« Il fallait raconter cette histoire » : focus sur le football féminin en Jordanie dans la nouvelle exposition de l’IMA

A l’occasion de son exposition « Foot et monde arabe, la révolution du ballon rond », l’Institut du monde arabe (IMA) met en lumière le rôle du football dans l’émancipation des femmes en Jordanie. Un îlot de liberté dans un pays où l’égalité femme-homme n’est pas toujours une priorité. Foot d’Elles s’est rendu à l’inauguration de l’exposition, qui s’empare temporairement (du 10 avril au 21 juillet prochain) d’un phénomène de société encore jamais exploré par l’IMA : le football. 

Une exposition qui arrive à point

Le 22 février dernier, médias et observateurs du monde entier regardaient avec enthousiasme le début des protestations pacifiques en Algérie à l’encontre du désormais ex-président Abdelaziz Bouteflika. L’expérience des supporteurs de foot dans ce mouvement n’aura pas tardé pas à s’exprimer. Ceux-ci deviennent très rapidement le « fer de lance » (Le Monde, 7 mars 2019) de la contestation.  Moins de deux mois plus tard, l’IMA lance son exposition « Football et monde arabe ». Fruit du hasard ou symbole de son actualité, le timing est presque parfait pour l’IMA.

Affiche de l’exposition, qui se tiendra du 10 avril au 21 juillet 2019 à l’Institut du Monde arabe

Aurélie Clemente-Ruiz, directrice du département des expositions de l’IMA et commissaire de l’exposition (retrouvez plus bas notre entretien avec elle) justifie le choix de l’IMA par la place qu’occupe le football dans les sociétés arabes. « Le football est une composante essentielle du monde arabe : on le retrouve partout, il transcende les classes sociales et les générations ». Il faut dire que le contexte se prête particulièrement au lancement de l’exposition, le mois de juin prochain offrant à l’ensemble des fans de football la Coupe du monde féminine organisée en France et la Coupe d’Afrique des nations masculine organisée en Egypte.

Sport le plus pratiqué, le plus médiatisé, le plus mondialisé, le football entretient en effet depuis son apparition une relation singulière avec le monde arabe. A certains égards, le ballon rond et tout ce qui l’entoure ont accompagné – parfois de très près, les évolutions sociales et politiques des pays arabes, dont un des exemples frappants est le développement du football féminin en Jordanie.  

Le football féminin en Jordanie, une volonté politique forte

Durant cette dernière décennie, le football féminin n’a cessé de prendre de l’importance en Jordanie, notamment sous l’impulsion du Prince Ali, président de la fédération nationale. D’une quinzaine de joueuses professionnelles en 2005, elles sont cette année plus de 600 inscrites dans les 11 clubs féminins du pays. En 2016, la Jordanie est devenue le premier pays du Moyen-Orient à accueillir une compétition internationale de football, en étant l’hôte de la Coupe du monde féminine des U17. En 2018, le pays a accueilli la Coupe d’Asie féminine. A cette occasion, un stade dédié aux femmes est inauguré dans la capitale du royaume.

Maillots de l’équipe de Jordanie pour la Coupe du monde féminine 2017

L’IMA s’arrête, dans une section de l’exposition, sur cet essor du football féminin en Jordanie en donnant la parole à ces joueuses engagées dans le football, afin de comprendre comment le sport apparaît pour elles comme un vecteur d’émancipation. Tournée vers l’avenir, cette section de l’exposition illustre les mutations récentes au sein d’une pratique qui demeure majoritairement masculine. Le film « 17 » de Widal Shakafoj est le point central de cette section. Il suit l’équipe de football U17 lors de sa préparation pour la Coupe du monde féminine de la FIFA des moins de 17 ans en 2016.

Un voyage interactif dans la planète football du monde arabe

Sans suivre une chronologie linéaire, se focalisant davantage sur des histoires ponctuelles évocatrices, l’IMA propose avec sa nouvelle exposition un voyage symbolique à onze escales, qui dépeignent à merveille l’omniprésence du football dans la diversité des sociétés arabes. Objets iconiques, photos, vidéos, films, documents d’archives viennent étayer une scénographie immersive permettant une pleine reconstitution de la culture football dans les sociétés arabes.

