#CDF : Une demi-finale historique pour Grenoble !

Ce dimanche 10 mars se joueront les demi-finales de la coupe de France (15h15, Eurosport 2). Alors que le Paris FC accueillera Lille, l’Olympique Lyonnais se déplacera lui chez son voisin isérois, le Grenoble Foot 38. Seule représentante d’une autre division que la D1, l’équipe grenobloise entraînée par Nicolas Bach participera à la première demi-finale de coupe de son histoire. La capitaine Laureen Navas et Sandrine Brétigny nous on fait part de leur sentiment avant cette rencontre face à l’ogre lyonnais.

D’abord Claix Football de 2002 à 2015 puis Grenoble Métropole Claix Football Féminin pour la saison 2015-2016, l’équipe iséroise est depuis trois saisons, devenue celle du Grenoble Foot 38. Emmenée par Nicolas Bach, ancien coach de Rodez notamment, la formation des Blanc et Bleu veut croire en l’exploit ou en tout cas se donner à fond pour tenter d’au moins faire douter les Lyonnaises.

Cette saison n’est pas la meilleure que vous ayez faite en D2, en revanche elle l’est en coupe de France. Est-ce que finalement c’est cette compétition qui vous relance un peu cette année ?

Laureen Navas – Nous avions l’objectif de jouer les premiers rôles dans notre groupe de D2 alors notre début de championnat n’était pas satisfaisant. Cela a été compliqué pour nous et c’est vrai que le premier match de coupe de France face à Yzeure nous a finalement permis de retrouver davantage de plaisir et de jouer un peu plus décomplexé. Même si la coupe n’est pas la seule raison, cela a été un déclic pour la suite en tout cas.

Sandrine Bretigny – Je rejoins Laureen sur le fait qu’on ait pas la saison espérée en championnat mais c’est vrai aussi que la coupe nous a finalement aidé à retrouver du poil de la bête. Après cette victoire contre Yzeure, on a enchaîner une vraie belle série en coupe mais aussi en championnat.

D’après vous, qu’est-ce qui vous a permis d’arriver jusqu’à cette demi-finale de coupe ?

LN – Yzeure était premier du groupe quand nous les avons battu en coupe alors je pense que cela nous a fait prendre conscience de notre potentiel et de ce que nous étions capables de faire. Après, nous avons eu relativement de chance lors des tirages mais je pense que nous étions dans une dynamique très positive qui nous a permis de franchir les tours les uns après les autres.

SB – Oui on va pas se le cacher, après Yzeure on a eu un tirage favorable avec des équipes qui nous été inférieures jusqu’au quart de finale contre Dijon. La coupe n’était pas un objectif affiché mais on s’est pris au jeu et c’est tant mieux. D’une certaine façon je pense aussi que la séance de tirs au but contre Avignon nous a été bénéfique. Nous avons retrouvé de la confiance et nous avons su rester dans notre belle dynamique.

Prendre l’Olympique Lyonnais au tirage c’était plutôt quelque chose de positif ou de frustrant ?

LN – Je pense que c’est un mélange des deux sentiments. On aurait peut-être aimé jouer plutôt contre le Paris FC ou Lille parce que comme contre Dijon, on se serait dit qu’on avait une chance de se qualifier et pourquoi pas rêver d’une finale. D’un autre côté, jouer Lyon à domicile amène aussi son lot de positif. Nous sommes beaucoup sollicitées, on parle beaucoup de nous, cela va attirer du monde… alors cela reste une belle chose.

SB – Pour moi, ça balance un peu du côté de la frustration malgré tout. Bien sûr qu’on peut voir certains avantages à la réception de l’OL mais quand on veut aller le plus loin possible et tenter d’accrocher une finale, Lyon est l’adversaire que tout le monde veut éviter. On va pas se mentir, on aurait eu plus de chance de gagner contre Lille que contre Lyon.

Laureen, pour toi qui est au club depuis toujours ou presque (depuis 2005), que représente cette première demi-finale pour le GF38 ?

