Les féminines du PSG dans une nouvelle dimension

Ce jeudi 6 septembre, au Parc des Princes, s’est tenu la conférence de presse de la section féminine du PSG. Philippe Bondrieux (directeur général adjoint du PSG chargé du secteur féminin), Jean-Claude Blanc (directeur général) ainsi que Farid Benstiti (manager général et entraineur de la D1) ont répondu aux interrogations de la presse devant l’entrée du PSG dans une nouvelle ère. Avec les nouvelles recrues (Horan, Cruz, Bresonik et Krahn) et les « historiques » (Boulleau, Delannoy) présentes, le PSG a fait une revue d’effectif et signalé à tous que l’empreinte « PSG » sera toujours la même malgré l’arrivée de nouveaux investisseurs.
Le PSG à la découverte du monde pro

«  Le PSG est là pour construire un grand club de football, un grand club d’Europe », voilà comment Jean-Claude Blanc inaugure cette conférence de presse. Durant cette nouvelle saison, le club de la capitale change de catégorie. Avec l’investissement des Qataris, le PSG féminin devient un club professionnel à gros budget (4,5 millions d’euros). 21 joueuses sous contrat et un staff technique mis à niveau, « le club débute un nouveau cycle de 3 ans et se devait de passer professionnel » souligne Philippe Bondrieux.

La section féminine continue à développer sa propre emprunte comme témoigne le directeur général adjoint du PSG à propos de Charléty « Trouver un stade était important pour les filles. Nous avons été bien aidés par la mairie de Paris. Nous sommes heureux que l’essentiel des matchs se disputeront à Charléty (2 n’y auront pas lieu NDLR). L’année prochaine, toutes les rencontres devraient avoir lieu là bas ».

Le football féminin représente également un moyen marketing pour le club. «  Le football féminin est en plein développement, et il y a une différence entre l’équipe nationale, qui attire, et le championnat de D1, a reconnu Philippe Bondrieux. Mais l’actionnaire joue un rôle important pour combler le manque de recettes qui existe aujourd’hui ».

Les dirigeants parisiens et leurs partenaires (BeInSport et la Mairie de Paris) veulent construire dans la durée. « Il y a une accélération de la professionnalisation et des moyens mis à disposition, annonce Jean-Claude Blanc. Les filles disposent d’un nouveau terrain d’entraînement dédié à Bougival. Le football féminin n’est pas une mode mais bien un train qui était déjà parti. » 

Pour la partie football, le choix fut presque naturel. Après ses succès à l’OL et une pige en Russie, Farid Benstiti est de retour en France et au PSG. « Si nous avons décidé de faire venir Farid, c’est qu’il a une grande expérience et un palmarès qui parle pour lui. Il a côtoyé le haut niveau. Nous avons pour ambition d’être compétitif sur la scène nationale d’abord et dans un avenir proche, sur la scène européenne », introduit l’ancien dirigeant de la Juventus.

Farid Benstiti et le « début d’une belle aventure »

Bien que le PSG ait réalisé un recrutement de qualité, le gros coup du mercato est Farid Benstiti. Parti dans l’Est, le technicien est de retour et plutôt heureux « C’est le début d’une belle aventure. Cette professionnalisation dans le sport féminin est importante pour la femme ». 

Au delà de cette perspective, le nouveau coach du club de la capitale a pris le temps de présenter les nouvelles recrues présentes : Shirley Cruz (« C’est une très bonne opportunité pour l’avenir et le PSG »), Lindsay Horan (« Elle a été recrutée dans l’idée du projet de cycle. Une très bonne attaquante et buteuse »), Linda Bresonik (« Pour moi, c’est l’une des 5 meilleures joueuses du monde. Très polyvalente ») et Annike Krahn (« C’est une grande figure du football allemand. Je la voulais déjà en Russie »). Néanmoins, les « historiques » ne sont pas mises de côté. « On sent une volonté de faire grandir le club avec les nouveaux investisseurs. On va franchir de nouveaux paliers, rejouer le plus rapidement la Ligue des Champions » explique enthousiaste l’internationale Laure Boulleau. Sabrina Delannoy (« capitaine Sab’ » pour les supporters) partage la même envie « Jouer chaque jour avec de telles joueuses nous permet de progresser ».

Néanmoins Farid reste humble. « L’idée est de construire une bonne équipe. Juvisy ou Lyon ont un peu d’avance sur nous, précise-t-il. Montpellier est une belle équipe que je connais. Ils ont des jeunes joueuses qui deviennent matures et une bonne coach ».

Le coach du PSG veut bâtir comme le souligne-t-il « J’ai pour ambition de recruter de jeunes joueuses sur lesquelles je compte pour jouer. Le football féminin est à un haut niveau dorénavant. Il faut qu’elles s’inscrivent dans le projet PSG ». En plus de s’exprimer sur l’ambition du club, il nous a également dévoilé un peu de sa tactique « J’aime bien jouer dans un certain système, insiste Farid. Je me suis inscrit dans cette idée de groupe. Nous avons prolongé les joueuses dont je voulais. J’aime beaucoup jouer en 4-2-3-1 ou bien en 4-1-4-1 ». 

Sur la question de la venue d’une grosse attaquante pleine d’expérience, le coach parisien répond sans langue de bois « Il faudra compter sur les jeunes joueuses en attaque. Je construis mon équipe d’abord avec la défense. On a un milieu talentueux et des joueuses offensives capables d’être précises devant le but » explique-t-il avant de rajouter « Je compte sur les joueuses offensives pour proposer du jeu et trouver nos ailières. Mais si l’occasion se présente pour avoir une grande attaquante pleine d’expérience, on se penchera dessus ». Affaire à suivre durant cette saison de D1 qui s’annonce plus que passionnante. 

Charles Chevillard