La Pologne, jeune et ambitieuse

Vendredi soir à 20h50, l’équipe de France féminine affrontera la modeste équipe de Pologne au stade Pierre-Brisson de Beauvais. Loin d’être une grande nation du football féminin, la Pologne (30e FIFA) pourrait franchir un palier dans les années à venir grâce à l’arrivée d’une belle génération de joueuses. Focus.

Une équipe en progrès

 

Non, la Pologne n’est pas cette équipe au niveau ridicule débarquée du fin fond de l’Europe pour recevoir une fessée face aux Bleues. Bon, ce n’est pas non plus la confrontation de très haut niveau qui permettra aux Bleues de jauger leur niveau à l’échelle mondiale. Il est assez difficile de juger cette nation en fait. Durant les qualifications pour l’Euro 2013, elle avait terminé en 3e position de sa poule, derrière l’Italie et la Russie, tout en réalisant un parcours intéressant sur certains points.

 

Battue 5-0 à domicile par l’Italie, la Pologne n’avait concédé qu’un but au match retour (1-0). Contre la Russie, les Polonaises avaient perdu 2-0 sur le terrain (puis 3-0 sur tapis vert), avant d’aller faire nul au retour à Moscou (1-1). Au final, la Pologne a gagné 5 de ses rencontres, pour 2 nuls et 3 revers.

 

 

Les éliminatoires pour la Coupe du monde 2015 ont débuté par une défaite en Suède en septembre. Logique, mais pas ridicule (2-0), avant une large victoire à la maison contre les Iles Féroé (6-0). Actuellement 30e au classement FIFA, la Pologne arrive derrière des nations comme la République Tchèque (26e), la Belgique (27e) ou la Colombie (29e) et devant l’Autriche (33e), l’Irlande (34e) ou la Roumanie (35e).

 

Venues des quatre coins de l’Europe

 

Parmi les convoquées pour affronter la France, on retrouve 10 joueuses issues des clubs polonais de Wroclaw, Raciborz ou Konyn. Quatre filles évoluent en Allemagne, deux en D2 à Neuendorf et deux autres à Cloppenburg, promu en Bundesliga cette saison. Deux Polonaises pratiquent leur football aux USA, en WPSL pour l’une et en championnat universitaire pour l’autre. Enfin, l’Ajax Amsterdam abrite une Internationale polonaise, tout comme la D1 féminine, avec Katarzyna Kiedrzynek, gardienne numéro 3 du PSG.

 

 

Le symbole Ewa Pajor

 

La Pologne a connu son heure de gloire dans le football féminin le 28 juin dernier à Nyon. Là, les Polonaises ont gagné le Championnes d’Europe U-17 contre la Suède (1-0). Evidemment, ce genre de titres conquis par les jeunes pousses ne signifient pas que l’équipe nationale A gagnera à son tour dans un futur proche. Il démontre néanmoins l’état de santé d’un football. Preuve en est, lors des 5 éditions précédentes, l’Euro U-17 féminin est revenu trois fois à l’Allemagne, leader européen incontestable en foot féminin et deux fois à l’Espagne, l’une des nations aux progrès les plus forts.

 

 

 

Symbole de sa génération, l’attaquante Ewa Pajor sera présente pour la deuxième fois chez les « grandes » pour affronter les Tricolores. La surdouée, âgée de 16 ans seulement, est considérée comme le diamant à protéger dans son pays. Elle avait été élue meilleure joueuse de l’Euro U-17, succédant à la Française Toletti (en 2011) qui sera aussi présente face à elle ce vendredi soir à Beauvais.

 

Crédits photos : Sportsfile / DR / Team Pics/PSG / pzpn.pl