#FIFAWWC – Le dernier grand test pour les Bleues

Alors que le compte à rebours va bientôt passer sous la barre de la semaine avant l’échéance tant attendue, Corinne Diacre et toute son équipe entament l’ultime ligne droite de leur préparation. Six jours après leur succès face à la Thaïlande, 3-0, une autre nation asiatique s’apprête à croiser le chemin des Bleues, la Chine. Un rendez-vous pris ce vendredi (21 heures) à Créteil au stade Dominique Duvauchelle dans le but de juger une dernière fois les forces en présence.

Voilà maintenant plus de trois semaines que les appelées de la liste de Corinne Diacre sont ensemble pour leur dernière préparation pour la coupe du Monde. Après leur mini-stage à Perros-Guirec, en Bretagne et la succession de séances physiques et techniques à Clairefontaine. Cette fin du mois de mai, se voulait studieuse avec l’enchaînement des deux ultimes matchs de préparation avant le coup d’envoi de la compétition au Parc des Princes, le 7 juin prochain. A ce jour, si les françaises semblent bien concentrées dans cette phase préparatoire, la seule interrogation concerne l’état de forme des joueuses et notamment celui des lyonnaises tout juste arrivées il y a sept jours.

Réglages et automatismes

Si le score final de 3-0 face à la Thaïlande semble large, elle est surtout très flatteuse pour les « Éléphantes » vaincues. Tantôt lumineuses dans les actions et phases offensives, tantôt maladroites ou malheureuses devant la portière adverse, les Bleues ont sacrément manqué d’efficacité. Un constat concédé par Corinne Diacre elle-même à l’issue de l’opposition : « On comptabilise au total 33 centres et plus de 37 tirs, on ne peut pas faire mieux en inefficacité.» Néanmoins faut-il pour autant tout remettre en cause à propos de l’équipe titulaire alignée samedi dernier ? Difficile d’en vouloir à qui que ce soit tant le travail combiné de l’équipe tricolore fut réel malgré les efforts répétés depuis trois semaines.

Un avis pas forcément partagé par la sélectionneure française : « On a eu trop de déchets techniques pour le niveau international et je ne crois pas qu’on puisse le mettre sur le compte de la fatigue musculaire. Quand on est fatiguée, il faut plus jouer avec sa tête et être plus concentrée. Personne n’a marqué de points et personne n’en a perdus mais ça va m’imposer quelques réflexions. » Les automatismes n’ont pas été forcément au rendez-vous mais les Bleues ont pu compter sur quelques sources de satisfaction comme l’entente Debever-Tounkara en charnière centrale ou encore les entrées de Laurent et de Diani. Face aux chinoises, justesse et vitesse seront certainement les points sur lesquels insistera tout le staff technique français. Tout dépendant bien évidemment du onze de départ …  

Ménagement ou équipe-type ?

Contre la 16e nation mondiale, la France doit-elle aligner son équipe-type ou perpétuer sa phase de test ? Ce casse-tête chinois, Corinne Diacre ne le révélera  que ce vendredi soir. Cet affrontement sur la pelouse cristolienne sera entre autres pour les dernières arrivées lyonnaises l’occasion de retrouver les sensations avec leurs coéquipières. Pour rappel, seule Delphine Cascarino avait pris part au précédent match à Orléans face aux Thaïlandaises, avec un peu plus d’une mi-temps jouée.

Mais à seulement une semaine de leur première joute face à la Corée du Sud, gare aussi aux bobos. L’équipe médicale souhaite surtout avoir le moins de travail possible jusqu’au Mondial. Le cas d’Eugénie Le Sommer avait notamment nourri quelques inquiétudes à seulement une quinzaine de jours du match d’ouverture. Mais la coach des Bleues s’est voulue rassurante le week-end dernier : « Eugénie  a un petit souci au muscle pyramidal en haut de la fesse. C’est une lésion musculaire pas grave, mais embêtante car douloureuse. Pour la Chine, c’est son ressenti qui va nous guider. » L’attaquante bretonne a pu reprendre l’entrainement avec le groupe ce mardi. Qui veut aller loin doit ménager sa monture, surtout lorsqu’on sait ce qu’elle peut apporter aux siens dans ce Mondial. Pas uniquement elle, les 22 autres également.

Un adversaire à surveiller

Certes, il est lointain le temps où la Chine faisait trembler ses adversaires et touchait du bout des doigts le sacre mondial. Il faudra toutefois se méfier des Roses d’acier. Premier qualifié au Mondial 2019, le collectif de Jia Xiuquan souhaite redonner ses lettres de noblesse au football chinois par un bon résultat dans quelques jours sur les prés verts de l’Hexagone. Restant sur deux victoires amicales consécutives face à la Russie (4-1) et au Cameroun (1-0) en avril dernier, pour les coéquipières de Li Ying, l’objectif sera de jauger leurs capacités face à une nation du top 5 planétaire, ce vendredi soir. En effet, elles rencontreront, pour leur match inaugural du groupe B, les allemandes (2e). Côté tricolore, cette 11e confrontation de l’Histoire face aux chinoises peut-être une bonne répétition pour le prochain match contre les sud-coréennes.

Les deux Wang, la joueuse du PSG Shuang et la redoutable Shanshan seront grandement à surveiller. La vitesse et leur philosophie offensive permettront à la défense des Bleues  de s’habituer sur ces phases propres au football des nations asiatiques. A contrario, la conservation de balle ainsi que la technique à tous les niveaux de l’équipe de France seront les principaux enjeux de ce match. Et dans le cas où la leçon est bien récitée, ces derniers permettront alors aux filles de Corinne Diacre d’avancer avec davantage de confiance et de certitudes vers le grand bain de leur coupe du Monde.


Crédits photos : FFF

 

 

Laisser un commentaire