Méline Gérard : « Franchir un cap »

Il se murmurait depuis un certain temps que la très prometteuse gardienne de Saint-Etienne, Méline Gérard, allait s’engager avec l’Olympique Lyonnais. C’est désormais chose faite. La gardienne de 24 ans, aux portes de l’Équipe de France, a signé un contrat de trois ans avec le club rhodanien. Découvrez en exclusivité sur Foot d’Elles les confessions de Méline Gérard.

 

 

Vous venez de signer un contrat de 3 ans avec l’OL. Vous ne pouviez pas rêver mieux, j’imagine ?

Il est évident que lorsque vous avez une proposition d’un club comme l’Olympique Lyonnais, il est difficile de refuser. Je suis très heureuse de m’engager avec l’OL. Il est difficile à l’heure actuelle de trouver mieux que Lyon puisque c’est l’un des meilleurs clubs d’Europe et du monde. Je suis vraiment satisfaite.

 

Votre arrivée à l’OL était annoncée depuis un certain temps déjà… Comment se fait-il que l’officialisation n’intervienne que maintenant ? Est-ce que quelque chose bloquait ?

Non, non pas du tout. Nous avions simplement convenu avec les dirigeants de nous voir à cette période. Il n’y a eu aucun souci en particulier. Ce n’était qu’une question de temps et de patience.

 

D’autres clubs vous ont-ils contactée ?

Non, simplement l’Olympique Lyonnais. Je n’ai pas d’agent, donc je n’ai pas forcément crié sur tous les toits que je souhaitais partir de Saint-Etienne.

 

Quels souvenirs garderez-vous de vos quatre années passées à Saint-Etienne justement ?

Je n’en garde que de merveilleux souvenirs. Chacune des années passées là-bas m’a beaucoup apporté, fait grandir et évoluer. Je serai éternellement reconnaissante à Saint-Etienne. Les gens du club ont été géniaux du début à la fin. C’est là-bas que j’ai vécu mes plus beaux moments de football et je les garderai longtemps dans ma mémoire. Mon départ s’est très bien passé, les gens étaient très contents pour moi. C’était difficile de devoir dire au revoir à tout le monde.

 

 

 

Quelles sont vos ambitions avec votre nouveau club ?

J’y vais pour progresser et franchir un cap. J’ai envie d’évoluer et de me donner les moyens d’atteindre mes objectifs personnels. J’ai dans un coin de ma tête l’équipe de France A et je sais qu’il me reste beaucoup de travail pour y arriver, donc j’arrive à l’OL avec l’idée de progresser.

 

La Coupe du Monde 2015 au Canada, votre objectif ?

La Coupe du Monde, j’y pense comme toute joueuse de haut niveau qui a de l’ambition. Cependant, je sais que j’en suis encore loin. J’ai été appelée en équipe B et j’en suis déjà très satisfaite. L’objectif est avant tout de garder ma place avec l’équipe B et espérer pourquoi pas, avoir une bonne surprise prochainement.

 

Pensez-vous que votre départ de Saint-Etienne était inévitable pour pouvoir rêver de l’Équipe de France A ?

Je ne pense pas que le départ était obligatoire, j’avais simplement envie de me lancer un nouveau défi et de me mettre un petit peu en danger. Je ne suis pas sélectionneur, je ne sais pas si mon arrivée à Lyon changera quelque chose, je voulais simplement découvrir un nouveau challenge pour pouvoir avancer. J’avais envie d’être auprès des meilleures pour pouvoir mettre toutes les chances de mon côté.

 

 

 

Sarah Bouhaddi nous a dit que son avenir à Lyon n’était en aucun cas lié à votre arrivée. En était-il de même pour vous ?

Tout à fait. Avec les dirigeants lyonnais, nous n’avons parlé que de moi et pas de Sarah Bouhaddi. Nous n’avions pas convenu que je venais si elle partait et vice-versa. Ce n’était pas du tout l’idée.

 

Savez-vous si Sarah Bouhaddi restera à l’Olympique lyonnais l’an prochain ?

 

Je n’en ai aucune idée, c’est à elle qu’il faut le demander.

 

Savez-vous si vous serez gardienne titulaire à Lyon la saison prochaine ?

Nous n’en avons pas parlé, ce n’est pas spécifié dans mon contrat. Je savais qu’en arrivant à Lyon, personne n’allait me dérouler un tapis rouge sous les pieds avec un trône au bout qui m’attendrait. Il y aura de la concurrence. Je le savais et c’est aussi pour ça que je suis venue. Si je dois être numéro 2 l’an prochain, je l’accepterai et ferai tout pour devenir numéro 1. Si c’est le cas, je ferai tout pour le rester. On a besoin de concurrence pour pouvoir se donner à fond. Nous la rencontrons toujours au haut niveau, donc autant que ce soit le plus tôt possible. Il est important de se confronter aux meilleures et Sarah Bouhaddi est la meilleure à son poste ; ça tombe plutôt bien.

 

 

 

Crédit photo: FFF