Le football féminin en Afghanistan, « une lucarne de liberté »

Ce documentaire nous emmène dans le quotidien de Madina Azizi en Afghanistan, qui se bat tous les jours pour l’émancipation des jeunes filles et leur accès à la pratique du football. Une petite bulle d’espoir et de force signée Arte, à découvrir jusqu’au 5 juillet.

Direction l’Afghanistan, où le football féminin n’est pas roi, et où certaines femmes doivent se battre jusqu’à risquer leurs vies pour jouer. Le documentaire suit Madina Azizi, qui à 23 ans a déjà fait partie de la sélection nationale afghane, et entraîne aujourd’hui une équipe de filles entre 17 et 20 ans. Après 20 ans, difficile pour elles de continuer à jouer. En effet, une fois mariées, les femmes afghanes ne sont pas censées faire du sport. Créer une équipe et faire en sorte que la pratique perdure n’est alors pas simple, quand les jeunes femmes doivent arrêter très tôt.

Madina Azizi se bat pour le football féminin en Afghanistan. Crédits Photo : capture d’écran ARTE

Pourtant, Madina fait preuve de détermination et de courage et fait tout pour emmener ses filles le plus loin possible. Analyse de matches à la télé pour la tactique, séances de musculation au niveau des professionnels, organisation de matches contre d’autres équipes… Madina ne recule devant rien. Même pas devant les nombreux risques et obstacles qui se mettent sur son chemin. En effet, les filles peuvent risquer leur vie en jouant, dans une ville où les femmes n’osent pas sortir seules dans la rue. Parents récalcitrants, attentats-suicides réguliers dans les lieux publics à Kaboul, 2 heures de route pour trouver une équipe à rencontrer et faire un match…

Madina et son équipe en plein match. Crédits Photo : capture d’écran ARTE

Madina le sait, mais elle continue à se battre. Elle a été elle-même virée de l’équipe nationale sous prétexte de trop d’absences aux entraînements, mais qui en fait s’explique probablement par son refus face aux avances sexuelles des hommes. En effet, une partie de la fédération afghane, dont son ex-président, a été accusée d’abus sexuels sur les joueuses de la sélection nationale. Madina paye elle-même les maillots et les ballons de son équipe, quand aucun moyen n’est donné par la fédération pour le développement de la pratique des jeunes filles. Elle peut compter sur le soutien de Khalida Popal, première capitaine de l’équipe d’Afghanistan, qui est aujourd’hui réfugiée au Danemark après avoir été menacée de mort pour son militantisme. Madina espère partir jouer un an à l’étranger, et revenir avec encore plus d’expérience pour gérer son équipe. Entre peurs, risques et obstacles, elle persiste et fait progresser ses filles, pour l’amour du football et pour l’avenir de toutes les femmes.

Un documentaire plein d’espoir et de liberté, qui donne envie de continuer de se battre pour l’émancipation des jeunes filles du monde entier par le sport. À découvrir jusqu’au 5 juillet sur Arte :

Laisser un commentaire