#FIFAWWC – J3, Groupes C & D – Cinq équipes supplémentaires qualifiées

Ces mardi 18 et mercredi 19 juin, ce sont les troisièmes et derniers matches des groupes C et D qui se jouaient. Cinq nations ont officiellement ajouté leur nom à la liste des équipes qualifiées pour les 8es de finale de la compétition : l’Italie, l’Australie, le Brésil, l’Angleterre et le Japon. L’Argentine espère encore mais avec seulement 2 points au compteur, cela s’annonce compliqué.

Groupe C : Trois qualifiés à 6 points

> Italie ?? / Brésil ?? 0-1 : La Seleção s’impose de justesse

Alors que l’Italie a démarré fort dans la compétition et s’est révélée être la surprise de ce groupe C, le Brésil a lui eu du bon et du moins bon. Ce mardi soir, Italiennes et Brésiliennes s’affrontaient pour le dernier match de poule et pour trouver leur place définitive dans le groupe. Les premières minutes qui suivent le coup d’envoi sont à l’avantage de Marta et ses coéquipières. Le Brésil fait parler sa technique, prend l’ascendant en termes de possession/domination et se procure quelques situations intéressantes sur le but italien. On pense notamment au joli geste de Debinha qui reprend un corner de Marta au premier poteau en mode Madjer aérienne, mais sa tentative est déviée en corner par Giuliani, la gardienne italienne (17e). L’équipe transalpine attaque avec moins de folie que le Brésil, de façon plus posée mais le trio Girelli/Bonansea/Giacinti pose des problèmes à la défense des Auriverdes. À la 29minute, la numéro 10 de la Squadra Azzura, Cristiana Girelli, marque mais voit son but justement refusé pour une position de hors-jeu. Après cela, les deux formations ont chacune leurs temps forts mais les frappes sont hors cadre ou stoppées par les gardiennes, à l’image de la nouvelle tentative de Bonansea qui se jette et voit Barbara sur la trajectoire (40e). Une première période plutôt agréable à regarder même si le tableau d’affichage indique un score nul et vierge. Si chacune a eu ses temps forts, les actions les plus dangereuses sont venues des Italiennes qui auraient sans doute pu prendre l’avantage.

Pour l’entame de cette seconde période, ce sont les Italiennes qui se procurent la première occasion mais après cela, les joueuses de Vadao se montrent les plus incisives… À la 52minute de jeu, la Seleção touche la barre transversale sur un coup franc frappé par Andressinha. Plus les minutes passent, plus les Auriverdes obtiennent de coups de pied arrêtés et plus elles se rapprochent de l’ouverture du score. De son côté, l’Italie n’est pas mauvaise mais finalement moins offensive qu’en première période. Alors que Debinha s’infiltre dans la surface italienne, elle est stoppée par Elena Linari et s’effondre. L’arbitre n’hésite pas une seconde et accorde un pénalty au Brésil pour obstruction (72e). Deux minutes plus tard c’est Marta, capitaine et star de l’équipe qui s’élance et prend Giuliani à contre-pied (0-1, 74e). Une ouverture du score méritée en vue de la seconde période produite par les Brésiliennes. Le tableau d’affichage ne bouge plus et les deux formations se qualifient pour les huitièmes de finale. Les Italiennes en tête du groupe, les Brésiliennes en 3place et en probables adversaires des Bleues, dimanche soir au Havre.

La joueuse de la rencontre : Debinha

SI l’attaquante n’a pas tout réussi, elle est la joueuse à s’être créé le plus de situations sur le but italien. Rapide et bonne dribbleuse, la numéro 9 de la Seleção a démontré encore une fois combien elle peut déstabiliser les défenses adverses. C’est aussi grâce à sa percussion, que le Brésil a obtenu le pénalty de la victoire.

