CdM U20 : les yeux dans nos Bleuettes

C’est à leur tour de briller : les Bleuettes sont à quelques jours du début de la Coupe du Monde, à la maison, en terres bretonnes. Et si leurs aînés masculins ont décroché le précieux trophée en Russie, elles ont à coeur de faire durer la fièvre.

Et si en 2018, on avait le droit à une autre Coupe du Monde, sur notre territoire, comme en 1998 ? Et si le flambeau se transmettait entre la sélection masculine et les espoirs féminins ? Quand beaucoup d’yeux sont rivés sur 2019, il ne faut pas oublier nos Bleuettes, dirigées par Gilles Eyquem. Facile, de triompher à domicile ? L’ancien cherbourgeois le dit : c’est un atout, parce qu’entendre la marseillaise résonner dans les tribunes a de quoi galvaniser les troupes. Mais c’est une pression supplémentaire. Rester concentrées, ne pas décevoir, réussir à se relever en cas de coup dur, la pression d’évoluer sur le sol français… Il va falloir les épaules et les Bleuettes se sont déjà préparées en se mesurant aux Etats-Unis et au Japon, deux salles, deux ambiances : si les Américaines ont opposé leur style physique intense qui solde le match par une défaite française 1-0, les Japonaises font preuve d’un collectif suffisant pour tenir les Bleuettes en respect, 2-2.

Les Bleuettes dans les starting blocks

Du travail, il y en a donc encore. On peut compter sur des joueuses qui évoluent déjà en D1F et dont les prestations sont remarquées, comme Marie-Antoinette Katoto, celle qui a assommé l’ogre lyonnais en finale de Coupe de France – une incertitude qui a permis d’achever le match sur une victoire du PSG avec la complicité d’une météo peu clémente, mais un but que l’on ne peut renier -, ou Selma Bacha, la fusée lyonnaise, dont le coeur et le courage ont été sans doute l’une des surprises des prestations des joueuses de Reynald Pedros, ou encore la défenseure du Paris FC, Elisa De Almeida. L’effectif compte également des joueuses de D2 qui ont participé à la montée en D1F de leur club, le FC Metz, avec les milieux de terrains Fercocq et Gavory, l’attaquante Delabre, la gardienne Lerond et la défenseure Dechilly. Enfin, certaines viennent renforcer leur équipe avec une expérience étrangère, dans les championnats suédois, espagnol et suisse.

Et si…

Les Bleuettes retrouvent les Américaines pendant la Sud Ladies Cup, en poursuite de la préparation à la Coupe du Monde U20. Elles s’inclinent à nouveau face à l’impact physique avec un score plus sévère (1-3), tandis qu’elles triomphent des Haïtiennes et des Allemandes. Il semblerait qu’avec les sélections jeunes, la technique ne trouve pas encore assez souvent les failles de la domination physique, ce qui pourra donner du fil à retordre pour nos jeunes Bleues, contre des sélections pauvres techniquement mais monstrueusement physiques. 

La phase de groupe contre le Ghana, dont la confrontation n’a pas permis de dégager un vainqueur, donnera le ton.

Finalistes de la dernière édition et auréolées d’une médaille d’argent concédée face à la RDP de Corée, les Bleues ont un rêve : celui de la ramener à la maison, cette Coupe du Monde. Et peut-être, à leur tour, inspirer leurs aînées à accomplir le même exploit. Un triplé, ce serait pas mal, non ?

Les Bleuettes débuteront leur campagne le 5 août contre le Ghana et affronteront la Nouvelle-Zélande et les Pays-Bas. La fête a déjà commencé en Bretagne, où de nombreuses activités ont débuté. Nous leur souhaitons bonne chance !


Les présentations des autres équipes du Groupe A :

Photo : FFF / Ladislav Pilar / Ouest France

Laisser un commentaire