#FIFAWWC – Bleues : Charlotte Bilbault, la besogne récompensée

Pour la dernière ligne droite menant à la coupe du Monde, Foot d’Elles vous propose de (re)découvrir, jour après jour, chacune des 23 Bleues qui composent le groupe de Corinne Diacre. Aujourd’hui, la Bleue du jour est Charlotte Bilbault, fidèle de la phase de préparation à la coupe du Monde.

« La patience est la plus grande des vertus » dirait l’adage. Un proverbe qui sied bien à Charlotte Bilbault. Quatre ans après ses premiers pas en bleu, la milieu de terrain du Paris FC a été choisie par Corinne Diacre dans son ultime liste avant le grand début de la compétition. Une décision justifiée par son honorable parcours, à quelques jours de fêter son 29e anniversaire.

 

Avant d’écumer les pelouses de la D1 et de disputer un Mondial à la maison, Charlotte a appris à jouer et apprécier le football grâce à son entourage et particulièrement celui de son père dans les campagnes de son département du Cher natal. A l’âge de 6 ans, elle intègre son premier club avant de visiter la région de son enfance et de son adolescence notamment à Vierzon et à Châteauroux. Cette dernière ville sera d’ailleurs le lieu d’un tournant de sa carrière. Son parcours l’emmènera ensuite à visiter et à rester une année à Clairefontaine lors de la saison 2006/2007. Une année d’apprentissage où elle rencontre entre autres Kheira Hamraoui, Marie-Laure Delie ou encore sa désormais  capitaine chez les Bleues, Amandine Henry. Ce sera également le moment de son baptême dans l’élite. Depuis, la native de Saint-Doulchard a beaucoup bourlingué et découvert de formations en première division. Après la structure fédérale, Soyaux, Yzeure et Montpellier vont successivement accueillir la chérienne. Les tuniques de ces clubs ne seront pas les seules portées par Charlotte puisqu’elle revêt également toutes celles des sélections de l’équipe de France, des U17 jusqu’à l’équipe B des Bleues. Néanmoins, en mai 2015, lors d’une rencontre amicale entre la France et la Russie, ce sont les portes des A qui s’ouvrent à elle. Et comme tout un symbole, sa première cape s’effectue au stade Gaston-Petit … à Châteauroux, à quelques dizaines de kilomètres du lieu de ses premiers amours de ballon. Et tout cela devant les yeux de toute sa famille. Un peu moins de quatre ans plus tard, avec une dizaine de sélections au compteur et toujours en région Centre, à Tours, c’est son tout premier but en Bleue face à l’Uruguay, un tir en pleine lucarne, qu’elle célèbre. Celle qui a fait les beaux jours de Juvisy et qui honore aujourd’hui le maillot du PFC, comptabilise plus de 200 matchs disputés en D1. En 2015 pour le Mondial canadien, Charlotte Bilbault n’était que réserviste avant d’être absente de la liste de l’Euro 2017. Appelée régulièrement depuis la prise en main de la sélection par Corinne Diacre, la Berrichonne sait que son secteur médian est très embouteillé mais reste toutefois consciente qu’elle n’est pas là non plus par hasard. Son expérience et sa qualité de jeu sont des arguments de poids pour cette échéance à la maison. Sa patience et son travail au long cours sont enfin récompensés. Une sorte de revanche sur un parcours pas tout à fait linéaire.    


Crédit photo : FFF/A. Mesa
Illustration fiche : Sandrine Dusang pour Foot d’Elles

 

Laisser un commentaire