Un match de football en Palestine, officiellement reconnue comme indépendante par la FIFA en 1998

Vous l’aurez compris, les angles sont divers et visent un public large. L’essor du football féminin en Jordanie mais également la ferveur cairote pour ses fameux derbys ou la volonté du PSG de devenir une marque internationale via son propriétaire Qatar Sports Investments, s’insérant indirectement dans les immenses ambitions du Qatar, qui organisera le prochain mondial en 2022 sont autant d’angles étudiés et d’histoires racontées par l’IMA dans cette riche exposition. En parallèle, plusieurs expériences interactives sont proposées aux visiteurs : composer son équipe de foot arabe idéale, se glisser dans la peau d’un commentateur sportif. Pour l’occasion, l’IMA a également prévu d’installer un city stade à proximité du bâtiment accueillant l’exposition.

« La question des femmes dans le monde arabe, leur émancipation et leur liberté passent par cette dimension du football »

Nous avons pu poser trois questions à Aurélie Clémente-Ruiz, commissaire de l’exposition « Foot et monde arabe ». Voici son entretien.

FE : Bonjour. Tout d’abord, d’où vous est venue l’idée de parler dans cette exposition de football féminin, un sport encore perçu comme étant largement masculin et dans des sociétés qui demeurent particulièrement patriarcales ?

ACR : C’était important quand on a décidé de construire notre exposition autour de 11 histoires d’en consacrer une au football féminin. Le football féminin prend de plus en plus d’ampleur et la France accueille la Coupe du monde féminine au mois de juin donc c’était important de montrer aussi ce qu’il se passe dans le monde arabe sur le football féminin. En travaillant sur le sujet, on a découvert que la Jordanie avait beaucoup creusé cette question puisque le Prince Ali, membre de la famille royale jordanienne, a lancé une politique très volontariste pour inciter les jeunes filles à pratiquer le football. Des clubs se sont créés. Il y a eu une réelle incitation pour ces jeunes filles à aller sur le terrain. C’est beau car c’est une belle source d’émancipation. Des familles demeurent réticentes mais on observe qu’à force de passion, de motivation, elles arrivent à convaincre leur famille pour aller jouer. Cette histoire, il fallait qu’on la raconte. Aujourd’hui, dans l’ensemble du monde arabe, il y a des équipes nationales féminines et l’accès aux stades est autorisé aux femmes. On voit que la question des femmes dans le monde arabe, leur émancipation et leur liberté passent donc par cette dimension du football.

FE : Cette pratique du football féminin est-elle mise en avant par ces pays dans le monde arabe ? On voit se développer en France une lente féminisation du football et une volonté de promouvoir le football féminin, est-ce pareil dans le monde arabe ?

ACR : Aujourd’hui, le football féminin est encore moins connu et moins mis en avant dans le monde arabe que le football masculin. Mais même en Europe, la valorisation du football féminin est très récente. On n’est encore pas au niveau des hommes. Ce n’est que le début mais il faut bien commencer quelque part mais ça va assurément dans le bon sens. On parle aussi de la footballeuse palestinienne Honey Thialjey qui a joué en Palestine et travaille aujourd’hui pour la FIFA à la fois pour aider la Palestine mais aussi pour la reconnaissance du monde arabe. Il y a énormément de signaux positifs.

FE : Pour finir, quelles sont, à votre avis, les perspectives à court et moyen terme pour le développement du football féminin dans le monde arabe ? Plutôt optimiste ?

ACR : Oui, je suis optimiste. Les signaux sont positifs. L’autorisation de l’accès des femmes aux stades dans un pays comme l’Arabie Saoudite en constitue un. Le football féminin dans le monde arabe est indéniablement quelque chose qui va se développer mais il ne faut pas oublier d’où l’on part et que le chemin est encore long.

Laisser un commentaire