Maud Bessi, l’incroyable bénévole

Pendant la Coupe du Monde, Nice a compté dans son stade la présence de Maud Bessi. Une bénévole parmi tant d’autres, nous direz-vous… Mais détrompez-vous, car Maud connaît le football au féminin de très près. Elle en est même une pionnière, puisqu’elle a fait partie de la première équipe féminine de France, à Reims.

Un amour pour le foot toujours présent

Le football et Maud, c’est une histoire d’amour qui a commencé grâce à son papa et au meilleur club français de l’époque selon elle : le Stade de Reims. Mais elle a attendu juillet-août 1968 pour faire ses premiers pas sur un terrain. Suite à une annonce du journal l’Union de Reims qui voulait organiser un match féminin pour animer sa kermesse annuelle, elle postule. Oui vous avez bien entendu, à ses débuts le football au féminin servait à divertir et amuser… Puis finalement, l’aventure a continué :

« Nous nous sommes retrouvées à une quinzaine lors du premier entraînement et nous avons eu la chance de jouer, pour notre premier match, en lever de rideau d’un match des pros du Stade de Reims au stade Auguste Delaune contre une équipe d’Alsace, avant de la rencontrer à nouveau le lendemain pour la kermesse. Nous avons gagné et nous avons voulu continuer alors que ce n’était pas prévu au départ. Notre club s’appelait d’abord Football Club Féminin de Reims avant d’être intégré au Stade de Reims fin 1969. »


Turin en 1969, Coupe d’Europe où le Stade de Reims faisait figure d’Equipe de France. Maud Bessi est debout tout à droite.

Sauf qu’au bout d’un moment, les pionnières de Reims ont été freinées par le manque de concurrence en France. Elles se sont donc très vite tournées vers l’étranger : en Tchécoslovaquie dès 1969 puis en Italie de nombreuses fois, aux Etats-Unis et Canada en 1970, en Angleterre, en Irlande, en Allemagne, en Espagne et même en Indonésie… Maud a participé à toute cette aventure avec le club jusqu’en 1973, puis elle a dû abandonner pour des raisons professionnelles. Elle regrette d’ailleurs d’avoir dû arrêter juste avant le premier championnat de France en 1974-75, et donc le premier titre pour le Stade de Reims féminin.

Son engagement jusqu’au bénévolat

Pour participer à sa façon à cette Coupe du Monde en France, 50 ans après ses débuts, Maud Bessi a postulé pour devenir volontaire pour la FIFA. Mais elle a fait bien plus, et est notamment intervenue sur certaines projections de notre Festival Foot d’Elles, partageant son expérience avec le public. Son engagement pour le football au féminin a d’ailleurs pris tout son sens lors de cette compétition : « Je pense que nous sommes rentrés dans une nouvelle période pour le football féminin depuis cette Coupe du Monde, car cela semble devenu plus naturel pour les filles de pratiquer le football à tel point que, maintenant, ça me fait tout drôle de revoir des garçons jouer au foot…! Je n’ai eu que des échos positifs de la part de nombreux hommes de ma connaissance qui ont regardé les matchs. Je suis bien sûr un peu déçue de la défaite des Françaises, mais elles n’ont pas eu de chance de tomber sur les Américaines en quart, car avec les autres équipes européennes, tout devenait possible. Cette Coupe a été globalement une belle réussite et je suis contente d’y avoir pris part à ma manière. » confie l’ancienne joueuse.

Une bénévole hors du commun donc, avec une histoire exceptionnelle, et un engagement sans faille !

Laisser un commentaire