Avec la coupe du Monde, Grenoble revient dans le jeu

Grenoble sera l’une des neuf villes hôtes de la coupe du Monde féminine qui se déroulera du 7 juin au 7 juillet en France. La ville et ses communes alentours font un gros travail pour être prêtes. L’engouement est là : l’équivalent d’un stade est déjà rempli !

Grenoble 1968. Les JO d’hiver. Les Français s’en souviennent… Sauf que depuis, la ville s’est assez peu illustrée en matière d’organisation d’événement sportif. « Depuis deux ou trois ans, on veut revenir dans la course », motive tout de suite Yannick Belle, vice-président de Grenoble-Alpes Métropole chargé du sport et de la lutte contre les discriminations. Il y a eu les Internationaux de France de patinage artistique, le criterium du Dauphiné, le championnat de France jeunes de hockey. Il y a aura surtout cette année, la coupe du Monde féminine de football. « Quelle récompense pour la Ville de Grenoble, La Métropole, la Ligue et le District, qui tout comme le GF38  et le Stade des Alpes s’étaient mobilisés pour  que notre ville et notre stade soit hôte de cette coupe du Monde ! », se réjouit le GF38, dont l’équipe A joue en D2 et qui s’investit avec la métropole pour faire de l’événement une fête.

Grenoble se prépare. En contact régulier avec le comité d’organisation locale (LOC) et la FIFA. Comme dans les autres villes, un référent s’est installé sur place en janvier et son équipe va suivre, pour monter en puissance dans les prochains mois. Ils seront cinquante en juin.
Le stade des Alpes est presque prêt. « 50% de l’éclairage a été revu, les bancs de touche changés, les vestiaires féminisés, avec notamment plus de cloisons », égrène Yannick Belle.

Mercredi 30 Mai 2018, lancement du Programme Volontaires Coupe du Monde Féminine France 2019, Grenoble. ©Grenoble-Alpes Métropole/Lucas Frangella

10 000 euros pour les communes voisines

Les communes qui accueilleront les équipes pour les entraînements sont aussi entrées dans la préparation. « Nous avons souhaité qu’elles soient accompagnées par le LOC notamment sur la question des pelouses pour lesquelles la FIFA est exigeante », se félicite l’élu. Les techniciens d’Echirolles, Gièrs, Saffenage et Saint-Martin D’Heres ont notamment été formés par des spécialistes dépêchés sur place. Chaque commune bénéficiera aussi de 10 000 euros pour réaliser les investissements demandés dans le cahier des charges. Par exemple, des travaux d’occultation doivent être réalisés pour les entraînements à huis-clos. Du matériel restera sur place, et bénéficiera à la population après la coupe du Monde. Une fierté pour les élus. Les techniciens de la métropole assistent aussi à des journées thématiques à Paris, et le comité d’organisation vient souvent évaluer l’avancée de la préparation dans la ville.

Dans la ville justement, l’engouement commence à prendre. « On a déjà rempli un terrain de foot », résume Yannick Belle. Soit plus de 20 000 billets déjà vendus pour les cinq matchs qui se joueront au Stade des Alpes (vendus par packs pour le moment). Il reste quatre mois pour vendre les billets restants, sachant que les billets uniques ne seront en vente qu’à partir du 7 mars. « Nous avons des partenariats avec les télévisions et les journaux locaux pour communiquer sur l’événement et pour qu’il profite au sport féminin en général », détaille l’adjoint au sport.

Effet coupe du Monde :  les féminines auront leur centre d’entraînement

Jeudi 8 Juin 2018, à 20h19 (clin d’oeil à 2019 !), la FIFA, le LOC et la Métropole ont lancé le compte à rebours de la coupe du Monde féminine. Une fresque réalisée par un street artiste a été dévoilée ©Grenoble-Alpes Métropole/Lucas Frangella

Ainsi, chaque mois, la métropole organise un challenge dans une discipline sportive différente. Chaque club vainqueur remporte des places, et les supporters des filles du rugby (FCG), du foot américain, du handball, de l’aviron… sont sensibilisé à l’événement.
Grenoble pense déjà aussi à l’après coupe du Monde. Dans sa préparation, la métropole a lancé un appel à projets pour développer la pratique du sport féminin. Les féminines devraient d’ailleurs bénéficier rapidement d’un nouveau stade. « On travaille avec le GF38 pour construire un centre d’entraînement dédié aux féminines », détaille Yannick Belle. « La métropole cherche un terrain pour délocaliser les garçons et laisser la Poterne, où ils s’entraînent aujourd’hui, aux féminines. On espère concrétiser ce projet en 2019-2020 pour profiter de l’héritage de la Fifa. »

Pour l’accueil du public enfin, la ville est prête. Des gratuités de transports sont déjà prévues pour les deux heures qui précèdent et qui suivent les matches. Des accords ont été passés avec la SNCF et les sociétés de bus pour amener les supporters à bon port. « Le stade est bien desservi par le tram, donc on veut éviter les voitures ».

Et pour que la fête batte son plein, la métropole finalise également en ce moment la soirée d’inauguration, avec certainement un feu d’artifice, mais surtout l’organisation d’un « village » à côté du Stade des Alpes. Pensé dans un esprit familial il permettra de présenter la politique de la ville en matière de sport, de mettre en avant les sponsors et les associations qui s’investissent tout au long de l’année pour le développement et la pratique du sport féminin, et surtout… Un écran géant permettra de suivre les matches qui ne se jouent pas à domicile. « On va retransmettre les matches jusqu’aux huitièmes, et on réfléchit à diffuser la finale si la France y est ».

Allez les Bleues, Grenoble est derrière vous !

Voici le calendrier complet des rencontres à Grenoble :

Le Stade des Alpes de Grenoble accueillera cinq rencontres : 

Dimanche 09/06 à 15h30 : Brésil / Jamaïque

Mercredi 12/06 à 15h : République de Corée / Nigéria

Samedi 15/06 à 21h : Canada / Nouvelle-Zélande

Mardi 18/06 à 21h : Jamaïque / Australie

 Samedi 22/06 à 17h30 : second tour – 8e de finale


Lire aussi :

Reims se prépare à La Coupe du monde

Rennes en mode Coupe du monde… culturelle

Crédit Photos : @Grenoble-Alpes Métropole

Laisser un commentaire