Bruno Bini : « On ne mérite pas d’être éliminé »

C’est un Bruno Bini assez ému qui est arrivé en conférence de presse ce lundi soir après l’élimination de la France en quarts de finale de l’Euro féminin 2013 face au Danemark (1-1, 4-2 tab). Le sélectionneur tricolore est revenu sur ses choix tactiques et a livré ses premiers sentiments après la rencontre.


Premier sentiment ?

 
Que voulez-vous que je vous dise ? Nous sommes déçus, abattus. On ne mérite pas d’être éliminé ce soir, malgré 35 minutes difficiles. Nous avons bien réagi ensuite et avons fait cavalier seul toute la deuxième mi-temps, puis durant les prolongations. Ensuite, elles ont tout fait pour arriver aux tirs-au-but. J’ai l’impression de vivre le même scénario qu’en 2009, le Pays-Bas avait fait la même chose.
 

Une explication ?


On était certainement un peu contracté au départ. Il faudra voir cela mais il y a deux jours de récupération en plus pour elles, c’est énorme dans la répétition des efforts. On affrontait une équipe miraculée qui a joué sa chance à fond, surtout quand elles ont commencé à avoir des situations. On a réglé le problème tactiquement, mais on avait pris un but… On a laissé des forces. Les penalties ensuite, ça va un coup dans un sens, un coup dans l’autre. Je souhaite bonne chance au Danemark qui n’est pas là par hasard.
 

Le schéma de départ ?


On avait décidé de jouer comme ça. On a discuté avec les cadres, on s’est ensuite adapté. Le plus embêtant c’est la blessure de Laura que j’ai due remplacer. J’aurai pu faire entrer Marie-Laure Delie devant, puis Amandine Henry pour m’aider durant les prolongations.
 

La fin de carrière internationale de Sandrine Soubeyrand (elle venait de l’annoncer au micro d’Eurosport) ?


C’est un seigneur. Sur le terrain et en dehors. Elle est admirable. Mais elle ne m’a encore rien dit, nous verrons cela. Je souhaite à tous les entraîneurs, hommes ou femmes, de tous niveaux de rencontrer un jour une personne comme elle.
 

Un coup d’arrêt pour le football féminin ?


Je ne pense pas. On a donné une belle image de la discipline. On fait trois victoires, un nul et on est éliminé. En face, elles ont trois nuls et une défaite. C’est la compétition qui veut ça. Les filles n’ont pas à rougir de l’image qu’elles ont donnée de leur sport.
 

La fin de l’aventure en Bleue ?


Ce n’est pas le moment d’en parler. Il y a un temps pour tout.