#FIFAWWC – Une défaite salutaire pour les Bleues ?

L’affiche s’annonçait merveilleuse en ce jeudi soir sur la pelouse du stade Francis-Le Basser devant les plus de 10 200 spectateurs venus braver la froide brise lavalloise pour supporter l’équipe de France. Pour débuter cette série de six ultimes matchs de préparation avant le Mondial, les filles de Corinne Diacre enregistrent leur premier revers depuis pratiquement un an. Une défaite amère sur la plus petite des marges face aux Allemandes (0-1). En manque d’inspiration et de justesse, les Bleues sont déçues mais nullement inquiètes pour la suite des événements.

Les matchs se suivent et ne se ressemblent pas. Après une opposition maîtrisée de bout en bout face aux Américaines en janvier dernier, la donne était toute autre ce jeudi soir en Mayenne. Une entame poussive va conditionner la France à réaliser un match laborieux. Le groupe peinant à poser le ballon et manœuvrer à bien son plan de jeu. Imprécisions et précipitation furent les maîtres-mots de cette soirée pour les françaises. Et le fait d’avoir la possession du ballon ne pouvait toutefois masquer le manque de justesse.

Un scénario presque souhaité

A la veille de la rencontre, on rappelait à Corinne Diacre ses propos juste avant la rencontre face au Brésil, à la fin de l’an passé, sur le fait que l’équipe de France n’était plus menée au score et ce depuis un moment. Elle souhaitait alors, avant le mois de juin prochain si possible, voir la capacité de réaction de ses joueuses dans cette situation. « Oui, c’est vrai que j’aimerais que cela arrive un peu avant la Coupe du Monde. Ça peut arriver ce jeudi soir face à l’Allemagne. Maintenant si ça doit arriver, j’espère que mon équipe aura les ressources pour revenir mais nous devrons rester calmes », répondait alors en conférence de presse d’avant-match la technicienne tricolore.


Son vœu sera alors à moitié exaucé lorsque Lea Schüller récupère une balle perdue sur le côté gauche de la défense des Bleues et loge sa frappe sur le poteau de Sarah Bouhaddi avant de voir le cuir terminer sa course dans les filets. L’attaquante allemande ouvre le score pour la Mannschaft à la 31e minute. Ce sera l’une des rares actions franches des joueuses outre-Rhin dans cette rencontre. La réaction française n’interviendra pas et le tableau d’affichage restera bloqué jusqu’à la fin sur ce score de 0-1 en faveur de la sélection de Martina Voss-Tecklenburg. Un premier succès honorable pour son premier match sur le banc des doubles championnes du Monde.

Marie-Antoinette Katoto titulaire

Corinne Diacre avait bien pris le soin de ne sortir aucun élément sur son probable onze de départ face aux Allemandes. A une heure du coup d’envoi, le nom de Marie-Antoinette Katoto fait alors son apparition parmi les titulaires bleues. Une récompense mais surtout un véritable test pour la meilleure réalisatrice du championnat de D1. Celle qui avait notamment inscrit son premier but chez les A, au Havre face aux Etats-Unis en janvier, avait l’occasion de dévoiler sa palette d’attaquante redoutable. Mais son début de match est à l’image de celle de l’équipe de France. Peu en vue et introuvable par ses milieux de terrain, la pensionnaire du PSG a passé la première moitié de la rencontre dans l’ombre. Le second acte lui a été plus bénéfique. Plus disponible et réactive, elle combine mieux avec l’entrejeu des Bleues et permute davantage avec Kadidiatou Diani. Parfois à l’excès. Ce qui a eu le don d’irriter leur sélectionneure. Décalée sur le côté, Diani sera d’ailleurs la principale instigatrice de l’animation offensive jusqu’à son remplacement. L’entrée de Valérie Gauvin à sa place sera intéressante mais la Réunionnaise, durant les vingt dernières minutes, pousse sans être en mesure d’inquiéter véritablement la défense adverse.

Une défense peu sereine, un milieu dominé

Sarah Bouhaddi peu en confiance, Wendie Renard et Sakina Karchaoui qui se mettaient régulièrement dans de crispantes postures sont peut-être celles qui ont connu le plus de souffrance dans ce choc franco-allemand. Aïssatou Tounkara a rendu une bonne copie intervenant à de nombreux moments déterminants. A ses côtés, Marion Torrent a été solide mais dans l’ensemble la sérénité ne régnait pas parmi la dernière ligne française, se mettant trop souvent en danger. Le milieu de terrain pourtant présent sur l’ensemble des duels, a balbutié ses transmissions, malmené par des joueuses allemandes beaucoup plus rugueuses et rigoureuses dans les passes. Elise Bussaglia muselée et Amandine Henry cernée, seule Gaëtane Thiney semblait la mieux placée pour apporter quelque chose dans cette bataille dans le centre du terrain.

Le réalisme de la Mannschaft contraste également avec le mutisme tricolore devant les cages de Merle Frohms. Si les équipières de Delphine Cascarino ont tenté 14 frappes (dont deux cadrés), leurs homologues n’ont déclenché que quatre tirs, en ont cadré deux fois et scoré à une reprise. La préparation pour Corinne Diacre et ses joueuses continue ce lundi à Tours (21 heures) face à l’Uruguay. Le bon moment pour rebondir et retrouver la dynamique de la victoire après ce revers décevant mais loin d’être alarmant.

