Marie-Thérèse Policon, militante depuis toujours

Marie-Thérèse Policon est l’une des dirigeantes historiques du football féminin en France. Dirigeante à la VGA Saint-Maur depuis 1988, elle a participé au développement du football féminin à partir du début des années 1970 à la Ligue de football de Paris, puis en tant que membre du comité directeur du district du Val-de-Marne. Une militante active doublée d’une compétitrice, en passe de ramener la VGA au plus haut niveau.

« Je jouais au foot avec mes frères comme le font beaucoup de petites filles ». Voilà comment Marie-Thérèse Policon est arrivée dans le football. Un départ on ne peut plus simple, avant de devenir l’une des dirigeantes emblématiques du football féminin francilien. Elle a d’abord fait ses gammes à l’ASPTT Paris, participant en parallèle au développement du football féminin à la Ligue de Paris Ile-de-France partir de 1973.

 

Suite à une restructuration de la Poste, elle retrouve la VGA Saint-Maur, où elle arrive comme responsable dirigeante dans les équipes de jeunes en 1988. Entre temps, elle rejoint le district du Val-de-Marne à sa création en 1980. Membre du comité directeur, trésorière-générale adjointe, elle participe à toute la vie du football féminin val-de-marnais avant de devenir secrétaire générale durant le mois de novembre 2013.

 

Parmi les actions fortes, le lancement d’un critérium de football féminin pour les jeunes de moins de 16 ans. Un tournoi qui apparaît alors comme une innovation que s’appropriera ensuite la Ligue de Paris. Autres gestes importants, le « Challenge Passion », qui réunit jusqu’à 300 jeunes filles une fois par an. Permettant, en 2011, à la gagnante d’assister à un match de la Coupe du monde féminine en Allemagne, puis des JO de Londres en 2012.

 

Mais Marie-Thérèse Policon est avant tout une femme de terrain. Elle a vécu les dernières années de gloire de la VGA Saint-Maur, club historique du football féminin français, 6 fois Champion de France. En 1990, l’équipe remporte son dernier titre majeur avant de décliner doucement. Vice-champion en 91, 3e en 93, le club dispute ensuite le maintien avant la descente en D2 en 1998.

 

Le début d’une traversée du désert, avant de connaître un nouveau souffle tout récemment, sous l’impulsion de sa dirigeante historique. « On ne peut pas rester toujours au plus haut niveau », nous a raconté la présidente du club val-de-marnais. « Le dernier titre de champion de France remporté reste ma plus grande victoire. C’était le début de ses soucis avec plusieurs filles qui avaient quitté le club en milieu de saison. On est descendu jusqu’en DH par la suite. La remontée en D2 cette saison était aussi très importante, on a fait une saison exceptionnelle. Il y a trois ans, on a lancé un nouveau projet avec l’entraîneur Régis Mohar, on a décidé de repartir en avant en mettant les moyens ».

 

La mission est en passe d’être réussie. Remontée en D2 féminine cette saison, l’équipe de Saint-Maur joue déjà les premiers rôles, prête à faire rebattre son cœur d’antan. Tombée au plus bas, la VGA n’a jamais cessé de vivre pour autant. « Le football féminin ne pouvait pas mourir à Saint-Maur. A partir du moment où il y a des passionnés qui font beaucoup d’efforts à la disposition du club, il ne peut pas mourir ». Assurément, un exemple à suivre pour tous les clubs.

 

 

Voir aussi : 

 

Les 11 Foot d’Elles 2013 : Egalité des chances

Sarah M’Barek : La force de l’éducation

Fabienne Broucaret, une plume qui porte

Eric Marchyllie, le fidèle partenaire

L’UNFP, la reconnaissance des pros

Sébastien Duret, le bénévole de l’ombre

Audrey Keysers, l’engagement politique

Arnaud Simon, l’accélérateur médiatique