#FIFAWWC – GpA – J2 : La France au révélateur norvégien

Encore quelques heures de patience pour voir la France attaquer son deuxième match de la compétition. Sur la pelouse de l’Allianz Riviera de Nice, à 21 heures ce mercredi soir, les filles de Corinne Diacre s’apprêtent à disputer ce qui semble s’apparenter déjà comme la finale du groupe A de ce Mondial. Si la sérénité des Bleues semble intacte depuis leurs débuts de rêve au Parc des Princes, il faudra néanmoins prendre garde à des scandinaves en mode « reconquête ».

Une ambiance positive mais méfiance …

Une victoire large d’entrée face à la Corée du Sud, une dizaine de millions de téléspectateurs devant leurs écrans qui commencent à faire monter la mayonnaise et l’attrait pour l’équipe nationale, sans compter l’annonce d’un stade azuréen affichant complet pour cette deuxième opposition dans leur Coupe du Monde. A lire cela, tous les compteurs paraissent au vert avant d’affronter celles qui semblent les autres mieux armées pour figurer dans ce groupe A, les norvégiennes de Martin Sjögren. Toutefois, il ne faudra pas s’endormir sur ses lauriers.

Et même si on a découvert une Corinne Diacre tous sentiments lors des conférences de presse, maniant davantage l’ironie et l’humour que son légendaire sérieux devant les journalistes, quelque chose dans l’atmosphère fait dire que ce deuxième match de la compétition ne sera pas qu’un simple match de poule. Certes les nordiques ne semblent plus celles qui faisaient craindre le pire à leurs adversaires, mais leur maîtrise collective durant leur entame de la compétition démontre que les Gresshoppene ont pourtant bien des atouts à faire valoir et surtout des ambitions comme l’a répété le sélectionneur Martin Sjögren : « nous sommes ici pour remporter des matchs, comme nous l’avons fait contre le Nigeria. Maintenant c’est un autre match et nous sommes ici pour réaliser ce travail, la suite, nous verrons bien. » Le technicien n’a d’ailleurs pu échapper aux interrogations, grandissantes sur l’absence volontaire de la star de son pays, Ada Hegerberg.

Qui débutera, verra !

Entre petits pépins physiques et légères sanctions disciplinaires, le match d’ouverture fut un premier laboratoire pour jauger l’état de forme des troupes en présence. Corinne Diacre risque-t-elle de changer ses plans tactiques pour ce match important pour la suite de la compétition ? Réponse à moins d’une heure du début du coup d’envoi de la rencontre sur la Côte d’Azur. Face à une défense norvégienne très bien en place, il faudra de la vitesse et de l’impact physique pour la contourner. A l’image de ce que le Nigéria a tenté de faire mais les Super Falcons ont trop pêché à la finition. Pour ce registre, si on pense à Kadidiatou Diani, peu en vue vendredi dernier ou encore à Delphine Cascarino pour l’apport technique, ce cocktail ne sera peut-être pas suffisant. Il faudra un plein effort offensif de tout le groupe. Tout en prenant soin de surveiller ses arrières. Valérie Gauvin retrouvera-t-elle sa place de titulaire en pointe ? La réunionnaise, sans doute vexée, a compris la leçon ayant fait son mea culpa (après quelques retards à l’entraînement la semaine dernière) devant les journalistes à la fin du match face à la Corée du Sud. Si elle est alignée ce mardi soir, elle sera importante dans son habituel rôle de pivot entre la doublette de Chelsea Maren Mjelde et Maria Thorisdottir constituant ni plus ni moins que la solide charnière centrale nordique.

Attention également aux côtés. Se régalant du schéma de recentrage face aux nigérianes, bien aidées par leur aisance technique et leur vélocité, Guro Reiten et ses équipières ont usé les côtés de leurs adversaires avant de délivrer moult centres à hauteur du point de penalty. Les ailières et latérales sont alors prévenues. Pour les autres postes-clés, il n’est pas certain que la coach des Bleues fasse des expérimentations. A moins d’être convaincue d’alarmes physiques d’une ou plusieurs de ses joueuses. Mais hors de questions de considérer ce match comme autre chose que celui d’une phase finale de coupe du Monde. Amel Majri est de cet avis : « La Norvège reste une très belle équipe, comme on a pu le voir contre le Nigéria. Mais surtout il ne faut négliger aucune équipe et garder tout notre sérieux pour qu’on puisse après se mettre à  l’abri. »

En prenant compte du résultat entre la Corée du Sud et le Nigéria de ce mercredi après-midi, si ce soir vainqueure il y a entre la France et la Norvège, cette dernière prendra une option certaine pour finir en tête de ce groupe A. Pour le moment, l’heure n’est vraiment pas aux calculs …

Souvenirs, souvenirs …

C’était un samedi 20 septembre 2003 à Philadelphie aux États-Unis, les Bleues d’Élisabeth Loisel jouent les toutes premières minutes d’une équipe de France en coupe du Monde féminine de football face à … la Norvège. La sélection championne du Monde, huit ans plus tôt, habituée de l’événement ne laisse aucune chance aux Bleues de la capitaine Corinne Diacre et de Stéphanie Mugneret-Béghé (photo). Anita Rapp et Dagny Mellgren scellent le sort de cette première joute mondiale de la France (0-2).


Crédits photos : FIFA.com/FFF

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Laisser un commentaire