Lena Petermann : « Une revanche à prendre »

L’Equipe de France affronte en demi-finale mercredi au Stade olympique de Montréal, son rival allemand, en espérant décrocher son ticket pour la grande finale le 24 août. Lena Petermann, l’une des joueuses clés de l’effectif germanique, évoque pour Foot d’Elles le duel à venir face aux Tricolores. Entretien.

 

 

Comment as-tu vécu le quart de finale disputé face au Canada ?

Les Canadiennes sont de très bonnes joueuses. C’était un match vraiment compliqué à Edmonton, d’autant plus que tout le public était derrière elles, ou contre nous je ne sais pas ! Cependant, nous avons su gérer cela et nous l’avons emporté. C’est l’essentiel !

Tu évolues au poste d’attaquante, mais tu n’as marqué qu’à une seule reprise depuis le début de la Coupe du monde. Malgré cela, es-tu satisfaite de tes performances ?

Le nombre de buts que j’ai marqués n’est pas le plus important. Ce que je veux dire par là, c’est que l’on n’est pas toujours obligée de marquer pour être satisfaite. L’équipe d’Allemagne gagne, donc je suis heureuse. Tant que mon équipe gagnera, je serai satisfaite (Rires).

Parmi les trois équipes restantes (France, Corée du Nord et Nigéria), penses-tu que la France soit la meilleure équipe encore en course avec l’Allemagne ?

Oui, je le pense. La France est vraiment une excellente équipe, mais je crois que nous pouvons la battre. L’Equipe de France a marqué beaucoup de buts lors de ses premiers matches, mais elle n’a pas rencontré les mêmes adversaires que nous lors de la phase de groupe… Je n’irai peut-être pas jusqu’à dire que la France a eu un groupe facile, mais elle n’a pas joué contre les Etats-Unis ou le Brésil par exemple.

 

Comment abordez-vous cette demi-finale face à la France dans le clan allemand ?

Nous voyons cette demi-finale comme une revanche à prendre. Bien que je n’aie pas participé à la demi-finale perdue l’année dernière lors du championnat d’Europe U19, j’entends beaucoup de mes coéquipières dire : « Elles ne peuvent pas nous battre encore une fois ! ».  Nous sommes vraiment prêtes à en découdre.

Quelle sera l’équipe favorite avant le coup d’envoi de votre demi-finale, selon toi ?

L’Allemagne bien évidemment (Rires) ! Plus sérieusement, je pense que notre principale qualité est l’excellente alchimie qui règne au sein de notre équipe. Cela se répercute ensuite sur le terrain et c’est pourquoi nous arrivons à marquer beaucoup de buts depuis le début du Mondial.

 

Tu n’as pas encore été sélectionnée avec l’équipe senior allemande. Penses-tu malgré tout avoir une chance de disputer la prochaine Coupe du monde en 2015 ?

J’aimerais beaucoup évidemment ! Cependant, je ne peux pas vraiment me prononcer sur mes chances de participer à la prochaine Coupe du monde. Pour l’heure, je suis focalisée sur le Mondial U20 au Canada. Je ne me projette pas pour le moment.

De ton côté, tu évolues aux Etats-Unis pour l’équipe universitaire de Floride des UCF Knights. Pourquoi avoir choisi de quitter l’Allemagne et ton ancien club de Hambourg pour aller jouer aux USA ?

Aux Etats-Unis, le football féminin  est très développé et le niveau est excellent. Outre l’aspect footballistique, quitter l’Allemagne pour aller jouer aux USA est une très bonne expérience, selon moi. Tu dois apprendre à te débrouiller seul, organiser tout par toi-même… C’est un bon moyen d’apprendre à se connaître.