#FIFAWWC – 1/2 F – Les Pays-Bas dans le haut du panier

Les Pays-Bas rejoindront les États-Unis en finale de la coupe du Monde. Une performance qui couronne une épopée géniale pour les filles de Sarina Wiegman. Et l’aventure continue. Après le sacre européen en 2017, le rêve Oranje ouvrira une nouvelle page de son histoire, ce dimanche à Lyon.

> Pays-Bas 🇳🇱 /  Suède 🇸🇪 1-0 (a.p.) : Une rencontre laborieuse

Les bizuths face aux revanchardes. C’était le duel proposé ce mercredi au Groupama Stadium de Lyon pour cette deuxième demi-finale. Les néerlandaises à un pas de concrétiser une phase finale de rêve et de l’autre côté des suédoises en quête d’une nouvelle finale mondiale, seize ans après celle perdue face à l’Allemagne. Exit l’intensité des dernières minutes des précédents quarts de finale de chacune des équipes. Le round d’observation a le mérite de durer rendant le début de cette rencontre un brin soporifique. Certes, les tactiques statiques semblent rôdées et acceptées par Oranje et Blågult. La bataille du milieu de terrain est davantage physique. Chez les protégées de Peter Gerhardsson, la triplette Jakobsson-Blackstenius-Asllani reste à l’affût d’une erreur batave.

Un facsimilé du jeu scandinave est adopté par les filles de Sarina Wiegman. Hormis, un corner dangereux des coéquipières de Stina Blackstenius où Lina Hertig a vu sa frappe stoppé par le pied d’une Sari Van Veenendaal des grands soirs. A la suite d’un premier acte insipide et pauvre en qualité véritable de balle, les deux derniers demi-finalistes se quittent un score de parité (0-0).  Une égalité en tous points dans le jeu que ce soit dans la possession ou dans l’occupation du terrain. Les  spectateurs présents dans l’enceinte attendront un peu pour s’enflammer réellement.

Un succès au bout de la nuit

Il aurait été très difficile de faire pire mi-temps que la précédente. Au retour des vestiaires, Jill Roord remplace Lieke Martens, très peu en vue lors des 45 minutes initiales. Un bouleversement dans le schéma offensif des Pays-Bas, qui n’aura concrètement aucun incident sur la physionomie du match. Néanmoins, les ambitions sont légèrement différentes. Et c’est Nilla Fischer qui tente de montrer la voie aux siennes. Excentrée côté droit, son tir rasant heurte la base du poteau de Van Veenendaal  qui a eu raison de détourner le cuir au dernier moment. Un coup de semonce qui réveille les esprits des néerlandaises. Forçant Hedvig Lindhal a démontré tous ses talents et l’étendue de ses reflexes pour détourner parfois des balles bien cadrées. Les phalanges chauffées notamment après l’entrée tant attendue de Shanice Van de Sanden. L’ailière droite des Oranje, sur le banc au coup d’envoi, porte ses compatriotes vers l’avant. Mais pas suffisamment pour que la décision se fasse dans le temps imparti.

Le verdict se fera donc à l’issue des prolongations. Et le bonheur des hollandaises est venu du pied de Jackie Groenen. Bien lancée et placée à 20 mètres des cages nordiques et en toute confiance après une prestation d’une constance exemplaire, son tir trompe Lindahl et finit sa course dans ses petits filets (1-0, 99e). La milieu de terrain de Francfort délivre la nation orange. Leurs adversaires, elles, sont sonnées, abattues presque. Elles ne pourront revenir au score dans une fin de match tantôt verrouillée tantôt angoissante où plus personne ne veut vraiment se découvrir. Seule Kosovare Asllani a failli trouver la faille à quelques secondes du coup de sifflet final. Malheureusement, elle ne verra pas les ultimes secondes de l’opposition, sortie sur civière après un choc sur un tir. Ce score sur la plus petite des marges suffit aux néerlandaises qui s’adjugent là une première finale mondiale. HISTORISCH !

> La joueuse de la rencontre : Jackie Groenen

Pas tout à fait simple de trouver une véritable joueuse qui a tiré son épingle du jeu dans cette rencontre très fermée, dès les premiers instants. Sa patte bénie ajoute un goût indescriptible à cette victoire qui propulse le football de son pays dans une autre dimension.


Crédit photos : Lisa Durel-Wilcox pour True North Agency

Illustration tableau final : Sandrine Dusang pour Foot d’Elles

Laisser un commentaire