#FIFAWWC – Bleues : Solène Durand, une n°3 au 1er rang du collectif

Pour la dernière ligne droite menant à la coupe du Monde, Foot d’Elles vous propose de (re)découvrir, jour après jour, chacune des 23 Bleues qui composent le groupe de Corinne Diacre. Aujourd’hui, la Bleue du jour est Solène Durand, troisième gardienne mais première au palmarès du fair-play et de la sympathie.

Elle sera la troisième gardienne des Bleues lors du Mondial mais paradoxalement elle arborera le numéro 1 dans la liste de Corinne Diacre. Solène Durand aura la particularité d’être la seule appelée sans aucune minute disputée avec la tunique bleue floquée du coq chez les A.

« Être troisième gardienne, pour moi c’est un rôle très important et ça me tient à cœur. Je sais que j’ai beaucoup de chances de ne pas jouer une seule minute lors de la coupe du Monde mais je suis consciente que je suis là pour aider les filles, Sarah et Pauline et c’est pour moi l’essentiel », déclare la désormais portière de l’En Avant Guingamp, avec un léger accent chantant hérité de son séjour montpelliérain. Un discours rempli d’honnêteté mais aussi de bienveillance. Celle qui a vu le jour en Saône-et-Loire n’a pas une progression linéaire et a dû batailler pour être titulaire en D1 et arriver à décrocher sa place en coupe du Monde en France. Elle met les gants pour la première fois dans des clubs de son département natal, à Varennes-le-Grand dès ses six ans d’abord, puis à Châtenoy-le-Royal. Mais ses qualités ne passent pas inaperçues et le Montpellier HSC arrive à faire signer la jeune Solène en 2009. Sa période dans le club héraultais débute à l’échelon régional mais son perfectionnement et sa progression l’emmènent à viser plus haut et de s’ouvrir les portes du haut niveau avec ses débuts en D1 en 2011. Elle n’a que 17 ans lorsqu’elle défend les cages du MHSC pour la première fois dans l’élite. Régulièrement présente en coupe de France mais cantonnée à un poste de numéro 3 avant d’accéder à la seconde position de la hiérarchie, elle n’a pas réellement sa chance d’être une constante titulaire dans le sud. Pourtant lors de ses huit saisons occitanes, elle dispute de nombreuses joutes avec les sélections de jeunes en remportant notamment l’Euro U19 en 2013 et touchant du bout des gants le coupe du Monde U20 l’année suivante où la France termine à la troisième place. Depuis l’été 2017, c’est dans les Côtes d’Armor qu’elle a posé ses valises. Avec deux saisons pleines sur les bords du Trieux (44 matchs de D1 sur 44 possibles), la bourguignonne a un autre statut aujourd’hui. Fidèle de la préparation des Bleues pour ce Mondial, son rôle de seconde doublure assumée et sa détermination indéfectible sont certainement des arguments qui ont convaincu la sélectionneure tricolore de l’apport de Solène Durand dans le groupe cet été. L’inconditionnelle de l’ancien gardien des Bleus et de l’Olympique Lyonnais Grégory Coupet souhaite imiter voire dépasser son icône, vice-champion du monde en 2006. Et si la fan surpassait son modèle, chez lui à Lyon le 7 juillet prochain ? Tout un symbole pour Solène qui rêve de ramener le trophée chez elle, en Saône-et-Loire, à tout juste une petite centaine de kilomètres du Groupama Stadium, théâtre de la finale de la compétition.


Crédit photo : FFF/A. Mesa
Illustration fiche : Sandrine Dusang pour Foot d’Elles

Laisser un commentaire