#FIFAWWC – J2, Groupes E & F – le Cameroun continue de surprendre, les Canadiennes survolent les Kiwis

Groupe E : les Lionnes Indomptables toujours vaillantes, le Canada en vitesse de croisière 

Cameroun ?? – Pays-Bas ?? 1-3 : une leçon à retenir

Phil Noble/Reuters

Quand on parle de la Coupe du Monde, on a tendance à parler des grosses équipes, évidemment. Des favoris, des outsiders, ceux qui sont faciles à tracer même pour des médias débutants dans le football pratiqué par les femmes. Les équipes mineures, celles qu’on ne rencontre ou voit jamais faute de facilités de diffusion, passent bien souvent à la trappe. Et quelle erreur. Les Lionnes Indomptables n’en sont qu’à leur seconde Coupe du Monde et, contre les Championnes d’Europe en titre, on pouvait s’attendre à une défaite polie – désormais l’adjectif utilisé quand on est à moins de 5 à 0 – et une claire domination des Oranjes. 

Que nenni : les Lionnes donnent du fil à retordre à l’attaque néerlandaises, qui ne trouvera l’ouverture que trois fois, avec un doublé de Vivianne Miedema et un but de Janssen. Mais ce qu’on retiendra, c’est ce but, inscrit à la 43’, par la Camerounaise Gabrielle Onguene. Un but sublime, où elle trompe la gardienne hollandaise d’une belle tête avant de pousser le ballon au fond, sous la joie du stade et des fans Camerounais qui avaient fait le déplacement au stade de Valenciennes. Belle leçon apprise au dépend des joueuses de Sari van Veenendaal : en dépit de la domination manifeste des Oranges en termes de possession de balles et de tirs, il aura fallu d’une opportunité pour que le Cameroun la transforme. Il y a des équipes qui parviennent à conquérir le coeur des fans, peu importe le résultat et il semblerait que le Cameroun, qui a bien embêté le Canada en ouverture de compétition, soit de ces équipes. Il y a encore beaucoup de travail à fournir côté Africain pour espérer rivaliser avec la Nouvelle-Zélande et espérer décrocher un carton pour les huitièmes, notamment dans la cohésion du groupe en milieu de terrain, qui aurait pu créer bien plus d’opportunités pour les Lionnes Indomptables.

La joueuse du match : Gabrielle Onguene

Alors certes, les circonstances de son refus de boire l’eau hollandaise restent très floues, en revanche, son but a redonné de l’espoir à tout un pays et toute une équipe. 

Nouvelle-Zélande ?? – Canada ?? 0-2 : le Canada dézoné et déclassé. 

Crédits Photo : FIFA

Entre la première et la seconde journée côté Canadien, c’est le jour et la nuit. Après un match pénible, parvenant difficilement à percer le plan de jeu – inexistant – du Cameroun en ouverture de compétition, le Canada semble avoir pris son rythme de croisière avec l’inclusion dans le 11 de départ du plus jeune élément de la sélection, la québécoise Jayde Rivière, à la place d’Allysha Chapman. Une bonne décision au vu des performances physiques de la Canadienne et surtout de la dynamique mise en place entre Beckie, Rivière, Schmidt, Lawrence et Prince, qui n’auront de cesse de créer des occasions tout en formant, avec Buchanan et Zadorsky, un rideau de fer défensif qui n’a laissé que très peu d’ouvertures aux Kiwis, largement dominées de la première à la dernière minute.

Ce match, celui qu’on pensait être le premier gros challenge du tirage – puis le Cameroun nous a donné tort -, a permis de mettre en évidence la versatilité des joueuses du Danois Kenneth Heiner-Møller. Et surtout leur capacité à faire tourner la balle avec un dézonage permanent qui a rendu folles les Néo-Zélandaises, désemparées. Une belle surprise pour une équipe Canadienne souvent sous-estimée parce qu’évoluant dans l’ombre de son homologue Américain. A aucun moment les malheureuses Néo-Zélandaises n’ont pu s’exprimer, que cela soit techniquement comme physiquement. Si la première période est celle d’une domination stérile, il aura fallu d’une mi-temps pour que Jessie Fleming, le petit prodige d’UCLA, vienne détendre la sélection rouge et leur redonner confiance. Nichelle Prince, qui renverse la situation contre l’Angleterre en amical quelques semaines auparavant, où Sinclair avait couvert son tir malheureux contre la transversale, vient creuser l’écart. Toutes les deux marquent leur premier but en Coupe du Monde Féminine de la FIFA, sous l’oeil des nombreuses familles Canadiennes qui avaient fait le déplacement au Stade ds Alpes – un cadre paradisiaque qui nous a cependant fait craindre à des orages violents, dans l’après-midi. 

