Viviane Asseyi : « Je peux faire encore plus »

Avant de rencontrer les Pays-Bas cet après-midi, à 16h30, l’attaquante du Montpellier Hérault, Viviane Asseyi nous livre son sentiment sur le tournoi de Chypre et les matches des Bleues.

 

 

 

Comment se passe ce tournoi de Chypre pour les Bleues ?

 

Viviane Asseyi : Ça se passe très bien. On a rencontré l’Ecosse, qui est une très bonne équipe, elles ont vraiment bien joué face à nous, on s’en sort avec le 1-1, c’est déjà bien. L’Australie aussi a montré de belles choses, mais cette fois on a gagné au final, c’est bien pour l’équipe. Il nous reste un match à gagner maintenant.

 

Où en êtes-vous par rapport aux objectifs de l’équipe pour ce tournoi ?

 

VA : Je ne vais pas dire que tout va bien. Mais ce ne sont pas des mauvais résultats non plus. On a rencontré deux belles équipes, on a fait deux résultats intéressants. Mais le tournoi n’est pas fini, il reste un match à enjeu pour aller en finale.

 

Un mot sur les Pays-Bas que vous affrontez ce lundi ?

 

VA : Les Pays-Bas ont une très bonne équipe. Mais on verra sur le terrain. Parce que je pense qu’elles aussi ont analysé notre jeu.

 

Comment vous sentez-vous sur un plan personnel ?

VA :Je me sens bien. Ça fait plaisir de rentrer et d’avoir du temps de jeu dans ce genre de matches. Et puis les filles me mettent toujours très à l’aise.

Vous aimerez peut-être aussi cet article  Sur les terres de la Coupe du Monde (2/4) : A Concarneau, le foot a le vent en poupe

 

C’est un tournoi intéressant pour les jeunes comme vous, quel est votre avis ?

 

VA : C’est très intéressant oui, on peut avoir plus de temps de jeu. On prend vraiment toutes ces minutes pour acquérir de l’expérience et apprendre au niveau international.

 

 

 

 

Que pensez-vous de votre niveau de performance avec les Bleues pour l’instant ?

 

VA : Je suis assez contente, mais je peux faire encore plus.

 

On a le sentiment que c’est moins facile pour les jeunes de percer dans le foot féminin que chez les hommes. Vous le ressentez aussi ?

 

VA : Non, c’est juste que chez les filles, la rigueur prime. On doit toujours être rigoureuse pour avancer au haut niveau, c’est dur, mais c’est dans la difficulté qu’on progresse.

 

Comment voyez-vous votre avenir avec les Bleues pour les deux prochaines années ?

 

VA : J’ai l’objectif d’être le plus souvent dans l’équipe.

 

Et d’aller au Canada forcément ?

VA : Bien sûr, il faudrait être malade pour ne pas vouloir disputer une Coupe du Monde.

 

 

 

Soutenez le projet « Même Rêves de Foot »

 

Crédits photos : fff