LN – J’ai toujours été à Grenoble et j’ai toujours voulu y rester alors je suis vraiment heureuse de pouvoir jouer une telle rencontre devant notre public, ma famille et mes amis. Nous jouons au stade des Alpes et je pense que cet événement sera un moment important pour nous joueuses mais aussi pour le club et la ville de Grenoble. J’espère que cela va faire venir les gens au stade et leur donner envie de revenir. De soutenir les Bleues pendant la coupe du Monde cet été aussi (sourire).

« Bret », tu as déjà gagné et marqué de nombreux buts avec l’OL dans cette compétition. Qu’est-ce que cela te fait de jouer cette demie sous le maillot du GF38 et face au club avec lequel tu as tout gagné ?

Même si j’ai beaucoup d’affection pour Lyon, j’ai toujours donné mon maximum sous les couleurs des équipes par lesquelles je suis passée ensuite alors ça ça ne change pas. C’est sympa de revoir d’anciennes coéquipières mais je ne perds pas de vue l’objectif avec le GF38. En tout cas, je suis très contente de pouvoir jouer à nouveau une demi-finale de coupe de France, surtout à mon âge (rires).

Quels seront vos objectifs sur la rencontre de ce dimanche contre Lyon ?

LN – Quand on connait la qualité de l’effectif lyonnais et qu’on voit ses résultats on sait que ce sera forcément très compliqué de faire quelque chose dimanche. Nous essaierons d’être accrocheuses et solidaires pour prendre le moins de buts possible. Ensuite, il nous faudra faire encore plus que ce ne que nous faisons d’habitude, nous devrons nous surpasser.

SB – Comme l’a dit le coach cette semaine, il ne faudra pas profiter du match mais le vivre et en être les actrices. Il faudra être très solidaires pour bloquer les offensives lyonnaises et résister du mieux que l’on pourra. Les 11 qui commenceront devront tout donner et aller jusqu’au bout d’elles-mêmes… Si besoin, les filles sur le banc prendront la relève. C’est aussi pour ça que nous sommes 16 !

Le mot de la fin ?

LN – Nous sommes très heureuses d’être arrivées à ce niveau là. J’espère que le public répondra présent au stade des Alpes dimanche et que tout le monde sera derrière nous.

SB – J’invite à un maximum de Grenoblois et Grenobloises à se déplacer au stade et j’espère que le soutien du public nous donnera encore plus d’énergie sur le terrain. Merci !

 

Historique entre les deux clubs en coupe de France

2016-2017, 16es de finale – Lyon/Grenoble : 5-0
2013-2014, 16es de finale – Claix/Lyon : 0-6
2005-2006, quart de finale – Lyon/Claix : 4-0

Le parcours de Grenoble cette saison

25.11.18 – 1er tour fédéral, Grenoble/Yzeure : 2-1
16.12.18 – 2e tour fédéral, Alès/Grenoble : 2-6
06.01.19 – 16es de finale : Chily/Grenoble : 0-12
27.01.19 – 8es de finale : Avignon/Grenoble : 1-1 (3-4 aux TAB)
09.02.19 – Quart de finale : Dijon/Grenoble : 0-0 (4-5 aux TAB)
10.03.19 – Demi-finale : Grenoble/Lyon : ?


Crédit photos : Julien Diaferia/gf38.fr

1 commentaire

  • Bravo à cette équipe de Grenoble qui a su contenir Lyon pendant 94 minutes, grâce à la gardienne
    Perrault qui mériterait mieux que d’être dans un D2 de fin de tableau. On s’aperçoit qu’à Lyon, dès qu’il n’y a plus Le Sommer, Majri, Bacha, M’bock et Renard l’équipe ne tourne pas rond . C’est bien d’avoir plein d’étrangères, mais elles ne jouent pas mieux que nos Françaises et coûtent sûrement très cher au club. Pourquoi Lyon n’a pas fait confiance à Emelyne Laurent en la prêtant à Guingamp, car elle est aussi bonne que Van de Sanden et avec l’Equipe de France B a fait une bonne Turkish Women’s cup.
    Attention pour la finale OL Lille le 8 mai 2019 , car l’OL doit encore se souvenir du dernier match de championnat contre Lille, gagné laborieusement 1-0 .

Laisser un commentaire