> Jamaïque ?? / Australie ?? 1-4 : Festival de Kerr et 1er but des Reggae Girlz

Le second match du groupe C voyait la Jamaïque se mesurer à l’Australie. Avec déjà deux défaites au compteur, les Reggae Girlz espéraient pouvoir montrer autre chose… Même si elles savaient leur adversaire du jour supérieur. Coté australien, après la renversante victoire face à l’Italie, on attendait la confirmation et les six points, synonyme de qualification pour les 8es de finale. Comme prévu, les Matildas prennent rapidement l’ascendant sur les Jamaïquaines et s’installent dans le camp adverse. L’Australie confirme sa domination en ouvrant le score à la 11minute par Sam Kerr. Bien servie par Emily Gielnik, Kerr remporte son duel aérien face à Chantelle Swaby et trompe la gardienne jamaïquaine d’une tête légèrement en cloche (0-1, 11e). Quelques minutes plus tard, Emily Van Egmond envoie un centre-tir sur la barre transversale, même si Nicole McClure semblait de toute façon sur la trajectoire. Les occasions se multiplient pour les Aussies mais le tableau d’affichage reste bloqué sur 0-1. Peu en vue dans le camp australien jusque-là, les Jamaïquaines parviennent à s’y infiltrer un peu plus sur la fin de première période. Mais juste avant la pause, Sam Kerr récidive et appuie là où cela fait mal. Comme sur le premier but, c’est de la tête que la capitaine australienne, libre de tout marquage, score et double la marque pour l’Australie (0-2, 42e).

Sans grande surprise l’Australie mène 2 buts à 0 et domine largement la rencontre. Alors que la seconde période semble démarrer sur les mêmes bases que la première, avec une équipe australienne haute sur le terrain, la Jamaïque contre et réduit le score. Au milieu de terrain, Khadija Shaw percute plein axe et sert parfaitement Havana Solaun entre deux. Alors qu’elle vient de rentrer en jeu, l’attaquante élimine Williams et inscrit le tout premier but de l’histoire des Reggae Girlz en coupe du Monde (1-2, 49e) ! Ce but fait du bien au moral des troupes d’Hue Menzies qui montrent un visage plus conquérant et jouent un peu plus dans le camp de l’Australie. Mais à la 69e, Sam Kerr met fin aux espoirs de la Jamaïque et signe un hat-trick, cette fois avec un coup de pouce de la défense jamaïquaine qui lui remet le ballon dans les pieds aux six mètres (1-3, 69e). Pour le plaisir et avant de quitter cette coupe du Monde, les Reggae Girlz essaient et ne lâchent pas mais il y a des jours comme ça. Il y a des jours où les erreurs se payent cash et lorsqu’en face il y a Sam Kerr alors l’addition devient salée… Nicole McClure, la gardienne caribéenne s’en souviendra probablement un moment. Alors qu’elle hésite à dégager, Kerr vient la presser. La Jamaïquaine rate le ballon et en renard des surfaces, la capitaine des Matildas inscrit son quatrième but, le quatrième de son équipe (1-4, 83e). La Jamaïque quitte la coupe du Monde. L’Australie finit elle deuxième du groupe et affrontera la Norvège en huitième de finale, ce samedi 22 juin à Nice.

La joueuse de la rencontre : Sam Kerr

Toujours décisive pour son équipe, Kerr était encore là où ses adversaires ne l’attendait pas mais toujours là où il faut pour scorer et mener les Matildas vers la victoire.

La déclaration : Sam Kerr 

« Les frappes de la tête sont mes buts préférés. Je pense que cela vient naturellement pour moi. Je sais que c’est l’un de mes points forts alors j’essaie toujours de travailler un peu dessus. »

Groupe D : Angleterre, Japon OK, l’Argentine sur liste d’attente

> Japon ?? / Angleterre ??????? 0-2 : Les Lionesses convaincantes, Les Nadeshiko décevantes

