Interview croisée : Louisa Necib / Laure Boulleau

Il y a quelques jours Foot d’Elles vous laissait choisir le duo de joueuses, qui participerait à l’interview croisée… Chose promise, chose due… Pour vous, les deux internationales tricolores, Louisa Nécib et Laure Boulleau se prêtent au jeu et répondent à nos questions. Des rires et de la joie, à consommer sans modération en cette période de fête!

Depuis combien de temps vous connaissez-vous ?

Laure BOULLEAU : Si je ne dis pas de bêtises, ça doit faire pas loin de 10 ans…

Louisa NECIB : Une dizaine d’années. On s’est connu à Clairefontaine et avec les sélections.

A quel poste la ferais-tu jouer si tu voulais rigoler ?

Laure : Sans hésitation, gardienne de but ! Je l’imagine déjà… (Rires). Elle aurait trop peur du ballon c’est sûr, et peut-être de se faire mal aussi.

Louisa : A mon poste, en numéro 10 ! Ce n’est pas son rôle mais je l’imagine bien, et puis je crois que ça lui plairait en fait! (Rires).

Dans quel autre sport penses-tu, ou imagines-tu qu’elle aurait pu être aussi bonne ?

Laure : En gym. Je sais qu’elle en a fait étant plus jeune et puis elle est gracieuse, donc je la vois bien la dedans.

Louisa : Aussi bonne je ne sais pas, mais comme on a toutes les deux, fait de la gym avant le foot… je dirais la gym.

A quel joueur de football, te fait-elle penser ?

Laure : Question difficile dit donc (Rires). A Zinedine Zidane évidemment !! Elle, j’espère qu’elle va dire Bixente, autrement j’ai les boules (Rires).

Louisa : Biiiiiixente Lizarazu !!!! (Rires). Laure, c’est lui en fille ! Pour moi, c’est les mêmes. Le poste, la morphologie, le style de jeu, le pied gauche, les centres, les débordements, tout quoi !

Quelle est sa plus grande qualité ?

Laure : Sportive, c’est la technique. Et dans la vie de tous les jours, je dirai sa joie de vivre.

Louisa : Au niveau foot, c’est une vraie défenseure qui lâche rien, c’est vraiment une battante. Autrement, c’est mon amie depuis presque dix ans, alors c’est forcément qu’elle est bourrée de qualités. Elle est rigolote, généreuse, agréable… Elle à tout pour elle.

Quel est son plus grand défaut ?

Laure : Euh, je ne sais pas si c’est vraiment « être bougon », mais on va dire que parfois elle peut s’énerver vite.

Louisa : Euuuh, peut-être un peu stressée… (Rires).

Lui donnes-tu un surnom ?

Laure : Titou ! Parce que…c’est comme ça qu’on l’appelle chez elle, dans le Sud. Et puis, c’est un peu comme Zizou, sauf qu’on remplace les « Z » par des « T » (Rires).

Louisa : Non pas de surnom particulier en fait. C’est juste Laurette !

Selon toi, est-elle plutôt mauvaise perdante ou plutôt fairplay ?

Laure : Pas méchante, mais mauvaise perdante quand même !

Louisa : Elle veut et elle aime gagner, mais elle sait admettre et accepter la défaite, alors je dirais qu’elle est fair-play.

As-tu un message à lui faire passer ?

Laure : Là je sais qu’elle est en vacances, alors juste qu’elle profite à fond de ces moments en famille et qu’elle passe de bonne fêtes. Il faut aussi qu’elle récupère bien, pour réattaquer la 2ème partie de saison, parce qu’on a beaucoup de matchs  qui nous attendant en club, et en équipe de France. Il faut qu’elle soit en forme parce qu’on a besoin d’elle.

Louisa : Juste lui dire que ça fait dix ans que c’est ma pote, mon amie, et que j’espère que ça durera encore longtemps.

Un pronostic sur le match retour vous opposant ?

Laure : Oula ! Je pense qu’il y aura un petit match nul ! Une chose est sûre, le match sera plus disputé au retour qu’à l’aller. Je dis 1-1. On a une revanche à prendre ! (Rires)

Louisa : Victoire lyonnaise bien sûr !! Mais pour les scores je ne suis pas bien douée…Allez petite victoire 1-0

Propos recueillis par Sandrine Dusang

Crédit photo : Twitter Laure Boulleau