CdM U20 : Et si la surprise était japonaise ?

Elles ne sont pas nombreuses, les nations favorites pour cette 9e édition du Mondial des moins de 20 ans. Mais parmi les seize équipes qualifiées, une est sûre de ses qualités et pourrait prétendre à la victoire finale : le Japon. Une sélection qui fait moins de bruit que sa voisine asiatique, la Corée du Nord, mais sur laquelle il faudra certainement compter.

On connaît l’exemplarité des écoles sportives Japonaises. Mais les jeunes pousses Nippones en football féminin ont réellement un bel avenir. Pour la sixième fois de leur histoire, les U20 du pays du soleil levant sont sur la ligne de départ de la plus belle des compétitions de leur catégorie d’âge. Après avoir terminé à deux reprises à la troisième place, en 2012 et lors de la dernière édition en Papouasie Nouvelle-Guinée en 2016, les Japonaises n’ont qu’une idée en tête, une place en finale. Et pourquoi pas le titre ?

Une domination continentale

 Décrocher sa place pour se frotter au gratin du football des jeunes espoirs mondiaux n’est jamais une mince affaire pour le Japon. Se confronter à des nations telles les deux Corées ou encore la Chine en tournoi de qualification peut vous faire craindre un chemin de croix. Néanmoins, depuis 2009 et à l’exception de l’édition 2013, le Japon a remporté toutes les éditions de la Coupe d’Asie des moins de 19 ans surclassant ses voisines continentales. Un règne presque sans partage au sein de sa confédération mais une équipe qui peine à se concrétiser au niveau international. Un paradoxe tant le vivier de joueuses talentueuses japonaises ferait pâlir les DTN de plus d’une nation autour du globe.

Mais l’heure du Japon c’est peut-être en 2018. A en croire son ambitieuse défenseure Asato Miyagawa : « je veux absolument revenir au Japon avec le trophée. » Celle qui s’était vue se remettre la médaille de bronze lors du dernier mondial U20 en 2016 n’a catégoriquement pas envie de revivre le même dénouement cette année. Un épisode encore difficile à digérer aujourd’hui. « On ne pouvait pas gagner. Il y avait une différence physique avec les joueuses des autres équipes. Mais le plus important est le désir de gagner et la capacité d’être tenace devant le but ».

L’expression « le malheur peut être un pont vers le bonheur » n’est-elle d’ailleurs pas un proverbe japonais ?

Le mentor Ikeda et l’étoile montante Ueki

Désigné entraîneur des U20 du Japon en 2017, Futoshi Ikeda n’a pas perdu de temps à mettre un collectif solide sur les rails. Le sélectionneur peut faire confiance à un socle de footballeuses expérimentées. Mais au vu de son effectif prometteur, son travail sera essentiellement axé sur la migration de cette génération vers le haut niveau.

Dans cette forêt de talents, se cache celui d’une fille de 19 ans. On a nommée Riko Ueki (photo). L’attaquante, auteure de quatre buts en cinq matchs s’est illustrée lors du mondial des U17 en 2016 sur les stades de Jordanie. Une performance qui a emmené sa sélection jusqu’en finale face à la Corée du Nord, seulement défaite aux tirs au but. Mais en 2017, face à ces mêmes Nord-Coréennes, c’est bien l’adresse de Ueki qui mène le Japon à la victoire en Coupe d’Asie, inscrivant d’ailleurs l’unique but de la rencontre finale. Pour elle, la promesse d’une grande carrière commencera sur les pelouses de Bretagne, en ce mois d’août.

Une compétition pour préparer l’avenir

Seule la réalité du moment compte. Mais la fédération de football japonaise a bien compris que l’avenir se dessinait également grâce à ses jeunes Nadeshiko. Et surtout dans la perspective du Mondial 2019 en France. Renouveler ou dans une moindre mesure s’appuyer sur une génération de jeunes joueuses pour l’an prochain reste un leitmotiv pour reconquérir le toit du monde pour la sélection des Seniors Nippones  souhaitant revivre les émotions du sacre planétaire de 2011.

« L’expérience du jeu sur la scène mondiale aidera le développement des joueuses. J’espère que tout au long du tournoi, l’équipe et les filles, individuellement, deviendront plus fortes techniquement et mentalement » déclarait solennellement Futoshi Ikeda lors de la présentation de sa liste des 21 pour le mondial U20. Dans le groupe C au sein duquel se trouve le Japon, les États-Unis, l’Espagne et le Paraguay sont d’ores et déjà prévenus.


Les présentations des autres équipes du groupe C :

Crédits photos : AJF (fédération de football Japonaise) / AFC / FIFA

Laisser un commentaire