Seul point d’interrogation, la présence pendant 90 minutes de la capitaine emblématique de la sélection, Christine Sinclair, qui ne parvient pas à produire de finition depuis deux matches. La question se pose lorsque l’on sait que Jordyn Huitema fait partie des armes létales Canadiennes. Avec leur victoire à Grenoble, les Canucks s’assurent une place en huitième, et rejoignent les Pays-Bas, qui les devancent d’un but.

La joueuse du match : Nichelle Prince

Même si Jessie Fleming aura les honneurs officiels, avec son but qui viendra détendre toute la sélection rouge, Nichelle Prince, avec son assist et son but, ainsi que toute sa performance et sa connexion avec Ashley Lawrence, lui valent, à nos yeux, cette place. Et cela ne fait que commencer.

Sandrine Dusang pour Foot d’Elles

Groupe F : le vrai challenge, c’est le 20 juin.

Suède ?? – Thaïlande ?? 5 – 1 : dans la défaite, la grâce

Eric Gaillard/Reuters

La compétition n’aura pas épargné les Thaïlandaises. Après l’humiliation Américaine, qui a par ailleurs déclenché une véritable guerre médiatique entre les partisans des célébrations de l’USWNT contre ceux qui ont trouvé ça over the top pour x ou y raisons, les joueuses de l’AFC se sont frottées à la machine Européenne. Autre style, autre combat, mais le résultat n’est guère plus probant, contre une équipe Suédoise bien rodée, techniquement juste et surtout possédant une expérience des compétitions majeures beaucoup plus importantes. La différence clé entre les US et la Suède, en démonstration de force tous les deux ? La décence dans les célébrations : côté Suédois, on est plus dans la retenue. 

La surprise – qui rapproche un peu les Thaïlandaises des Camerounaises, même si leur niveau est en deçà – vient du but qui vient entacher le record des cages inviolées d’Hedvig Lindahl. Une chance prise par Kanjana Sungngoen, qui va cavaler sur toute son aile pour surprendre l’ex-portière de Chelsea. La joie qui se lit sur la ligne de touche et dans le staff a quelque chose de contagieux : malgré une campagne absolument inégale et perdue d’avance, les Thaïlandaises peuvent repartir la tête haute. Ce but n’est pas volé et n’est certainement pas un acte de charité de la part des Suédoises, qui ont bien évidemment survolé la rencontre, avec des buts splendides et un rythme bien maîtrisé. 

Très logiquement les Suédoises rejoignent les Américaines dans leurs qualifications en huitième de finale. Les Thaïlandaises se mesureront enfin au Chili en dernier match pour clore leur première campagne mondiale, avec son lot de précieux enseignements. 

La joueuse du match : Kanjana Sungngoen

Une héroïne nationale en Thaïlande depuis son doublé contre le Vietnam à l’AFC Cup, Kanjana remet le couvert avec ce but qui a lavé l’honneur Thaïlandais et provoqué quelques larmes du côté de ses coéquipières et du staff. 

USA ?? – Chili ?? : 3 – 0 : Lloyd est lancée, Endler tient bon

ALESSANDRA TARANTINO – ASSOCIATED PRESS

Ce match était également assez joué d’avance, tant la différence entre la puissance mondiale numéro 1 et son voisin du CONMEBOL est flagrant. Pour autant, le score aurait pu être bien plus dramatique si le Chili n’avait pas pu compter sur la performance fantastique de Christiane Endler, bien dans ses crampons et ses gants. La gardienne du PSG a encore fait des miracles, épargnant au Chili au moins 5 ou 6 buts – sachant que Carli Lloyd a certes inscrit un doublé mais a aussi raté son penalty. 

Avec un effectif toujours aussi efficace – et la présence questionnable de Morgan Brian en milieu de terrain, qui n’a pas su briller depuis un moment -, les US s’imposent très logiquement et dictent leur jeu, sans permettre au Chili de s’exprimer. Lloyd et Ertz inscrivent toutes les deux leur nom au tableau des scores. Jessica McDonald a offert une performance solide et s’impose naturellement comme une option de départ valide pour Jill Ellis.

Le véritable challenge sera donc le 20 juin, au Havre, pour USA – Suède, avec un air de Rio… 

La joueuse du match : Christiane Endler

Le Chili peut s’estimer heureux d’avoir envoyé Tiane Endler au PSG : en deux matchs sérieux, la gardienne Chilienne n’a pas démérité. Patronne de sa défense dotée d’un véritable talent, c’est elle qui s’impose assez logiquement comme joueuse du match pour nous.

Sandrine Dusang pour Foot d’Elles


Laisser un commentaire