Le football espagnol à son apogée

Année après année, le championnat espagnol comble son retard par rapport à la France, l’Allemagne et l’Angleterre. Le secteur footballistique ibérique multiplie actuellement les initiatives pour se développer. Des structures qui s’améliorent, une large place faite aux jeunes joueuses, des étrangères qui viennent découvrir la Liga Iberdrola, un des plus captivants championnats sportifs espagnols. C’est certain. L’Espagne devient attractive et les résultats des différentes sélections l’illustrent.

L’Espagne brille aussi chez les femmes

Le football espagnol vit sa meilleure époque avec ses différentes sélections. La Roja s’est qualifiée pour la Coupe du monde, pour la deuxième fois de son histoire, compétition qui se tiendra en France du 7 juin au 7 juillet 2019. De même, les catégories inférieures ne cessent de s’illustrer. Les équipes féminines espagnoles U-20, U-19 et U-17 ont remporté plus de podiums lors des Coupes du monde et des Championnats d’Europe au cours des trois dernières années que dans le reste de leur histoire.

Le 30 juillet dernier, la sélection féminine espagnole a remporté l’Euro U19 en battant l’Allemagne (1-0). Déjà vainqueur du tournoi l’an passé aux dépens de la France, l’Espagne a remis ça cette année. C’est le troisième titre des Espagnoles dans la compétition, elles qui sont présentes en finale depuis 2014 maintenant. Lors du Mondial U20 qui se déroulait l’été dernier en Bretagne, la Rojita a également atteint la finale. Mais cette dernière s’est inclinée 3 buts à 1 face au Japon. Les triomphes sportifs et les avancées en matière de visibilité ont entraîné une croissance sans précédent de la pratique. Le football est le sport à la croissance la plus rapide : 42 235 licences pour la saison 2017-2018, alors qu’il y a trois ans, le chiffre ne dépassait pas les 30 000 licenciées.

Une visibilité toujours plus importante

En cinq ans, le football a progressé autant qu’au cours des trente dernières années (naissance du championnat féminin espagnol). La compétition a gagné en visibilité à un rythme sans précédent. Une visibilité qui permet aux équipes de se développer. Levante a deux sponsors exclusifs pour son équipe aujourd’hui. Le fait que la télévision ait été impliquée a mieux fait connaître la pratique de ce sport par les femmes. Les audiences sont de plus en plus intéressantes. beIN SPORTS et Gol offrent quatre matches de la Liga Iberdrola à chaque journée de championnat.

La compétitivité de la Liga suscite un très grand intérêt, comme le montrent les données d’audience de la télévision. À titre d’exemple, la rencontre entre le FC Barcelona et l’Atlético a enregistré une audience moyenne de 265 000 téléspectateurs et dépassé les 400 000 téléspectateurs. Pour la saison 2017/2018, sur les 105 rencontres retransmises en direct, on note en moyenne 105 071 téléspectateurs par match. La tendance est la même sur les réseaux sociaux. Les équipes de Liga Iberdrola ont enregistré 2,5 millions de followers la saison dernière, soit 42% de plus que la saison précédente. À priori le championnat espagnol n’a plus à prouver son pouvoir d’attraction.

Des clubs espagnols qui ne cessent d’attirer les joueuses européennes

31 des 42 clubs de La Liga Santander et de La Liga 123, (première et deuxième division masculines) ont une section féminine. Ces chiffres reflètent l’ampleur d’un sport en plein essor en Espagne. Martina Olivas, présidente de la Liga Iberdrola a bien compris l’importance de dynamiser le football. D’ailleurs, à plusieurs reprises, les équipes féminines ont pu jouer dans les mêmes stades que leurs homologues masculins.

La Liga attire plus que jamais les joueuses du monde entier, notamment les Françaises. L’ancienne Lyonnaise Kheira Hamraoui s’est engagée avec le FC Barcelone cet été et y a rejoint sa compatriote Elise Bussaglia. Dans le même temps, Aïssatou Tounkara a officialisé son départ du Paris FC pour rejoindre l’Atlético Madrid d’Aurélie Kaci, double-champion d’Espagne en titre. Un nouveau départ pour la défenseure française qui arrive dans un championnat de plus en plus ouvert sur l’Europe. On peut à ce titre parler de l’ascension brillante de Lieke Martens, joueuse néerlandaise recrutée par le FC Barcelone à l’été 2017. La Hollandaise a d’ailleurs été nommée par l’UEFA pour le titre de joueuse européenne de l’année. Alors que les clubs espagnols ont pris peu à peu conscience de la nécessité d’investir dans le football féminin, de nombreuses joueuses se sont laissées séduire. À l’image de Toni Duggan, joueuse anglaise qui a elle aussi rejoint le club catalan il y a un an.

La Ligue des Champions en ligne de mire

La Liga est de plus en plus compétitive et les rencontres en Ligue des champions sont un véritable tremplin pour constater du niveau atteint. Double championne nationale en titre, l’Atlético Madrid tentera de conserver son titre mais le Barça, sa concurrente directe et vainqueur de la dernière Copa de la Reina, espère bien ravir un trophée qui lui échappe depuis la saison 2014-2015. Surtout, après le traumatisme de la saison dernière contre Wolfsburg en Ligue des Champions, l’Atlético Madrid a l’occasion de frapper un grand coup sur la scène européenne. Après sa victoire face à Manchester City, l’Atletico affrontera Wolfsburg, champion des éditions de 2013 et 2014, le 17 octobre prochain pour le compte des huitièmes de finale. L’occasion pour les Colchoneras de franchir un cap sportif supplémentaire dans la compétition.

Le développement du football espagnol semble imparable. Cette impulsion est le fruit d’une évolution positive qui a pris beaucoup d’ampleur ces dernières années. Si de nombreux clubs féminins espagnols se structurent, il n’en demeure pas moins qu’il manque un autre grand du football mondial dans le paysage. En effet, le Real de Madrid est toujours absent.


Crédits : Fifa.com, AS.com, FC Barcelona, Atletico Madrid

1 commentaire

Laisser un commentaire