#FIFAWWC – Bleues : Sakina Karchaoui, un parfum de revanche

Pour la dernière ligne droite menant à la coupe du Monde, Foot d’Elles vous propose de (re)découvrir, jour après jour, chacune des 23 Bleues qui composent le groupe de Corinne Diacre. Aujourd’hui, zoom sur Sakina Karchaoui, l’une des jeunes pousses de cette sélection !

A 23 ans, la Palladine fait partie de cette jeune garde, de ces atouts de vitesse et de fraîcheur qui apportent un précieux équilibre à ces Bleues édition 2019. Latérale gauche, elle sera un soutien à sa coéquipière lyonnaise Amel Majri. Elles partagent d’ailleurs le même destin en termes de position, toutes deux issues du milieu de terrain avant d’arriver dans la défense. Karchaoui débute en D1F en 2009, sous le maillot du MHSC, et n’a jamais quitté le club, ce qui lui offre, pendant la saison 2017 – 2018, les clés de la ligue des championnes. Appelée en Bleue avec la sélection U17, elle foule la pelouse pour la première fois contre la Suisse, dans un match amical en septembre 2012, aux côtés de sa collègue du MHSC Valérie Gauvin, qui elle aussi défendra les couleurs françaises cet été. Sakina Karchaoui fera également partie de l’équipe de Philippe Bergeroo aux derniers JO, où elle disputera deux rencontres, contre les Canadiennes et les Kiwis de Nouvelle-Zélande. En 2016, suite à un traumatisme crânien subi en demi-finale contre le Japon, Sakina Karchaoui se voit privée de la finale de la Coupe du Monde, où les Bleues s’inclinent 3 à 1 face à la Corée du Nord. Pour Karchaoui, c’est bien « le pire souvenir » de sa carrière et on compte bien sur cette Coupe du Monde pour le gommer.

Sous l’ère Diacre, Karchaoui manque quelques rendez-vous cruciaux, notamment contre les Etats-Unis, ce match qui a fait un réel bien dans la confiance globale de l’équipe, qui aborde sa saison de préparation sous les meilleures auspices, le Brésil, les Australiennes, qui partent parmi les favorites de cette Coupe du Monde, et le Japon. Globalement, c’est ce qui manquera à la latérale montpelliéraine, un peu d’expérience sur des rencontres contre les nations majeures qui composent le tournoi et leurs équipes les plus récentes. Mais c’est aussi cette jeunesse qui en veut et qui devra s’imposer au sein du groupe avec son instinct physique, sa vitesse et surtout sa versatilité – et c’est bien ce qu’on demande à une latérale aujourd’hui, se projeter vite et avec finesse et plus seulement être un mur défensif. Voilà l’atout de Karchaoui. 

Laisser un commentaire