Fabienne Broucaret, une plume qui porte

Auteure du livre « LE SPORT FEMININ. Le sport, dernier bastion du sexisme ? », Fabienne Broucaret est également l’une des organisatrices actives des Etats Généraux du sport féminin du mois de mai 2013. Journaliste depuis près de 10 ans, passée par Elle.fr, Le Figaro ou Marie-France, elle est passionnée de sport depuis toujours. Elle est de ceux qui portent haut la voix du sport féminin dans le débat public.

Fabienne Broucaret, c’est avant tout un livre. « LE SPORT FEMININ. Le sport, dernier bastion du sexisme ? ». Un ouvrage sorti le 7 juin 2012, où la journaliste aborde le sport féminin et la place des femmes dans le sport à travers des témoignages de championnes, d’associations féministes et d’experts.

 

Travaillant essentiellement sur des sujets de société et de santé, elle a toujours gardé un œil sur le sport, en couvrant la Coupe du monde de rugby pour Elle.fr en 2007, ou en multipliant les interviews d’athlètes femmes avant les JO de 2008.

 

C’est en 2011 que son engagement pour le sport féminin se précise. Frappée par l’engouement autour des Bleues durant les phases finales de la Coupe du monde de football féminin, Fabienne Broucaret cherche à en savoir plus sur le sport féminin plus généralement. Il s’agit peut-être du livre sur ce sujet dont les retombées médiatiques furent les plus importantes.

 

« Après mon livre, j’ai eu beaucoup de réactions de femmes qui ne s’intéressaient pas forcément au sport », nous a raconté l’auteure. « Elles se rendent compte qu’elles vivent la même chose dans les entreprises ou dans la politique. Non, le sport n’est pas un domaine à part ».

 

En parallèle, elle alimente son blog Sportissima, où elle se fait le relais de tout ce qui touche aux sports féminins. Elle y analyse par exemple la couverture médiatique des épreuves impliquant des femmes durant les Jeux Olympiques ou celle de la finale de Coupe d’Europe féminine de football. Elle lève la plume pour dénoncer certaines injustices ou pour publier des informations « oubliées » par les grands médias.

 

Fabienne Broucaret s’est naturellement imposée comme une voix essentielle pour évoquer le sport féminin. Invitée ou interrogée à de multiples reprises à la radio sur les thèmes liés au sport et aux femmes, elle fut l’invitée de La Matinale de France Inter le jour de la cérémonie d’ouverture des JO 2012. Un signe fort de son impact croissant dans le domaine.

 

Forte de son influence grandissante, elle est contactée par le Tango Bourges Basket pour participer à l’organisation des états généraux du sport féminin en équipe, qui ont eu lieu en mai dernier. Une avancée logique dans son engagement. « Ce qui me tenait à cœur pour ces premiers Etats Généraux, c’était d’aider à rassembler les différents acteurs du sport féminin », nous a-t-elle confié. « Il y a les associations, les fédérations, les médias, les sites, les blogs, les clubs, les (anciennes) sportives, les politiques, beaucoup de gens passionnés qui bougent dans leur coin… Mais qui ne se parlent pas forcément. De même, dans mon livre et sur mon blog, j’aime faire entendre cette pluralité de voix ».

 

 

Voir aussi : 

 

Les 11 Foot d’Elles 2013 : Egalité des chances

Eric Marchyllie, le fidèle partenaire

L’UNFP, la reconnaissance des pros

Sébastien Duret, le bénévole de l’ombre

Audrey Keysers, l’engagement politique

Arnaud Simon, l’accélérateur médiatique