 

Corinne Diacre : « Il nous a manqué beaucoup trop de choses pour être au niveau international. On a eu trop de joueuses en-dessous de leur niveau pour pouvoir espérer mieux. Ça casse cette série de bons résultats. Mais c’est le bon moment,  ça va tenir tout le monde en éveil. Mais sincèrement, je ne suis pas inquiète. Je ne pense pas qu’on soit battu par beaucoup plus fort que nous ce soir. Nous n’étions pas un collectif, tout était difficile. On avait toujours un petit temps en retard, on a fait meilleure figure en seconde période. Cela va être une bonne piqûre. Il faut que cela nous serve de leçon. Aujourd’hui, on ne pourra plus nous taxer d’être les championnes du Monde des matchs amicaux.»

Sarah Bouhaddi : « Après ce match, il n’y a pas de pression. Ce soir, ça n’a pas voulu. Il nous faudra gommer ces petits échecs, ces petits détails, remettre de la qualité et produire du jeu. Être plus agressive. Toutes, nous avons fait des erreurs. Il y a encore du boulot. Ce soir, même si nous perdions  1-0, nous sommes toujours restées positives. On est à 99 jours de la Coupe du Monde, et malgré les échéances  qu’on a dans nos clubs, ça va venir très vite ».

 


Crédits photos : FFF/DFB

7 commentaires

  • Diacre : « On a eu trop de joueuses en-dessous de leur niveau pour pouvoir espérer mieux ».
    En voilà une bien belle déclaration pour se poser en spectatrice de sa propre sélection et se dédouaner de toute responsabilité par rapport à la purge de jeudi soir !
    Diacre attendait une réaction de son équipe mais elle, comment a-t-elle réagi pendant le match ? En faisant seulement 2 changements (sur les 6 possibles) en 84 minutes alors que son équipe était menée depuis la 31ème minute; et en remplaçant son milieu offensif (Thiney) par un milieu défensif (Geroyo) laissant ainsi son équipe finir ce match déjà très compliqué sans n°10.
    Pense-t-elle vraiment qu’il est plus facile de marquer contre l’Allemagne sans aucun milieu offensif sur le terrain ? Ou Diacre a-t-elle simplement « oublié » de sélectionner une doublure pour Thiney dans son groupe de 23 joueuses ? Ca ne fait vraiment pas sérieux.

  • Match haché, sans construction, avec la plupart des joueuses tendues. Madame Diacre peut endosser la responsabilité de cette défaite. Laisser sur le banc un des meilleure joueur de cette équipe de France Amel Majri et s’obstiner absolument à la mettre en latérale gauche (alors qu’elle a ce qu’il faut avec Karchaoui et Bacha) alors qu’elle serait un super milieu de terrain et même une bonne attaquante, avec sa vitesse, ses dribbles et sa bonne vision du jeu. Bussaglia n’a plus sa place dans cette équipe, pas assez combative et trop de ballons à l’adversaire. Je ne sais ce qu’elle trouve de bien avec Gauvin qui la plupart du temps n’est pas titulaire à Montpellier. Thiney nous a rappelé un mauvais souvenir de la Coupe du Monde au Canada, en loupant un but tout fait, mais elle s’est bien battue dans ce match.
    Mes petits regrets……Kheira Hamraoui, Sandie Baltimore, Emelyne Laurent, Selma Bacha
    Encore beaucoup de travail madame Diacre…….

    • Bien d accord avec ton commentaire.
      La sélectionneuse allemande Voss a fait ce que Diacre n’a pas le courage de faire : sélectionner les jeunes qui ont un gros potentiel. Et qui, au passage, peuvent répondre au défi athlétique inhérent à la coupe du monde, donnée maintenant incontournable vu la progression de beaucoup d’équipes dans ce domaine. D’ailleurs à l’euro 2017, la France était bien larguée de ce point de vue, malmenée par exemple par une Islande beaucoup moins technique mais plus jeune, athlétique, et collective. Pas étonnant que les Pays Bas qui cumulaient ces critères aient gagné l’euro… Donc oui, il nous manque les Bacha, Morroni, Baltimore, Laurent, et Majri au milieu avec Geyoro titularisée (à défaut d’avoir Hamraoui)

  • Une défaite salutaire ? Je l’ espère. Diacre souhaitait voit son équipe menée au score pour voir sa réaction. On a vu . Pour moi pas de réaction, pas de rébellion . Pourtant les allemandes n’ ont pas marqué à la 80 ème minute , mais à la 31ème . Que de déchets. Des passes mal assurées, des ballons rendus à l’ adversaire , et que de maladresses devant le but. L’article dit bien: un milieu malmené. Malmené physiquement , Amandine Henry ne peut pas tout faire et Bussaglia n’ a pas (ou n’ a plus) l’ agressivité qu’il faut face au défi physique des allemandes . Il fallait une joueuse qui aurait répondu coup pour coup , pour calmer les joueuses allemandes qui n’ont pas cessé de faire des petites fautes . La rentrée de Bilbault , joueuse qui n’ a pas peur de mettre le pied quand il faut , a rétabli un certain équilibre , mais
    il lui manque encore de l’ expérience à ce niveau et celle qui aurait mis , à mon sens, les allemandes au pas, n’était pas dans les 23 . C’est pourquoi, défaite salutaire : oui , à condition de voir clair dans les sélections futures .

Laisser un commentaire