C’était l’affiche la plus attendue de ce groupe D et aussi celle qui allait déterminer qui finirait à la première place. L’entrée en matière est intense et les Anglaises rentrent bien dedans, au sens propre comme au figuré. Lucy Bronze et ses partenaires montrent rapidement leurs qualités athlétiques et le fort impact qu’elles peuvent mettre dans les duels. Des domaines dans lesquels les Japonaises sont moins expressives, elles qui essaient davantage d’éviter ces contacts avec leur finesse technique et tactique. Ce jeudi soir, les Nadeshiko se procurent les premières occasions avec des tentatives de Yokoyama. Sa première frappe passe au-dessus de la cage anglaise (5e). La seconde prend le chemin de la lucarne mais Karen Bardsley se détend bien et dévie in-extremis en corner (9e). Après cela, ce sont les Anglaises qui passent à l’attaque… Une tentative de Stanway et des Lionesses qui dominent sur les coups de pied arrêtés, puis l’ouverture du score par Ellen White ! Bien servie dans l’espace par Georgia Stanway, l’attaquante anglaise finit en croisant sa frappe (0-1, 14e). Le but anglais donne un peu plus de confiance aux joueuses de Phil Neville qui prennent assez clairement l’avantage dans le jeu. À la 34e, Rachel Daly est d’ailleurs toute proche de doubler la mise pour l’Angleterre mais c’est la gardienne japonaise, Ayaka Yamashita qui remporte son duel. Les Anglaises ne sont pas toujours justes techniquement mais mettent plus d’intensité et montrent plus de détermination que leurs homologues asiatiques, ce qui leur permet de mener d’un but à la mi-temps.

Le Japon manque de créativité et de changements de rythme aux abords de la surface anglaise. Le peu de situations offensives que les Nadeshiko ont, se solde le plus souvent par un tir « désespéré » ou par une finition quelque peu brouillonne. En tout cas, rien de suffisant pour déstabiliser la défense des Lionesses jusque-là. Après une bonne combinaison entre Bronze et Daly dans le couloir droit, Toni Duggan arme une jolie volée mais encore une fois, Yamashita veille et empêche le second but anglais (59e). Il faut finalement attendre les vingt-cinq dernières minutes de jeu pour que les Nadeshiko montrent un meilleur visage. Entrée en jeu quelques minutes plus tôt, Sugasawa sonne la révolte et il faut un bon retour de Steph Houghton pour empêcher la Japonaise de déclencher sa frappe (65e). À la 76e, c’est encore Sugasawa qui se retrouve en bonne position, entre les deux défenseures centrales mais l’attaquante rate son contrôle et laisse filer le ballon. Les Japonaises profitent de ce temps fort et de la fraîcheur de Sugasawa pour pousser (Dommage de ne pas l’avoir fait plus tôt). La numéro 9, pleine d’envie, a encore une occasion lorsqu’elle coupe un centre au premier poteau. Malheureusement, elle ne parvient pas à redresser suffisamment pour attraper le cadre (83e). Et la minute qui suit, Ellen White remet ça et assomme les Japonaises. Après un enchainement de 3 ou 4 passes, le ballon est donné à White entre deux défenseures. L’attaquante des Lionesses ouvre le pied gauche et sa frappe finit au fond (0-2, 84e). La dernière occasion est pour les Japonaises avec encore une fois une tentative de Sugasawa. Malheureusement pour les Nadeshiko, Bardsley puis Houghton font le job pour garder leur cage inviolée. Première du groupe, l’Angleterre ne connait pas encore son adversaire pour les 8es de finale (3egroupe B, E ou F). Le Japon qui termine 2edu groupe affrontera lui le premier du groupe E, autrement dit, le Canada ou les Pays-Bas.

La joueuse de la rencontre : Ellen White

Auteure d’un doublé, l’attaquante anglaise a fait parler son efficacité. Parfois assez discrète, la joueuse de Manchester City est rusée. Pour le plus grand bonheur des Lionesses, ses appels entre deux et son sens du but ont encore fait mouche ce mercredi soir.

