Heimebane,  quand la réalité devient fiction

Emmenée par les excellents Ane Dahle Torp et l’ancien joueur John Carew, la série norvégienne Heimebane (« terrain à domicile ») a gagné le droit à une seconde saison. Un succès spectaculaire sur un sujet qui pourrait ne pas sembler étranger à Corinne Diacre : une femme, à la tête d’une équipe pro masculine. Tout un programme.

Ane Dahle Torp face à John Carew.

Une femme à la tête d’une équipe professionnelle masculine ? Une fiction devenue réalité, en France, notamment à Clermont avec Corinne Diacre. L’actuelle sélectionneuse des Bleues avait défrayé la chronique en devenant la coach de l’équipe auvergnate en Ligue 2 en 2014. Le président Claude Michy, en précurseur, avait tenté le coup, avec succès, malgré le scepticisme empreint de machisme de certains au moment de sa nomination. 119 matchs plus tard, Diacre quittait le CF63 pour la FFF. Une aventure qui avait attiré les médias du monde entier en Auvergne avant que la curiosité ne s’estompe, car après tout, diplômée, Diacre était avant tout une coach qualifiée avant d’être une femme. Auparavant, l’éphémère Helena Costa, toujours à Clermont, ou l’Italienne Carolina Morace en D3, avaient également tenté l’aventure. Mais  ce qui ne surprend pas dans un sens (un homme pour entraîner des femmes), surprend toujours dans l’autre.

Une série de foot qui parle d’une femme

En Norvège, la réalité, elle, est devenue fiction. Dans ce pays très à cheval sur l’égalité homme-femme, où récemment les footballeuses internationales ont obtenu d’être rémunérées autant que les garçons pour leurs apparitions en équipe nationale, ce sujet a séduit une productrice norvégienne, Vilje Katrin Hagen et la société Motlys. En 2014, année où Diacre prend la direction de Clermont en France, celle-ci contacte alors Johan Fasting, scénariste reconnu de séries, avec cette idée. Raconter l’histoire d’une femme nommée à la tête d’une équipe pro norvégienne. Heimebane (« home ground » en anglais) était née. Fasting était connu pour des productions classiques, mais où les femmes avaient toujours le premier rôle. Dans cette nouvelle série, il va donc sans surprise mettre une femme à l’honneur. Campée par l’excellente actrice norvégienne Ane Dahl Torp, qu’on avait vue notamment dans le film catastrophe La Vague, Helena Christiansen va devenir la coach d’une équipe en difficulté.

John Carew superstar ?

Ane Dahle Torp face à John Carew.

Au-delà de la simple série sur un club de football, où la production norvégienne a pourtant tenu à ce que les scènes sportives collent le plus possible à la réalité avec des acteurs capables de jouer, dans le sillage de l’ancienne star de l’Olympique Lyonnais, John Carew, rival d’Ane Dahl Torp à l’écran, Heimebane propose aussi de découvrir l’envers du décor. Car si on a pu suivre les difficultés rencontrées par une Diacre en France (sexisme hélas encore trop ordinaire), cette série nous fait entrer dans le vestiaire du club mais aussi dans le vestibule de la maison d’Helena Christiansen (le nom de l’héroïne, ndlr). Elle nous montre comment les choix professionnels de cette mère de famille impactait sa fille. Précise, bien écrite, parfaitement interprétée, Heimebane réussit donc la prouesse de s’intéresser au football (la fin de carrière difficile des joueurs par exemple) et à la condition de la femme, même dans un pays qui met celle-ci à l’honneur. Mais également de captiver les supporters de football comme les mères de famille qui n’ont pas d’appétence pour ce sport.

La chaîne NRK peut se frotter les mains d’avoir tenté le pari. Heimebane a séduit un public nombreux, obtenu une volée de prix nationaux et internationaux (notamment aux Berlinales) pour la qualité de son script et de celle de ses acteurs. Du coup, une seconde saison a été commandée aux producteurs. Ceux-ci seraient sur le point de vendre le programme en Espagne et souhaitent obtenir une diffusion maximale hors des frontières scandinaves. D’autres pays semblent intéressés même si pour le moment, les chaînes françaises n’ont pas encore fait un pas en avant pour acheter les droits de la série. Mais, si 2019 est l’année de la confirmation pour Heimebane à domicile, on voit mal comment cette série ne ferait pas l’événement rapidement à l’extérieur des frontières norvégiennes.


Crédit photos : NRK.

 

 

Laisser un commentaire