CdM U20 : Le Brésil, encore et toujours présent

Depuis la création de cette compétition en 2002 (U-19 puis U-20), le Brésil fait partie des rares équipes à avoir participé à toutes les éditions – huit jusqu’ici, neuf avec France 2018 – Pourtant la Canarinha n’est jamais parvenue à aller jusqu’au bout. Cette fois sera-t-elle la bonne pour la sélection brésilienne ?

Avec l’Allemagne, les États-Unis et le Nigeria, le Brésil est dans le cercle des habitués à la Coupe du Monde U-20 (U-19 auparavant). En effet, ces quatre équipes sont les seules à avoir participé à l’intégralité des éditions de la compétition, soit huit depuis la création en 2002. La Coupe du Monde du mois d’août, en Bretagne, sera donc la neuvième pour la Canarinha.

Mieux que la troisième marche ?

Pour se qualifier à l’édition 2018 de cet été, en France, le Brésil a dû passer par la Coupe sud-américaine féminine U-20, devenue une formalité pour les Auriverdes… Une formalité puisque sur les huit éditions, le Brésil a toujours remporté le tournoi et décroché le titre régional.

Cette année, les joueuses de Doriva Bueno ont gagné leurs sept rencontres dans le tournoi. D’abord, les quatre premières dans le groupe B, face au Chili (3-0), au Venezuela (2-0), à l’Uruguay (3-0), et à la Bolivie (5-0), puis les trois dans le carré final du tournoi avec la Colombie (4-0), le Venezuela encore (5-0), et le Paraguay (8-1). En enfilant les buts comme des perles, avec 30 réalisations en sept rencontres, les joueuses de la Canarinha n’ont donc pas fait les choses à moitié et ont laissé très peu de chance aux autres. Seul le Paraguay, l’autre qualifié pour France 2018, aura réussi à tromper la vigilance de la défense brésilienne et à inscrire l’unique but concédé par la Seleçao.

Lors des coupes du monde de 2002 au Canada et de 2004 en Thaïlande, le Brésil avait atteint les demi-finales de la compétition et s’était classé quatrième les deux fois. Deux fois quart de finalistes (2008, 2016), trois fois resté coincé au stade des poules (2010, 2012, 2014), pour cette édition 2018 en France, la mission brésilienne sera donc probablement de faire mieux qu’une troisième place obtenue lors de Russia 2006, le meilleur classement de la Canarinha dans cette compétition jusque-là. Pour cela, Doriva Bueno et ses joueuses savent ce qui leur reste à faire : atteindre la finale pour la première fois de l’histoire de la sélection U-20.

Geyse et les leçons de Bueno

Si l’équipe brésilienne s’est facilement qualifiée pour la Coupe du Monde de ce mois d’août, une des joueuses de l’effectif y a grandement contribué et a permis à la Canarinha d’affoler encore un peu plus les compteurs, offensivement parlant. Il s’agit de l’inévitable Geyse !

Cette joueuse de 19 ans qui s’est engagé avec le club de Benfica en mai dernier, a inscrit douze des trente buts de son équipe pendant le tournoi sud-américain, et a déjà tout d’une grande (elle a d’ailleurs déjà été appelée avec la sélection A). Des dribbles à la Marta, de la vitesse, de la puissance, et de l’efficacité…Voilà l’une des joueuses brésiliennes qui pourrait peser lourd pendant ce Mondial. N’ayez crainte, si vous avez du mal à l’identifier, il ne suffira probablement que d’un but pour remarquer celle qui aime célébrer à coup de rondades et saltos.

Fin juin-début juillet, la Seleçao s’est offert en guise de préparation, une double confrontation face aux États-Unis. La première rencontre s’est soldée par une victoire brésilienne 3 buts à 2, et la seconde par une défaite 2 buts à 1. Le sélectionneur brésilien, Doriva Bueno s’est montré relativement satisfait après ces rencontres : « Nous avions besoin d’un adversaire plus fort pour voir comment l’équipe se comportait. Sa performance a été bonne, et je pense que c’est ce qui compte quel que soit le résultat. Nous savons maintenant ce que nous avons bien fait et ce que nous devons encore améliorer pour être meilleurs pendant la compétition. Nous savons aussi que le niveau de compétition sud-américain est différent de la Coupe du Monde. Les filles ont été averties à ce sujet, et s’entrainent tous les jours en connaissant les difficultés et l’intensité des matches à venir ».

Il n’y a désormais plus qu’à attendre de voir si les Brésiliennes parviendront à atteindre leur objectif, et si elles nous offriront quelques pas de samba, ici en France…


Crédit photos : CBF.com.br, slbenfica.pt

Les présentations des autres équipes du groupe B :

Laisser un commentaire