La déclaration : Asako Takakura

« L’Angleterre a une très belle équipe, très puissante. Leur attaque était très rapide et nous avons essayé de répondre à ça. Nous concédons le premier but sur une erreur de notre part… Maintenant, nous avons vraiment besoin d’être bien préparées pour le prochain tour. »

> Écosse ??????? / Argentine ?? 3-3 : Vingt minutes de folie pour l’Albiceleste…

La deuxième rencontre du jour dans ce groupe voyait s’affronter l’Ecosse et l’Argentine pour une troisième place de groupe. Une troisième qui pourrait encore être qualificative pour les 8es de finale de la compétition. Comme c’est souvent le cas depuis le début de ce Mondial, lorsqu’une équipe prend un peu plus le jeu à son compte en début de rencontre, c’est finalement l’équipe adverse qui se créé les premières opportunités. Et une fois n’est pas coutume… Alors que les Écossaises semblent mieux rentrer dans leur match, ce sont les Argentines qui sont proches d’ouvrir le score. Larroquette voit sa tête s’écraser sur la barre transversale avant que Jaimes ne trouve les gants d’Alexander (16e). Comme souvent aussi, le retour de bâton fait mal. Seulement trois minutes après cette double tentative, Kim Little, servie en retrait par Cuthebert, ouvre le score pour l’Écosse (1-0, 19e). Dans la maîtrise, les joueuses de Shelley Kerr sont au-dessus de leurs adversaires mais doivent rester vigilantes car on sent malgré tout que les Argentines pourraient avoir de bons coups à jouer. La fin de première période n’est pas des plus rythmées et le mi-temps est sifflée sur le score de 1-0 en faveur de l’Écosse.

Au retour des vestiaires, le second but de l’équipe au Tartan ne se fait pas attendre. Suite à un corner mal dégagé, le ballon est à nouveau centré et Beattie, seule, arme sa tête à bout portant (2-0, 49e). Les minutes passent et la domination est toujours en faveur des Écossaises. Les Argentines essaient mais semblent pour le moment bien impuissantes. À la 69e, Erin Cuthebert se joue des défenseures, élimine et frappe. Heureusement, Vanina Correa, phénomène et gardienne du but argentin, dévie en corner. Malheureusement, une bonne gardienne ne suffit pas. Sur le corner qui suit, Correa repousse sur le poteau mais le ballon revient dans les pieds de Cuthebert qui ne rate pas l’occasion de pousser le cuir au fond. À 20min de la fin du match, alors que tout le monde voit l’Écosse vainqueure (avec une troisième place potentiellement qualificative pour les 8es), l’impensable va se produire. L’Argentine change complètement de visage et se montre plus offensive que jamais ! Sur un contre, Ippolito sert Milagros Menéndez qui s’oriente bien, accélère, frappe et inscrit le premier but de l’Albiceleste dans ce Mondial (3-1, 74e). À peine deux minutes plus tard, Florencia Bonsegundo prend elle aussi sa chance avec une frappe à 25 mètres. Alexander, la portière écossaise dévie sur sa barre mais à la retombée, la balle franchit largement la ligne de but (3-2, 76e). On avait vu la remontada australienne face au Brésil dans le groupe C, voici maintenant la remontada argentina ! Le match devient complètement fou et lorsqu’après un tacle de Howard, Aldana Cometti s’effondre dans la surface écossaise, cela devient encore plus incroyable (87e). Avec l’assistance vidéo, l’arbitre accorde un pénalty à l’Argentine. Bonsegundo s’élance mais sa tentative et arrêté par Alexander… Mais comme c’est souvent le cas sur cette coupe du Monde, l’arbitre fait à nouveau appel à la VAR et décide que le pénalty doit être retirer (la gardienne écossaise n’ayant aucun pied sur la ligne de but au moment de la frappe). Cette fois-ci, Bonsegundo ne tremble pas et permet à l’Albiceleste de garder un petit espoir de voir les huitièmes de finale. Un scénario cruel pour l’Écosse puisque c’est là-dessus que Kim Little et ses coéquipières quittent le Mondial.

La joueuse de la rencontre : Erin Cuthebert

Dans tous les bons coups de l’équipe écossaise, Erin Cuthebert est avec Kim Little l’une des joueuses essentielles de l’effectif. Elle l’a encore prouvé ce soir même si cela n’a pas été suffisant à pousser l’équipe jusqu’en huitièmes de finale.


Crédits photos : FIFA

Laisser un commentaire