Les dessous du classement FIFA féminin

Les Etats-Unis règnent sur la planète football féminin. On le savait depuis leur nouveau sacre lors du Mondial en France, c’est confirmé avec le dernier classement FIFA de septembre 2019. Une victoire en Coupe du monde permet-elle de prendre les commandes du classement ? C’est en vérité un peu plus compliqué, zoom sur la méthode FIFA.

Il est sorti, tout chaud, il est là. Le dernier classement FIFA féminin.

On apprend des tas de choses intéressantes : avec 2180 points, les Américaines, toujours premières, les Allemandes juste derrière, jamais loin avec 2064 points. Viennent les Pays-Bas et leur Coupe du monde réussie (2036 points). En bons patriotes, on cherche nos Bleues, on ne tarde pas à les trouver, en quatrième position (2031 points). Au pied du podium. Ça aurait pu être mieux. Pour cela, il n’aurait pas fallu croiser la route de la bande à Rapinoe en quarts de finale du dernier Mondial.

Dans ce classement, Maurice ferme la marche, au 161ème rang, derrière Madagascar et les Comores, trois des quatre pays qui font leur première apparition dans ce classement. La République kirghize a aussi rejoint cette année le club des nations classées, et s’accroche déjà à la 120ème place, entre Chypre (119ème) et l’Angola (121ème).

Les lignes bougent peu. Le Mondial n’a rien bousculé, les matchs de qualification à l’Euro non plus. Parmi les nations de tête, seule nouveauté, le Brésil de Marta quitte le top 10 (11ème), le dixième rang étant désormais occupé par le Japon de Kumagai, alors que les Nadeshiko (surnom de l’équipe) n’ont pas disputé le moindre match depuis le Mondial.

Une méthode de joueur d’échecs

Un classement, ça donne une idée des forces en présence. Bien sûr, on se doute que les Etats-Unis et Maurice ne jouent pas tout à fait dans la même cour, mais avoir une bonne méthodo pour placer chacun là où il doit être, ça ne fait pas de mal.

C’est ainsi que depuis 2003, les femmes ont aussi droit à leur petit classement qui fleurit chaque trimestre. Il comptabilise plus de 3 000 matchs officiels joués depuis le premier match officiel entre la France et les Pays-Bas le 17 avril 1971. Une bonne base.

Il se fonde sur la méthode Elo, utilisée notamment pour classer les joueurs d’échecs. Méthode Elo, du nom d’Arpad Elo, scientifique et joueur d’échecs américain d’origine hongroise. Le classement reflète les performances d’une équipe dans un laps de temps déterminé.


Arpad Elo, inventeur de la méthodologie de calcul dont s’inspire le classement FIFA (crédit photo Davide Aversa)

Les quatre critères

C’est un classement dynamique, susceptible d’évoluer à l’issue de chaque match officiel joué, selon la formule suivante :

Classement après match = classement avant match + K*(résultat effectif du match – résultat attendu)

Avec K, coefficient d’importance du match. Attention, les coefficients de pondération et autres pourcentages sont calculés par la FIFA, et présentés de telle manière, qu’on en comprend l’idée mais pas nécessairement toute la mécanique. On tente quand même une petite explication.

  1. Le résultat du match

Bien sûr, le principe premier pour gagner des points dans le classement est de battre son adversaire. Cela étant, ce seul critère ne peut suffire à établir un classement juste, autrement dit qui prend en compte les différences de niveaux entre les différentes zones du monde. Les trois critères suivant permettent de mieux saisir la valeur des équipes.

légende : Une large différence de buts comme dans le match Etats-Unis-Thaïlande du Mondial 2019 n’est pas l’unique critère pour déterminer le classement FIFA (crédit vidéo : FIFA Youtube)

2. Le lieu où s’est joué le match : à domicile, à l’extérieur, sur terrain neutre

Statistiquement, l’équipe qui joue à domicile a davantage de chances de l’emporter. Une valeur est donc ajoutée pour renforcer la performance de l’équipe qui est allée en battre une autre sur son propre terrain.

3. L’importance du match

C’est le facteur K. Un match amical n’a pas le même enjeu qu’une compétition internationale. La FIFA pondère donc l’importance des matchs, grâce à un coefficient, qui permet une hiérarchisation. Un match amical compte moins qu’un match de qualification à la Coupe du monde, qui compte moins qu’un match de phase finale de Coupe du monde.

4. La différence de force entre les équipes

L’objectif de ce critère est de pronostiquer le résultat d’un match entre deux équipes en se fondant sur leur différence de classement. Par exemple un match entre l’Angleterre, 5ème avec 2020 points et la Cote d’Ivoire, 69ème avec 1372 points devrait tourner en faveur des Anglaises. Cette différence de points donne un pourcentage de match, qui est également pris en compte dans le calcul du classement des équipes.

Pourquoi le classement est-il important ?

Il est décisif. C’est lui qui détermine la composition des chapeaux lors du tirage au sort des compétitions internationales, Coupe du monde, compétitions régionales type Euros, groupes de qualification. Lors d’une phase finale de Coupe du monde, il y a peu de chance d’avoir une poule composée des Etats-Unis, la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, comme il n’y a qu’une maigre possibilité d’obtenir un groupe composé de Maurice, Madagascar, de la République Kirghize et des Comores (à considérer bien sûr que ces pays soient parvenus à se hisser jusqu’en phase finale d’une compétition internationale majeure). Différents chapeaux sont établis, en fonction du classement des équipes, et ce afin d’obtenir des poules composées de formations de niveaux différents. Il serait dommage que les meilleures équipes s’éliminent entre elles prématurément, et que des équipes de moindre niveau se retrouvent en finale.


Chaque chapeau regroupe des équipes de niveau similaire (crédit photo Ouest France)

Le prochain classement FIFA est attendu le 13 décembre prochain. D’ici là, quelques matchs de qualification à l’Euro 2021 en Angleterre auront été joués, mais de quoi bousculer la hiérarchie. Le prochain séisme est attendu aux Jeux Olympiques 2020 à Tokyo.

1 commentaire

  • Je ne comprendrai jamais pourquoi la France , pays organisateur, s’ est retrouvé face aux tenantes du titre en quart de CDM, alors que le tirage au sort ne le prévoyez pas . Décision postérieure de la FIFA.
    Mais en ayant assisté au Havre , au match USA-Suède ou il y avait au moins 20000 supporters américains sur les 25000 que contenait le stade, j’ai compris plus tard, pourquoi la main américaine, en fin de match du quart face à la France , n’ avait pas été sifflée ni signalée par la var . Les US sorties en quart, la colonie américaine quittait le sol français et adieux les dollars .

Laisser un commentaire