Les 12 Foot d’Elles : Christine Aubère – Le militantisme au féminin

Christine Aubère est une femme, une battante ! La présidente d’Issy en intérim depuis le 1er juillet 2012 ne se laisse pas de temps libre ou presque. Suite à des soucis de santé, elle se sert de ses compétences, son expérience pour s’épanouir dans le football, sa passion.

Elle est tombée dans la marmite dès sa naissance. Alors que ses 2 frères ne sont pas sportifs, elle tape dans le ballon. Malheureusement, à l’époque, les équipes féminines ne courent pas les rues. 1982, une annonce à la radio va tout accélérer. Le PSG ouvre une section « cadettes » pour les joueuses féminines. Ni une, ni deux, la mère de Christine l’inscrit. Elle porte ainsi le maillot du club de la Capitale pour commencer. Elle y joue jusqu’en 2002.

Ancienne chargée de mission dans une association de lutte contre le Sida, Christine a la main sur le cœur. Son combat ne date pas de maintenant. En 1997, elle se mobilise contre les discriminations. Connue dans le milieu de l’associatif, elle est contactée par les associations LGBT pour créer la discipline du « football » car elle n’existe pas en France et que Paris devait organiser les Jeux Européens LGBT. Christine fonde alors le football club Paris Arc-en-Ciel, mixte, la même année. Un an après, elle crée également Talons et Crampons, tournoi de football sportif et ludique organisé par le FC Paris Arc-en-ciel.

Elle s’implique dans la promotion du football féminin. Par l’entreprise. Il y a 2 ans, elle crée le premier tournoi inter-entreprise féminin en France. L’objectif était d’amener une dynamique dans le monde des entreprises. Faire rencontrer deux mondes différents. Commençant par l’agglomération d’Issy, le 1er tournoi regroupe 8 équipes sur 70 contactées. Le Football féminin n’était pas encore représenté dans la fédération française du sport d’entreprise, Christine a réussit le coup de maître de le pérenniser par la création d’un critérium avec la FFSE (fédération française du sport d’entreprise).  La présidente est une battante. Elle est de ces personnes qui font bouger le football mais aussi la société. Un modèle d’engagement pour chacun et chacune.

 


 

Valeur : Humilité
 
 » A travers le football, l’humilité est une valeur importante pour éviter toute dérive. Aujourd’hui, nous pouvons être en haut de l’affiche. Le lendemain, en bas. En restant humble, nous pouvons pérenniser l’action que nous avons mise en place que ce soit dans le sport ou la société. Je vois que dans le football masculin, c’est ce qu’il leur manque parfois. Être humble, c’est aussi de répondre aux sollicitations ou autres.

A l’époque des fêtes au PSG auxquelles j’ai pu participées, les joueurs du PSG étaient humbles et accessibles. Tout le monde était présent. L’ambiance était excellente et les jeunes pouvaient rêver et approcher leurs idoles. Malheureusement, cela a changé. J’espère qu’il n’y aura pas de telles dérives dans le football féminin avec l’arrivée du professionnalisme. Quand on joue en D1, nous pensons pouvoir exiger un salaire, un emploi, un appartement. Nous sommes dans les prémisses. Il faut rester humble et savoir reconnaître d’où on vient. Si nous avons des valeurs en soi, nous ne pouvons être qu’humble pour pouvoir les pérenniser. Bruno Bini est l’exemple typique.

Il est quelqu’un de très accessible. Dès qu’on lui demande un autographe, il participe agréablement. Lucie DECOSSE, dans le judo, avec tous ces titres, on lui demande un autographe, elle le signe, une photo toujours disponible et dans une tribune de football ca veut dire beaucoup «