intérieur

Lors de la coupe du Monde 98, il avait remis son badge à Paul Le Guen, commentateur, il avait aussi partagé le plaisir des supporters. Il se souvient notamment de Maroc/Ecosse. « Les Ecossais avaient perdu, mais ils sont restés dans le stade une demi-heure après la fin du match à chanter ! » En huitième, il a aussi suivi l’Angleterre/Argentine, jusqu’aux tirs au but. « Beckham a manqué son tir, et l’Argentine à gagné ! », raconte-il.

Avec les bénévoles du service accréditations coupe du Monde 98, Saint-Etienne.

Il espère revivre cette ferveur cet été. Il a candidaté dès qu’il a eu l’information. « Je fais partie des premiers supporters du COP de l’équipe de France créé en 98 pour la coupe du Monde justement, donc dès que j’ai su qu’il cherchaient des bénévoles j’ai postulé » raconte-il. Après un entretien en novembre, son profil est retenu et il participera donc à l’événement du 7 juin au 22  juin à Grenoble. Il rappelle qu’il avait aussi proposé ses services pour l’Euro 2016, mais que sa candidature avait dû se perdre.

En attendant, il a rendez-vous avec tous les bénévoles de la ville le 16 mars pour recevoir les informations pratiques, rencontrer les responsables et recevoir, sûrement, sa tenue officielle.

Si vous faites partie du public de Grenoble, peut-être croiserez-vous Philippe…

 

 

Laisser un commentaire