D1 féminine – 12ème journée : Un coup pour rien

Alors que les fêtes de Noël se rapprochent, la D1 féminine concluait l’année 2012 avec un dernier match de championnat. Aucune affiche pour le clap de fin. Paris devait assurer après la victoire face à Juvisy, lors du derby la semaine dernière. Le club Essonnien avait la possibilité de se rassurer contre Issy. Mais surtout Montpellier était attendu. Les Héraultaises avaient l’occasion de se relancer face à Toulouse. Une journée amputée d’une rencontre, Vendenheim contre Rodez.

Lyon et PSG, solide duo


Au moment de la trêve, le doute n’est plus permis. Lyon sera champion de France. Invaincues, les filles de Patrice Lair se sont encore imposées lors du dernier match de l’année face à Yzeure (3-0). Or, le match ne fut pas aisé. Capables de tenir la dragée haute au Big Four, les Auvergnates ont confirmé cette impression. Elizabeth Stout et sa défense ont résisté. Les Lyonnaises trouveront le chemin des filets à la 17ème minute par Tonazzi (1-0) mais ne reverront plus le ballon passer la ligne de but en première période. Malgré la domination, l’OL reste stérile. Amandine Henry (64ème) et Schelin (72ème) apporteront finalement leur pierre à l’édifice. Un repos bien mérite pour la « dream team » rhodanienne. A l’année prochaine.

Paris confirme. Bien accroché à leur seconde place, les Parisiennes ont encore goûté au parfum de la victoire face à l’ASSE (4-1). Devant les caméras d’Eurosport et un stade parsemé, les coéquipières de Laure Boulleau ont rapidement pris les choses en main. Dominatrices dès le début de match, elles vont trouver le chemin de filet par deux fois lors du premier acte. Lindsay Horan va ouvrir la marque dès la 12ème minute sur un travail et centre parfait de Laure Boulleau sur son côté gauche. La latérale internationale en jambes  rendra une très bonne copie tout au long de la rencontre. Kenza Dali doublera la marque d’une sublime frappe en lucarne (44ème). Contrôlant le match en seconde période, le PSG va attendre tranquillement la fin du match. Laure Boulleau en profitera même pour débloquer son compteur but cette saison (69ème). 2 minutes de folie ! Sur l’engagement et l’action suivante, Aude Moreau réduit le score pour les Amazones (71ème). Comme un symbole, le club de la Capitale aura le dernier mot par Kosovare Asllani dans les arrêts de jeu après un cafouillage dans la surface de réparation. Le PSG est bel et bien là.


Juvisy et Montpellier se rassurent


Juvisy s’est bien remis de sa défaite contre le PSG. Malgré l’absence de Soubeyrand et Thiney dans l’équipe, les Essonniennes sont allées s’imposer à Issy (4-0) et remportent le derby francilien de la journée. Mais le match ne fut pas facile. Malgré l’ouverture de Dhaou sur coup franc (20ème), les Chouettes d’Issy vont poser des problèmes aux Essonniennes. Malheureusement, le déchet technique de l’équipe de David Remisse ne permet pas au club des Hauts-de-Seine d’être dangereux. La deuxième période sera finalement une formalité. Guilbert, Machart et Catala vont aggraver la marquer et assurer une victoire facile pour le club Essonnien. Rien n’est fini pour la seconde place.

Montpellier est mal en point mais s’impose enfin. Auteur de prestations plus que moyennes en ce moment, les Montpelliéraines ont engrangé 4 points importants avant la trêve. Elles se sont imposées face au TFC (2-1). Elles se sont encore faites peur. Toulouse a créé la surprise en ouvrant la marque très tôt dans le match (6ème). Or, le MHSC va pousser pour revenir. Viviane Asseyi va permettre à son équipe de revenir (44ème) puis de l’emporter (80ème). Un grand ouf de soulagement.


Guingamp frappe un gros coup


7-0 ! Les Bretonnes ont atomisé les Nordistes d’Arras. Dans une forme phénoménale, Le Garrec a tenu à bout de bras son équipe. Déjà buteuse lors du match nul face à Montpellier, l’Ex Parisienne a planté un but. Mais la femme de match est bien Maud Hurault. En effet, la jeune femme a marqué un triplé ! A Guingamp, on fait les choses en grand. Les filles d’Olivier Moullac deviennent clairement cette année le poil à gratter du Big Four. Le maintien sera difficile pour Arras jusqu’au bout. La D1 nous réserve encore plein de surprises…

Charles Chevillard

Crédit Photo Planete PSG