Le foot féminin sur les bons rails

Chaque jour de cette semaine, le quotidien national metronews a mis en lumière une personnalité du football féminin dans le cadre de la Semaine du football féminin. Brigitte Henriques, Bruno Bini, Marie-Laure Delie, Patrice Lair et Griedge Mbock ont ainsi eu la parole dans l’un des journaux les plus diffusés de l’hexagone, avec environ 700.000 exemplaires par jour.
Le football féminin français vient de passer cinq journées à portée des usagers des transports des plus grandes villes de France. L’opération d’envergue menée par la FFF durant la Semaine du football féminin, en accord avec le journal gratuit metronews, touche à sa fin ce vendredi. Chaque jour de la semaine, le quotidien, dont la diffusion est estimée à plus de 700.000 exemplaires par jour, a publié un article sur un acteur majeur du football féminin français. Foot d’Elles vous propose quelques temps forts de la semaine.


Lundi, Brigitte Henriques, secrétaire générale de la FFF :

« Tous les visionnaires et les experts nous disent qu’au niveau de la planète, il y a une vraie révolution autour des valeurs féminines. Non pas que les femmes soient meilleures que les hommes et vont prendre leur place, il s’agit de complémentarité. Dans le sport, c’est la même chose. Il n’y a qu’à regarder ce qu’il se passe aujourd’hui dans les clubs. Un président qui ne joue pas le jeu du foot féminin est un has been. Regardez lorsque les Qataris sont arrivés au PSG. La première année, ils ne se sont pas vraiment préoccupés des filles, qui ne jouaient même pas au Parc des Princes. Ça leur a été reproché, et vu qu’ils font très attention à leur image, ils ont rectifié la saison suivante. »


Mardi, Bruno Bini, sélectionneur de l’Equipe de France féminine :

« Ce que je ne supporte pas, ce sont les clichés. Est-ce qu’on demande aux hommes d’être beaux pour jouer au foot ? s’interroge le technicien. Les Bleues ne sont pas des garçons manqués mais plutôt des filles réussies. Et ce que je veux, c’est qu’elles soient jugées sur leur talent et leurs résultats »
 

Mercredi, Marie-Laure Delie, attaquante de Montpellier et de l’Equipe de France :

« Dans notre sport, l’équipe nationale est une vitrine. On l’a vu pendant la Coupe du monde 2011, il y avait une ferveur incroyable et depuis, le regard des gens a changé. On m’arrête souvent dans la rue, pour des autographes, pour m’encourager. C’est pour ça qu’on veut remporter l’Euro. Pour faire décoller notre sport et montrer aux petites filles que c’est normal de jouer au foot. […] Je sais très bien que ce je gagne grâce au foot, n’est pas suffisant pour me faire vivre toute ma vie. J’ai plein de projets, comme ouvrir une entreprise dans la restauration. Je me dis aussi que ce serait bien de continuer à aider mon sport quand j’aurai arrêté ma carrière. C’est une idée qui fait son chemin. »
 

Jeudi, Patrice Lair, entraîneur de l’Olympique Lyonnais féminin :

« Tout n’est pas mis en place pour aider le foot féminin, je crois que les présidents de club s’en moquent […]Très franchement, à chaque reprise du Championnat, c’est difficile de se motiver, confie Patrice Lair. C’est pénible d’aller sur des terrains dont l’état est parfois catastrophique ou de se retrouver autour d’une main courante à se prendre la pluie pendant tout un après-midi. […] Pour moi, la solution, c’est d’obliger les clubs pro à créer une section féminine et faire jouer les filles en levée ou en baissé de rideau des matches de L1. […] Si ça continue comme ça, le foot français n’arrivera plus à produire des talents et on ira chercher toujours plus de joueuses à l’étranger. […] Actuellement, les Bleues ont une génération en or. Mais est-ce que ça va durer ? »
 

Vendredi, Griedge Mbock, défenseuse à l’En Avant Guingamp et en Equipe de France U-19 :

« J’espère qu’on va parler encore plus de nous, et en bien. Filles, garçons, il n’y aucune différence. Ce serait bien que, à l’avenir, être joueuse de foot soit quelque chose de normal. […] C’est normal (que le foot masculin soit encore plus important NDLR). Eux, ce sont des stars. Leur vie, leur carrière n’ont rien à voir avec celles des filles. A mon âge, certains joueurs ont déjà des très gros contrats et ont leur avenir quasi assuré. »

Crédit photo : Capture metronews.fr