D1 féminine – 14ème journée : De neige et d’os

La neige a fait son apparition dans le championnat. Joueuse, elle a fait annuler quelques matchs. Au programme seulement 3 rencontres. Après sa défaite à Charléty mais surtout au bout d’un match d’une pauvreté affligeante, le MHSC devait se reprendre face à Arras. Le PSG pouvait confirmer face à Toulouse. Tandis que Saint-Etienne pouvait enfoncer Issy en zone de turbulence.

PSG continue, Montpellier revit

Alors que l’OL et Juvisy ne jouaient pas, le PSG avait l’occasion de confirmer sa place de dauphin et de se rapprocher de la tête du classement. La neige a joué son rôle. Entre déblayages, arrivée tardive des Toulousaines, terrain gelé et report du match à 14h45, la rencontre n’a jamais failli voir le jour. Le jeu s’en ressent. Malgré la domination globale du PSG, avec une très bonne Laure Boulleau comme souvent, les buts ne sont pas présents. Sûrement au chaud.

Finalement, les Parisiennes trouvent la faille en seconde période. Dominatrices durant tout le match, c’est finalement Shirley Cruz qui fait exploser le stade (73ème). Enorme depuis le début de saison (meilleur 6 du championnat ?), la Costaricaine double la marque deux minutes après sur un centre parfait de Kosovare Asllani (75ème). Ela Kaabachi enfonce même le clou dans les arrêts de jeu (91ème). Malgré cette victoire, Farid Benstiti n’était pas enjoué du niveau de jeu de son équipe comme il l’a explqué à Une-Deux.net.

A côté de la plaque, le MHSC avait déçu face au PSG la semaine dernière. Trop frileuses offensivement, les Montpelliéraines s’étaient faites dévorer par les Parisiennes à Charléty. Une réaction était attendue. Elle fut là et quelle réaction ! Les filles de Sarah M’Barek ont atomisé les nordistes d’Arras (7-0). Comme un symbole, c’est Hoda Lattaf qui ouvre la marque. Intenable aux avant-postes la semaine dernière à Charléty, l’attaquante va débuter le festival. Au final, ce sera une valise et la confiance retrouvée. Et la semaine prochaine, quel visage pour le MHSC ?

L’ASSE enfonce Issy

À Issy, tout s’en va. Presque condamnées et dans l’impasse en interne (nouveau coach, ITW vérité d’Islay Tait dans le Parisien), les chouettes se sont inclinées une nouvelle fois, cette fois-ci à Saint-Étienne (2-0). Sous un froid glacial, les Stéphanoises ont attendu la seconde période pour prendre le large. Une première fois par Debever et après Clameron. Les filles d’Hervé Didier sont presque sauvées. Tandis qu’à Issy, ce n’est que le début d’une zone de turbulences.

Charles Chevillard